Claude Guéant, la voiture-balai du FN

Prête à n'importe quelle solution pour amasser un maximum de voix, l'UMP compte sur ses soldats les plus féroces pour effectuer cette tâche ingrate.

Les récentes déclarations de Claude Guéant ont suscité une vague politique incontrôlable, un remous qui semble même gêner plusieurs membres de l’UMP, visiblement choqués par les propos tenus du ministre de l’immigration. Récemment, il a déclaré qu’ « accorder le droit de vote aux étrangers pourrait conduire à ce qu’ils rendent obligatoire la nourriture halal dans les cantines ». Retournement de veste de l’UMP, qui déclarait il y a peu, suite à la polémique lancée par Marine Le Pen sur la viande halal, « qu'il n'y avait aucun problème à ce sujet puisque sur 200.000 tonnes de viande consommées en Ile-de-France chaque année, seulement 2,5% de viande sont casher et halal. » Est-ce donc vraiment nécessaire de lancer un débat sur ce sujet, et de lancer une polémique autour de ça ?

La stigmatisation des Français musulmans : un pavé dans la mare électorale

Pour faire gagner le président sortant Nicolas Sarkozy, plusieurs stratagèmes sont mis en place, brillamment orchestrés par le ministre de l’Intérieur et ses ouailles. Tous les moyens sont bons pour faire décrocher au maximum l’électorat frontiste de sa candidate à la chevelure dorée Marine Le Pen, au plus haut dans les sondages d’intentions de vote. Pour se faire, le gouvernement Sarkozy a envoyé plusieurs de ses soldats sur le terrain : Brice Hortefeux, Nadine Morano et bien évidemment Claude Guéant, faisant la voiture-balai des idées d'extrême-droite les plus rances. Sa stratégie est d’opposer sans cesse les uns aux autres, sacrifiant jour après jour le cosmopolisme si cher au bien-être et à la confiance des Français. En pointant le doigt sur un problème infime de la société hexagonale, ses propos atteignent vite l’incitation à la discrimination.

Ce n'est pourtant pas la première fois que Claude Guéant suscite la controverse : en février, il s’était s’exprimé sur le choc des cultures en France en scandant : « toutes les civilisations ne se valent pas » . Interrogé sur cette phrase choc, il avait poursuivi « ne viser aucune culture en particulier » , paradoxal quand on sait que Monsieur Guéant a illustré ses exemples ultérieurement en dénonçant l’Islam pour affirmer ses propos (niqab et prières en rue). Suite à cette infamie, le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) lui avait publiquement sommé d’éclaircir ses propos, estimant que de nombreux musulmans n’avaient pas digéré la pilule et s’étaient sentis visés.

Les phrases-choc et les réactions de l’opposition

Il avait rapporté il y a peu que « l’accroissement du nombre des fidèles de cette religion et un certain nombre de comportements liés posent problème ». À la même période, il avait aussi jugé que les Français « ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, et de voir des pratiques qui s'imposent et ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale » . Des propos insoutenables au sein du PS et des autres partis confondus. Le numéro deux du Parti Socialiste, Harlem Desir, s’est dit consterné par les piques de Guéant : « il n’est qu’un rabatteur de voix du FN, s es provocations pitoyables ne sont que le reflet d’une majorité en perdition morale et électorale ». Cécile Duflot, secrétaire générale d’Europe Ecologie Les Verts, a scandé son mépris sur Twitter, en dénonçant un « retour en arrière de trois siècles par un être abject » . Même au sein de son propre clan, Guéant divise : « Je ne peux pas admirer et approuver des propos qui assimilent les musulmans français à des étrangers. On dirait que Monsieur Guéant prend plaisir à jouer de cet amalgame. Les Français de confession musulmane sont des citoyens comme les autres » , torpille l'élue UMP et ex-ministre de la justice Rachida Dati, dans une entrevue récemment accordée au Figaro.

Sur le même sujet