Les vertus de l'entomophagie ou la consommation d'insectes

La consommation d'insectes est vertueuse pour la santé humaine. Pourvu qu'ils soient comestibles, les insectes peuvent procurer jusqu'à 60% des protéines.
85

Dans l’alimentation de bien de peuples, les insectes sont une source importante de protéines. Mais on n’en mange pas que par nécessité. C’est aussi un vrai délice ! Qu’ils s’agissent des termites ailés, des chenilles, des sauterelles vertes ou encore des grillons, ces bestioles font dans plus d’une centaine de pays le bonheur de biens des papilles. L’entomophagie ou la consommation d’insectes est très vertueuse à bien d’égards. Elle est très fréquente en Afrique tropicales mais aussi en Asie, en Océanie et en Amérique latine.

Variété d’insectes comestibles

Dans les pays tropicaux, plusieurs sortes d’insectes s’invitent à table. Pendant la saison des pluies, des termites ailés grouillent : à la campagne autour des termitières, dans les zones urbaines autour des lampadaires. Le soir après un orage, les enfants se précipitent. Ils en remplissent de pleins paniers, mais aussi leur gosier, en gloussant de plaisir. Les termites ailés se dégustent séché au soleil ou grillé, assaisonné de sel et de piment. Il entre aussi dans la préparation des plats en sauce ou de boulettes.

A la saison sèche immigrent des sauterelles vertes. On les fait griller ou, une fois qu’on leur a ôté les pattes et les ailes, cuire à petits bouillons. En Afrique tropicale, on se délecte également de plusieurs espèces de chenilles. C’est le cas des larves d’imbrasia, un grand papillon de nuit brun qui pond dans les branchages du sapelli. Une fois écloses, les chenilles sont ramassées puis lavées. On les mijote avec des tomates, des oignons et d’autres ingrédients selon les préférences de la maison. On peut les sécher ou les fumer, ce qui permet de les conserver jusqu’à trois mois.

Insectes comestibles : une alimentation sûre et saine

Tous les insectes ne sont pas comestibles. Cependant, beaucoup présentent aucun danger pour peu qu’ils aient été préservés des pesticides et des engrais, et soient préparés correctement. Bien sûr, il est plus prudent de s’en abstenir si l’on est allergique à leurs équivalents marins, les crustacés, qui comme eux appartiennent à l’embranchement des arthropodes. Mais contrairement à la plupart des crustacés, qui se repaissent de matières en décomposition, la majorité d’insectes comestibles se nourrissent de feuilles saines. Ils consomment par ailleurs des végétaux dont l’homme ne pourrait autrement tirer profit, car ils sont indigestes.

Aussi petite soit-elle, la chenille est un incroyable concentrés des nutriments. D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, la teneur en protéines de la chenille séchée est de deux fois supérieure à celle du bœuf. Les spécialistes s’intéressent de nouveau à l’avantage que constituent dans les pays en voie de développement les protéines nourrissantes des insectes.

Cent gammes des centaines espèces de chenilles suffisent à combler une grande partie des besoins journaliers en diverses vitamines et en éléments indispensables comme le calcium, le fer, le magnésium, le phosphore, le potassium et le zinc. De plus, une bouillie à base de farine de chenille peut compléter l’alimentation d’enfants dénutris.

L’entomophagie comporte aussi des avantages d’ordre écologique. En effet, la consommation d’eau et les émissions de gaz à effet de serre qu’elle entraine sont minimes. Sans compter que la récolte des insectes est un moyen naturel de lutter contre leur prolifération.

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Entomophagie

http://agriculture.gouv.fr/FAQ-Insectes-pour-la-consommation

http://agriculture.gouv.fr/FAQ-Insectes-pour-la-consommation

Sur le même sujet