Shree : histoire d'amour, parapsychologie et hindouisme

Au fond une histoire d'amour, la série Shree a fini par devenir une fiction paranormale. Pour la comprendre, il faut la passer au crible de l'hindouisme.
501

Lorsqu’on regarde le feuilleton indien Shree, à première vue on a affaire à une histoire d’amour. Pourtant cette histoire est truffée des scènes, des personnages et rôles paranormaux dont la clé de compréhension reste l’hindouisme. Ainsi, en passant le feuilleton indien au crible de la religion polythéiste orientale, l’amour devient un thème parapsychologique et la parapsychologie, elle-même, un thème de l’hindouisme.

Amour et parapsychologie

Le thème de l’amour et du paranormal qui est au centre du récit filmique du feuilleton indien est présent dès le premier épisode, précisément lorsque Shree rencontra Hari pour la première fois. En effet, lorsque Shree vit Hari pour la première fois, elle le prit pour un fantôme ignorant qu’il était simplement couvert de la boue. Ironie du sort, c’est de cet homme qu’elle prit pour un fantôme qu’elle va tomber amoureuse, épouser par la suite et commencer la rocambolesque et paranormale histoire d’amour de sa vie.

Transmigration de l’âme de Kangana et mariage de Hari avec Shree

L’histoire d’amour de Shree et Hari devint un rocambolesque feuilleton paranormal à cause d’un personnage : c’est Kangana. En effet, pour comprendre le sens de son personnage, il faut au préalable interroger la philosophie hindouiste à propos de la réincarnation, le « samsara » donc.

Dans l’hindouisme, le corps est une enveloppe provisoire de l’être humain. Et après la mort, l’âme se réincarne dans un autre corps en fonction des actions, bonnes ou mauvaises, réalisées pendant la vie. Les âmes des personnes mauvaises particulièrement transmigrent en enfers, où les démons les tourmentent jusqu’à la purgation de leurs péchés.

Au regard des motifs assignés à son personnage, Kangana est une âme qui a transmigré en enfers. Car elle est morte d’amour pour Hari, qui lui, a plutôt préféré épouser Shree. Réincarnée dans une âme rongée par la vengeance, Kangana veut punir Hari. Elle tue toutes les femmes que celui-ci prend en mariage, sauf la treizième : Shree.

En fait, treize est le chiffre qui vient après douze, qui lui est le symbole de la souffrance dans l’hindouisme. Pour un hindouiste, comme pour un bouddhiste, la souffrance n’est guère une punition. Elle est une composante essentielle de toute existence (Cf. La première des quatre nobles vérités du bouddhisme). De ce point de vue, douze est donc le symbole définitionnel de l’existence – puisque exister égale souffrir – et treize, qui symbolise la position de Shree dans la lignée des femmes que Hari a épousées, signifie absence de souffrance. Comment comprendre cela du point de vue de l’hindouisme ?

Dans la philosophie hindoue, et particulièrement dans le système métaphysique appelé ‘’Vedanta’’, l’existence est une illusion à laquelle, seuls les ignorants croient. Et cette illusion peut être éliminée par le renoncement à tous les désirs mondains afin d’atteindre un état mystique de libération, de paix intérieure et d’identification au Brahman (l'Être pur et suprême universel de l’hindouisme). Le ‘’moksha’’ donc. Au regard des motifs associés à son personnage, Shree est un être qui a atteint le ‘’moksha’’ (le ‘’nirvana’’ bouddhiste). Cette thèse se confirme par ailleurs, lorsqu’on se rend compte qu’en tant que fille d’un prêtre, elle appartient à la caste brahmanique, dernier degré de spiritualité dans l’hindouisme.

Combat spirituel Kangana versus Shree

Pour rappel, Kangana tient à se venger de Hari pour ne l’avoir jamais aimé. Morte de son amour, elle s’est réincarnée en un démon pour tuer toutes les femmes qu’Hari prend en mariage. Elle en a déjà tué douze, mais ne parvient à tuer la treizième Shree à cause de sa spiritualité ascétique très élevée. Shree, fille d’un prêtre hindou et épouse de Hari, est une femme qui vit selon les textes mystiques hindous : Veda, Upanishad, Vedanta, Sutra, etc.

En contre partie de sa dévotion aux dieux (Shiva, Vishnou, Ganesha…), Shree bénéficie de leur protection. Dans le combat spirituel que Kangana lui impose afin de détruire sa famille, les dieux – chacun selon ses caractéristiques – combattent à sa faveur. Sauf peut-être Shiva qui joue son double jeu caractériel.

En fait, dans l’hindouisme Shiva est considéré comme un dieu exerçant un pouvoir total sur le cosmos. Il résume en lui-même les fonctions de toutes les autres divinités. Cependant, sa particularité est d’être une divinité paradoxale : il est à la fois associé à la destruction et à l’érotisme. Selon une légende hindoue, Shiva s’est réincarne parfois sous l’avatar de Rudra (un dieu rugissant). Tout porte donc à croire que le personnage de Rudra dans le feuilleton indien, est la réincarnation de Shiva. Rudra est un tapageur ; il verdit les yeux lorsqu’il veut détruire et sert de support aux infatigables désirs érotiques de Kangana pour Hari. C’est lui qui veut faciliter Kangana à déposséder Shree de Hari. Et pour mener au mieux cette besogne, Rudra s’est réincarné dans la lignée des raghuvamci en naissant du sein de Shree.

Pour contrer le pouvoir destructeur de Rudra sur Shree, Ganeshe – une divinité qui fait sûrement référence à Ganesha : dieu hindou à la tête d’éléphant qui aplanit les difficultés, lève les obstacles et résout les contradictions – a envoyé Naveli. Née du sein de Shree, Naveli est la sœur jumelle de Rudra. Elle est obstacle majeur contre les projets maléfiques de Rudra et de Kangana. Et pour sa mère, elle est à la fois une consolatrice et un support dans le combat spirituel contre Kangana.

Autres informations

Le feuilleton indien Shree , serait tiré d’un poème épique intitulé Raghuvamca (parfois écrit aussi Raghuvamsa) écrit par Kalidas et contenu dans la littérature sanskrite. Ce poème décrit les hauts faits d’une femme mythique qui recourrait aux forces surnaturelles pour sauver la lignée raghu – à laquelle elle appartenait – menacée de disparaître. La lignée des Raghuvamci dont il est question dans la série Shree fait sûrement référence à Raghuvamca. Ainsi, en référence à ce poème, Shree est donc entré dans la lignée raghuvamci pour la sauver. Précisément, sauver Hari - héritier de l’entreprise familiale - de l’emprise de Kangana qui tient à tout pris à détruire sa progéniture.

Sources :

Shree, feuilleton indien

"Shiva." Microsoft® Études 2008 [DVD]. Microsoft Corporation, 2007

"Ganesha." Microsoft® Études 2008 [DVD]. Microsoft Corporation, 2007.

"Vishnou." Microsoft® Études 2008 [DVD]. Microsoft Corporation, 2007.

"Hindouisme." Microsoft® Études 2008 [DVD]. Microsoft Corporation, 2007.

Sur le même sujet