Le festival « Watts à Bar » envahira Bar-le-Duc ce week-end

Les Barisiens fêteront la 2ème édition de leur festival les 18 et 19 mai prochains. L'affiche est variée, comprenant musiques actuelles et artistes de renom

Une programmation variée

Afin de satisfaire la demande des jeunes et des moins jeunes, l’association « Be Real » (active musicalement depuis 2009) proposera à la population meusienne de surfer sur les vagues de la chanson française, de l’afro beat, de l’électro-rock, ou encore du ska au parfum jamaïcain sur les deux scènes présentes de l’événement. Pour cette seconde édition, l’organisation qui s’occupe de ce festival met les bouchées doubles, en misant sur l’aspect festif / reggae / dub du festival : Anthony Joseph & The Spasm Band (Angleterre) ( http://www.myspace.com/adjoseph ), Ras Daniel Ray (Jamaïque) ( http://www.myspace.com/rasdanielray7 ), Deadly Hunta (Angleterre) ( http://www.myspace.com/originaldeadlyhunta ) ou encore Ackboo feat. Zion I (France/Angleterre) ( http://www.myspace.com/ackboo ) viendront bruler les planches du « Watts à Bar » pour la première fois en Lorraine ! Autre évènement attendu qui mettra le feu aux poudrières de leurs nombreux fans, le groupe hexagonal La Ruda ( http://www.myspace.com/larudaofficiel ), qui jouera, malheureusement pour ses nombreux fans, l’un de ses derniers concerts, après 18 ans de carrière. Une occasion en plus de ne pas les rater !

Côté hip-hop et techno au sens large, les prescriptions mélancoliques puisant dans l’abstract hip-hop de Doctor Flake ( http://www.myspace.com/doctorflake ) sauront séduire les plus malades d’entre vous, alliant rythmes mélodiques et trip hop spatio-temporel… Façade plus acoustique et trance, les musiciens d’Hilight Tribe ( http://www.myspace.com/hilighttribemusic ) innovent dans un son électro instrumental où fusionnent une multitude d’instruments originaires des quatre coins du monde. Energie survoltée, rythme, danse, sons futuristes et cadences tribales sont les maitres-mots pouvant les qualifier. D’ores et déjà, ils vous donnent rendez-vous à la tombée de la nuit de samedi, deuxième jour du festival de Bar, pour vous apprendre (ou vous confirmer) qu’ils sont les précurseurs, depuis près de 10 ans, de la trance instrumentale inspirée à la « kick bass » made in France.

Une politique écologique de qualité

Nouveauté cette année puisque le « Watts à Bar » porte désormais le label européen d’éco-festival. L’initiative puise ses sources de l’association « Be Real », un plan d’action a été mis en place dans l’optique de permettre une valorisation responsable de l’utilisation du site, et, naturellement, de communiquer auprès des festivaliers ses préoccupations collectives et environnementales, si nombreuses soient-elles… Les différents points d’action comportent une charte à respecter en toute conscience, pour le bien être de tous les participants du festival, où le comportement écologique et la vision commerciale à plus basse échelle sont mis en valeur au moyen de questionnaires, brochures d’informations, tri sélectif et alimentation responsable, pour favoriser un monde plus juste et un comportement du consommateur plus adapté aux nouveaux défis.

Un lieu d’exception

Comme l’année précédente, ce n’est plus une surprise, les arènes festivalières tiendront place au creux du parc du Château historique de Marbeaumont, chef-lieu culturel de la ville, puisqu’Il lui sert de médiathèque. La venue jusqu’au festival lorrain est facile à trouver : elle se trouve non loin du centre-ville et des espaces de stationnement (parkings SNCF, de l’ancien hypermarché Leclerc et du hall des Brasseries). Sa capacité d’accueil peut aller jusqu’à 2500 personnes, autant dire que le nombre de convives importent peu dans ce lieu de culture… Seuls le divertissement et la découverte priment !

http://www.wattsabar.fr/

Association BE REAL - 1, rue de l’horloge - 55000 BAR LE DUC

Sur le même sujet