A quoi ça sert les vacances?

Difficile pour certains petits écoliers de se mettre en mode vacances. Même s'ils sont ravis de ranger cartables et cahiers, l'ennui les gagne vite.
291

Si les vacances riment avec plaisir, joie, liberté, les petits se demandent, eux "à quoi ça sert les vacances". Du jour au lendemain ils ne voient plus les copains, la maîtresse, ils ne prennent plus le chemin de l'école, des activités extra-scolaires, finis les cahiers, les devoirs, les leçons. Il faut s'occuper par soi-même. Et pour bien des enfants, vacances riment souvent avec ennui.

Un ennui qui, ceci dit, peut être bénéfique pour leur développement car les vacances doivent leur permettre de ne rien faire, de se retrouver face à soi-même et de grandir.

Les congés d'été représentent un moment important dans l'épanouissement de l'enfant. C'est durant cette période qu'il peut participer à des activités nouvelles (sportives, culturelles, créatives), faire de nouvelles rencontres et qu'il a le droit aussi ne rien faire. Il peut ainsi tester ses limites, percevoir le temps autrement, décompresser, développer son estime de soi.

Rupture de ryhme

Chez les tout-petits, c'est la rupture de rythme et l'absence qui est difficile à comprendre. "Pourquoi je vais plus à l'école? Elle est où la maîtresse? ma copine? mon copain?". A l'aide d'un calendrier il est facile d'expliquer que les mois de juillet et d'août sont les semaines de grandes vacances et de décompter les jours qui les séparent de la rentrée, en cochant les dates. Il est important aussi d'expliquer que pendant ce temps, leur cerveau se repose car ils ont beaucoup travaillé et qu'ils pourront raconter leur vacances quand ils retourneront à l'école.

Les plus grands, eux, même s'ils sont ravis d'être en vacances ne tardent pas à s'ennuyer et les sempiternels "je ne sais pas quoi faire! je m'ennuie!" ne tardent pas.

Il faut dire que beaucoup ont des emplois du temps de ministres toute l'année et que le manque d'activités généré par les vacances devient déstabilisant. Mais ne plus être occupé du matin au soir est bénéfique pour l'enfant et avec un bon dosage entre l'inactivité et le divertissement, ces semaines de congé seront réparatrices pour les corps et les esprits.

A chacun sa coupure

Chaque famille a son propre rythme et ses obligations professionnelles qui ne coïncident pas nécessairement avec les vacances des enfants, tandis que certains passent l'été chez eux, d'autres iront au centre de loisirs, en colonie, chez les grands-parents. Certains s'ennuieront, d'autres n'auront pas le temps. Bref, à chacun ses vacances.

Baptiste (9 ans) et son petit frère Léon (6 ans) sont ravis d'être en vacances, même si pour Baptiste "à la fin il en un peu marre et il a envie de retrouver ses copains".

Les vacances pour eux sont très organisées, en juillet c'est trois semaines chez Papy et Mamie au bord de la mer dès le premier week-end, en août c'est quinze jours à l'tranger avec papa et maman.

Chez Mélyne (7 ans) et son frère Dylan (4 ans) difficile d'entrer d'emblée dans le ryhme vacances car "tout le mois de juillet, ils sont debout à sept heures et arrivent au centre de loisirs (dans les locaux de leur école) à sept heures quarante cinq. Ils y passent la journée jusqu'à dix-sept heures, ils sont bien mais ils ne décrochent pas vraiment de l'école " explique leur maman. Le farniente pour ces deux petits commencera début août et durera trois semaines en Provence.

Marie explique que comme à chaque vacances, sa fille de 8 ans se plante régulièrement devant elle avec un grand soupir et un lamentable "j'sais pas quoi faire" elle lui répond "tant mieux, c'est bon pour toi".

"C'est sa rangaine et ça dure toutes les vacances. Où qu'elle soit, il lui faut tout le temps une activité en cours(lecture, piscine, cinéma, sport, jeu...) et dès qu'elle a un temps mort devant elle, elle ne ne sait plus quoi faire".

Les vacances n'ont pas la même saveur ni le même sens pour tout le monde.

Sur le même sujet