RDC : La dimension magique de la présidentielle 2011

Le numéro d'ordre associé à chaque candidat à la présidentielle a donné lieu à des lectures prophétiques frisant presque la magie. Voici quelques exemples.
15

En publiant la liste des candidats à l’élection présidentielle 2011 en RDC, la Commission électorale nationale indépendante avait pour des raisons mnémotechniques associé le nom de chaque candidat à un numéro l’identifiant. Ce numéro correspondait à la position occupée par le nom du candidat selon l’ordre alphabétique allant de A à Z. Ainsi donc, selon l’ordre alphabétique, Andeka Jean dont le nom commence par la lettre A s’est retrouvé candidat numéro 1 et Tshisekedi Wa Mulumba Étienne, dont le nom débute par la lettre T clôturait la liste comme candidat numéro 11.

Mais ces numéros qui au départ n’étaient que des pures coïncidences seront interprétés des approches numérologiques diverses.

Étienne Tshisekedi : candidat numéro 11

L’approche numérologique de la position d’Étienne Tshisekedi sur la liste des candidats à la présidentielle 2011, candidat numéro 11, a débouché sur plusieurs interprétations. Selon les “combattants” de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), la position 11 d’Étienne Tshisekedi évoque d’abord les 11 provinces que comprend la RDC, aujourd’hui en voie d’être émiettées selon plusieurs politologues. À ce propos, la position du candidat Tshisekedi sur la liste des présidentiables est interprétée comme une position de l’unité. “Tshisekedi serait, selon le bishop Elysé, le seul candidat capable de déjouer le plan de morcellement de la RDC et de veiller à l’intégrité de ses 11 provinces”.

Pour d’autres par ailleurs, cette position est à plus d’un titre prophétique. Car, pour eux ce n’est nullement une coincidence qu’Étienne Tshisekedi se retrouve candidat numéro 11 dans une election présidentielle qui est organisée durant le onzième mois de l’année 2011 dans un pays qui compte 11 provinces en voie de morcellement.

Tshisekedi est donc selon ses partisans, “l’ouvrier de la onzième heure” dont parle la Bible. En effet, “la parabole de l’ouvrier de la onzième heure” se trouve dans l’Évangile selon Saint Matthieu, chapitre 20, verset 1 à 16. Elle fait partie de enseignements de Jésus en Judée, peu avant son entrée triomphale à Jérusalem. En fait, en qualifiant Tshisekedi d’”ouvrier de la onzième heure”, ses partisans le présentent donc comme la voie par laquelle la RDC qui a beaucoup souffert accédera à la félicité.

Joseph Kabila : candidat numéro 3

Joseph Kabila, lui est candidat numéro 3. Actuel président de la RDC, Kabila est arrivé au pouvoir à la suite de l’assassinat de son père Laurent Désiré Kabila en janvier 2001. En 2006, l’homme est élu président de la République pour un premier mandat de cinq ans. Candidat à sa propre succession, Joseph Kabila a sollicité à la présidentielle de novembre 2011 un second mandat. S’il est élu pour un nouveau mandat de cinq ans, en 2016 il aura totalisé 15 ans au pouvoir. Mathématiquement, il aura fait cinq ans trois fois.

Ainsi donc, ses partisans se saisissent de sa position, 3ème sur la liste des candidats à la présidentielle, pour définir le nouveau mandat qu’il sollicite comme un mandat de stabilité. Pour eux, de 2001 à 2006, quoique non élu Joseph Kabila s’est consacré à réunifier la nation partitionnée par plusieurs rebellions et à finir la guerre dans les provinces de l’Est ; entre 2006 et 2011, il s’est consacré à reconstruire le pays. Le nouveau mandat qu’il a sollicité à l’élection du 28 novembre dernier, est un “mandat de stabilité”. “Joseph Kabila veut consolider la paix qu’il a ramenée au pays et stabilisé le cadre macroéconomique afin de parachever l’oeuvre de la reconstruction qu’il a commencée depuis 2006”, a dit Aubain Minaku, coordonnateur de la Majorité présidentielle de Joseph Kabila.

Coincidence magique, numéralogiquement, “trois” est le chiffre de la stabilité. Car, renversé, “3” se transforme en “m”, une figure à trois pates symbolisant un “état stable”.

Vital Kamerhé : candidat numéro 5

Positionné cinquième sur la liste des candidats présidents, Vital Kamerhé s’est désigné dans le cadre de sa campagne comme étant “le cinquième président de la RDC”. Assertion qui a suscité des suspicions dans le camp de l’opposition où certains l’ont souvent soupçonné de jouer le jeu de Joseph Kabila.

Selon Maitre Beya, “que Kamerhé se dise le cinquième président sous-entendent deux hypothèses : la première, et la plus évidente, est qu’il se désigne comme étant le successeur de Joseph Kabila, celui-ci étant actuellement le quatrième président que la RDC a connu. La deuxième hypothèse est que Kamerhé peut devenir ce cinquième président même en 2016. Il suffit simplement que Kabila gagne les présentes élections. Voilà d’où provient le roussi. Et surtout, lorsque l’on sait qu’il est l’artisan principal de l’élection de Joseph Kabila en 2006”.

Léon Kengo wa Dondo : candidat numéro 7

Le chiffre 7 est souvent associé à Dieu, l’être parfait. Ainsi donc, les partisans de Léon Kengo Wa Dondo se saisissent de cette signification pour présenter leur candidat comme le profil idéal dont la RDC a besoin pour se parfaire. Technocrate de carrière Kengo a l’avantage d’une rumeur sur sa personnalité. Serait-il “rigoureux” racontent les kinois qui le connaissent personnellement.

Par ailleurs, les comiques associent parfois son numéro au numéro porté par Christiano Ronaldo dans le club espagnol, Real Madrid. En effet, cet attaquant madrilène est aujourd’hui le meilleur buteur du championnat espagnol et passe pour le meilleur buteur de l’histoire du Real Madrid. Fin athlète et coureur exemplaire, les partisans de Kengo pensent qu’en politique Léon Kengo Wa Dondo est ce que Christiano Ronaldo est sur le terrain de football.

Sources :

http://www.syfia-grands-lacs.info/index.php?view=articles&action=voir&idArticle=2294

http://fr.allafrica.com/stories/201111220009.html

http://radiookapi.net/emissions-audio/linvite-du-jour/2011/11/16/n5-kamere-lwa-kanyingini-nkingi-vital/

http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t4614p60-kamerhe-kengo-tshisekedi-mbusa-nyamwisi-candidat-unique-de-l-opposition-programme-a-kinshasa

Sur le même sujet