L'Orient des Femmes par Christian Lacroix au Quai Branly

L'exposition du quai Branly fait découvrir aux visiteurs, la femme orientale vue par Christian Lacroix , une richesse vestimentaire insoupçonnable.

Les femmes d’Orient sont plus connues de nos jours vêtues de noir. Aussi l’exposition du quai Branly « L’Orient des Femmes » vu par Christian Lacroix nous plonge dans des siècles de "modes" bien plus colorées. Des robes, des manteaux, des tissus brodés, des coiffes, des parures richement ornées... sont mis en scène par un amoureux des femmes, des étoffes, des couleurs, le célèbre couturier Christian Lacroix.

Le vêtement : une carte d’identité

La collection exposée présente principalement des robes (ou caftans) du XIXe et du XXe siècles. La plupart de ces vêtements traditionnels ont été portés par des villageoises et des Bédouines de Syrie, Jordanie, Palestine. Les femmes se transmettaient de génération en génération un savoir-faire extraordinaire, des codes et motifs tribaux, une culture. Par exemple, le rouge des robes syriennes est fréquent parce que cette couleur aurait des propriétés magiques et protectrices, un pouvoir de fécondité, et assurerait la richesse future. Les motifs permettaient souvent de définir le rend social de la femme qui portait la robe, mais aussi son âge, sa situation familiale, son village, sa tribu ou son groupe ethnique. Voyez messieurs, l'importance que peut revêtir les modes!

Broderie : points et motifs

L’origine de la broderie remonterait à l’antiquité : des empruntes de tissus brodés ont été retrouvées sur de la terre datée entre 8200 et 7500 av. JC. Des textes anciens rapportent aussi la richesse des étoffes brodées du Proche Orient. Avec les conquêtes arabes, l’art de la broderie s’exporte et prend son véritable essor sous la dynastie des Ayyoubides (1171 – 1250). Jusqu'alors réservée à l'élite, la broderie rentre dans tous les foyers avec l’expansion ottomane en Méditerranée au XVIe siècle, et devient l’apanage des femmes. Les fils de soie, d’or ou d’argent sur des tissus en coton ou en lin se révèlent un art populaire. La broderie est devenue un moyen d’exprimer sa personnalité, de conserver sa culture.

Pendant des siècles, toutes les petites filles commençaient leur trousseau dés qu’elles savaient tenir une aiguille. Les mères enseignaient à leurs filles le langage, les codes, la patience des points. Le point de croix est le plus utilisé, suivi du point de tige, du point de chaînette, du point lancé et du passé plat. Les ouvrages reprennent des motifs millénaires : le soleil, la lune, l’étoile, des motifs végétaux ou animaux, des motifs géométriques. Le triangle repousse les forces du mal, l’arbre de vie est symbole d’immortalité, la couleur bleue chasse le mauvais œil...

Christian Lacroix, directeur artistique de l’exposition

Bercé par les contes orientaux comme Shéhérazade, Christian Lacroix fait sienne cette influence orientale colorée et parfumée. En professionnel, Christian Lacroix scrute et admire le travail de ces femmes : « Sur des formes ancestrales et simplissimes, chacune a imprimé sa sensibilité profonde », « Elles ont associé en bons peintres des couleurs osées mais évidentes une fois posées ».

« Il n’aura fallu que deux ou trois décennies pour que se tamisent et s’éteignent presque des siècles de lumières… »

Pour mettre en scène ce patrimoine culturel, une moquette rouge au motif de tapis orientaux a été placée au sol, les robes ont été suspendues, comme autant de fantômes qui nous rappellent l'art de ces femmes brodeuses, raffinées, délicates. La recommandation de Stéphane Martin, président du musée, était de « montrer combien la garde-robe, pouvait être, il n’y a pas si longtemps encore, un kaléidoscope chatoyant, un patchwork d’inventivité, une mosaïque opulente dans sa simplicité. »

« L’exposition ne doit pas être une simple promenade ethnologique offrant un panorama de costumes riches et inédits. Elle doit susciter un impact émotionnel fort sur le public et engendrer chez lui fascination et plaisir. » conclut Hana Chidiac, responsable de l’unité patrimoniale des collections Afrique du Nord et Proche-Orient au musée du Quai Branly.

Ne manquez pas de passer sur la mezzanine du musée si vous visitez la collection du Quai Branly du 8 février au 15 mai 2011.

Le parcours de l'exposition

CONT12

Sur le même sujet