Les insignes du chef traditionnel ambuun (Bandundu-RDC)

Les insignes de pouvoir du chef traditionnel "ambuun" ne sont pas des simples ornements. Ils assurent que son pouvoir est légitimé par les ancêtres.
54

Le jour de son investiture, le nouveau chef traditionnel ambuun reçoit un anneau, des habits de cérémonies en tissu de raphia avec franges, un allume-feu, deux clochettes jumelées par une tige de fer, un tambour pour annoncer les événements importants, une peau de léopard, les plumes d’aigle, une Hermite, une canne, un tabouret et le kaolin («mpio a bul»). Ces signes sont hérités des ancêtres et lui sont transmis pour exprimer leur légitimation au pouvoir du nouveau chef.

En effet, dans la société traditionnelle ambuun, le pouvoir appartient aux ancêtres et ceux-ci le confient à celui qui à leurs yeux est plus compétent du fait de sa lucidité, de sa clairvoyance, de son courage... D’ailleurs pour confirmer que son pouvoir vient des ancêtres, le jour de son investiture le chef ambuun prend la parole pour remercier les ancêtres, tue un bouc et asperge son sang sur la tombe d’un aïeul. Il l’y verse ensuite du vin de palme et mange un morceau de noix de cola qu’il crache par terre. En réponse à ce rituel, les ancêtres légitiment le nouveau chef et lui délèguent le pouvoir d'agir désormais en leur nom comme chef politique, officiant religieux et juge.

L'article fait un zoom sur des objets qui loin d'être des simples ornements sont le lieu de communion entre les ancêtres et les vivants par la médiation de la personne du chef. Les ambuun, aussi appelés bambunda ou babunda, sont localisés actuellement en République démocratique du Congo, plus précisément dans la province du Bandundu, sur les territoires d'Idiofa et de Bulungu.

Symbolique de quelques signes du chef ambuun

Les insignes de pouvoir traditionnel d'un chef ambuun sont relativement nombreux. Conservés avec ultime soin dans une "maison sacré" appelée "Nzo a mpio", ces insignes sont:

  • l’anneau: à travers cet objet qui est généralement porté autour du cou comme un collier, les ancêtres chargent le chef traditionnel de veiller à l’unité, à la protection et au bien-être du village. Le signe est à ce titre, symbole de l’autorité reçue des ancêtres, de l’unité et de pouvoir.
  • le tissu de raphia (Mbal): ce linge est ceint autour de la hanche. Il représente la richesse traditionnelle reçue des ancêtres et dont le chef est le garant
  • l’allume-feu: c’est le signe que le chef est le garant de la réserve du feu. Il ne peut pas en manquer.
  • le tambour: c’est un tam tam qui permet au chef de communiquer avec son peuple éparpillé. Il s’en sert pour leur annoncer son passage, la mort d’un sujet et des attitudes qu’ils doivent adopter vis-à-vis d’une situation donnée.
  • la peau de léopard: elle symbolise la puissance et la force que le chef incarne. Chez les ambuun, le chef traditionnel est un «léopard» et à ce titre, aucun homme ne peut le croiser sur le chemin.
  • les plumes d’aigle: l’aigle étant un oiseau qui vole très au point de rendre invisible dans les nuages, les plumes d’aigle symbolisent donc le pouvoir du chef d’entrer en contact avec le monde invisible (monde des ancêtres et des esprits); de se déplacer magiquement par «téléportation»; et, d’être au-dessus de la mêlée par des paroles sages et impartiales.
  • la canne (Lwang): elle symbolise la puissance des ancêtres qui habite et agit dans le chef traditionnel. Il l’a à toutes les occasions et s’en sert pendant les palabres. Aussi, sa protection y réside.
  • le tabouret (ilil): c’est un escabeau béni par les ancêtres et incarnant le pouvoir magique du chef. Seul le chef s’y assoit.
philosophes africains

Sources:

Félicien Mpuku Laku, "Art et légitimité du pouvoir chez les ambuun. Analyse métaphysico-esthétique de la canne cheffale (Lwang) et du tabouret (elil)", in Technoscience, savoirs endogènes et formes de vie spirituelle. Défis et enjeux pour une réinvention de l'Afrique, (Mélanges en mémoire du Professeur Gérard Buakasa Tulu Kia Mpasu), Kinshasa, Noraf, 2006, pp. 211-218.

Mudiji Malamba, Le langage des masques africains. Etudes des formes et des fonctions symboliques des "mbuyas" de pende, Kinshasa, FCK, 1989, 188 pages.

Jean-Macaire Munzele Munzimi, « Interaction du monde visible et invisible chez les Bantu : cas du culte des ancêtres chez les Ambuun »; in ANAMNESE , n°2, 2006, pp. 213-219.

Sur le même sujet