24 heures chrono : une série peuplée des personnages atypiques

La série 24 heures chrono donne à voir des personnages inhabituels et atypiques pour un film d'espionnage, un film noir ou encore un thriller.

DLa série télévisée 24 heures chrono met en scène des personnages atypiques qu’un friand des films d’espionnages, films noirs et thrillers ne saurait associer avec agilité à des rôles qu’il a l’habitude de voir sur le petit écran. Dans ce feuilleton américain créé par Joel Surnow et Robert Cochran, les méchants ne sont presque pas stéréotypés mais construit avec une subtilité réaliste, les top models sont quasi absents, les femmes occultent leur féminité et jouent plutôt en mettant en valeur l’intelligence et les minorités qui font la une des actualités sont valorisées. Tout est donc mis en œuvre par les auteurs pour que chaque rôle soit captivant et fascinant.

La monographie qui suit planche sur les personnages de 24 heures chrono et tente de trouver une explication aux motifs assignés à ces personnages.

Des méchants peu stéréotypés mais réalistes et fascinants

Les personnages qui incarnent les rôles des méchants dans 24 heures chrono ne sont quasiment pas stéréotypés comme c’est le cas dans beaucoup de films noirs, films d’espionnages ou encore des thrillers où les méchants sont présentés selon des archétypes mythologiques : chauvin, ubuesque, don juan, matamore, mouton de panurge, tartuffe, etc. Dans 24 heures chrono , les méchants sont subtilement décrits. Les auteurs prennent soin de leur fournir des motifs crédibles et moins surréalistes. C’est le cas d’André Drazen (S1) qui est présenté comme celui qui veut venger sa femme et sa fille tuées par Jack Bauer lors d’une opération secrète au Kosovo autorisée par David Palmer; Stephen Saunders (S3) qui a été abandonné par les siens et décide de se venger contre son pays ; Nina Myers (S1 et 3) qui pourrait jouer le rôle de la femme fatale, mais on ne connaîtra jamais ses réelles motivations et son personnage est resté ambigu jusqu’à sa mort.

Mais dans les personnages des méchants comme Christopher Henderson, Walt Cummings et Charles Logan, on trouve des empreintes d’une forte stéréotypie. Mais elle ne l’emporte pas sur la subtilité des auteurs à monter des personnages plutôt réaliste. Par exemple, en Christopher Anderson ou encore en Walt Cummings (S5), on reconnaît un chauvinisme manifeste. D’ailleurs, plus d’une fois Cummings et Anderson ont affirmé à haute voix qu’ils sont « patriotes ». Cependant, leur chauvinisme est relatif et négatif. Car ils sont corruptibles et complotent avec des terroristes qui veulent exterminer leur pays. Quant à Charles Logan (S5 et 8) qui est présenté comme un machiavélique avide de pouvoir et sans scrupule, le cliché assigné à son personnage devient réaliste lorsqu’on se rend compte que ses manipulations sont télécommandées par des multinationales et ne sont sous-tendues par aucune intelligence de sa personnelle.

Par ailleurs, on trouve parfois dans 24 heures chrono des femmes sexy - bien que la série ne soit pas peuplée de top models - qui jouent les rôles des méchants. A l’opposé de plusieurs séries télévisées, celles-ci ne recourent pas à leur beauté pour manipuler comme le font les femmes fatales mais à la subtilité de leur intelligence. C’est le cas de Mandy (S1 et 4) et de Collette Stinger (S5).

Qu’à cela ne tiennent, les personnages des méchants tels que décrits par les auteurs (Joel Surnow et Robert Cochran) sont réussis. Comme disait Alfred Hitchcock «pour qu’un film soit réussi il faut que le méchant soit réussi ». En effet, dans 24 heures chrono , les méchants sont fascinants, aussi efficaces que les agents du gouvernement, car ils parviennent souvent à leurs fins: abattre l'avion présidentiel (S4), faire exploser une bombe atomique en plein Los Angeles (S6), prendre d’assaut la Maison Blanche (S7) et on ne compte pas les nombreuses destructions de la CTU (S2,5,6,8).

un quota des minorités

La plupart des séries américaines fonctionnent avec un quota de minorités. On y reconnaît souvent les hispaniques, les asiatiques et les noirs. Mais la particularité de 24 heures chrono est d’adjoindre à ces trois races les moyens orientaux comme les turcs, les iraniens et les arabes que l’on retrouve à des postes clés de la CTU, comme la belle Nadia Yassir (S6).

une quasi absence des top models

Habituellement, les fictions d’espionnage sont peuplées de top models : James Bond 007 contre Docteur n°, Vivre et laisser mourir (Live and Let Die) , l’Homme au pistolet d’or ( The Man With The Golden Gun ), l’Espion qui m’aimait ( The Spy Who Loved Me ), Permis de tuer ( License To Kill ), Demain ne meurt jamais ( Tomorrow Never Dies ), Meurs un autre jour ( Die Another Day ), etc. Dans la série 24 heures chrono, on trouve plutôt une CTU dont les employés ont pour la plupart un physique commun. On trouve des geeks maladroits et mal fagotés comme Chloé O’Brian, Janis Gold (S7) ou encore Arlo Glass (S8). Plus curieux, c’est la présence d’un obèse : Edgar Stiles (S4 et 5).

Au nombre de ces femmes, deux sont très atypiques. Il s’agit de Chloé O’Brian, une génie informatique qui est souvent à la base des succès de Jack Bauer, et de Renee Walker, un Jack Bauer au féminin. Efficace et dévouée, c’est elle qui sauve la vie à Jack Bauer à la fin de la saison 7.

Occultation de la féminisation chez les femmes

Les femmes de 24 heures chrono ont des caractères solides ; elles sont courageuses et déterminées. Qu’il s’agisse de celles qui travaillent à la CTU, à la Maison Blanche ou encore de celles qui ont une amitié avec Jack Bauer, les femmes 24 heures chrono ne sont guère présentées comme des victimes. Plutôt elles occupent souvent des postes d’autorité avec compétence : Lynne Kresge (S2), Michelle Dessler (S4), Karen Hayes (S5), Renée Walker (S7 et 8) ou encore Taylor présidente des Etats-Unis (S7 et 8). Aussi, ces femmes ne mettent pas souvent en valeur leur féminité : presque pas de maquillage, accoutrement sobre et démarche souvent viril.

Et, lorsque les femmes de 24 heures chrono sont des bad girls, elles sont aussi dures et impitoyables que les bad guys : Nina Myers, Mandy, Sherry Palmer, etc.

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/24_heures_chrono

http://24.canalplus.fr/

http://24heureschronohommage.over-blog.com/article-24h-chrono-anatomie-d-une-serie-culte-n-4-les-personnages-63667477.html

Sur le même sujet