Zuma accusé d'organiser une cabale pour la réélection de Kabila

Dans un reportage diffusé ce dimanche 4 décembre sur SABC, les combattants d'Afrique du Sud ont ouvertement accusé Jacob Zuma de soutenir Joseph Kabila.

Le dimanche 4 décembre dernier, les combattants d’Afrique du Sud ont pris d’assaut les installations de la chaine nationale Sudafricaine SABC, South Africa Broadcasting. Alertés, les journalistes de cette chaine ont aussitôt réalisé un reportage sur leurs visiteurs. Dans ledit reportage diffusé dans le journal télévisé de 19h 00, les combattants accusent sans ménage, le président Sudafricain, Jacob Zuma, d’être l’auteur de la réélection de Joseph Kabila à la tête de la Rdc. “Zuma aurait, de l’avis d’un interviewé, monté une cabale permettant la réélection frauduleuse de Joseph Kabila en vue de protéger son bussness en RDC”.

Les “combattants” sont un groupe de pression politique de la diaspora congolaise. Ils sont idéologiquement proche d’Étienne Tshisekedi et soutiennent son élection à la présidentielle 2011. Sans être organisés dans une corporation unique, ce groupe existe en France, en Belgique, en Angleterre, en Angola et Afrique du Sud. Depuis peu, l’existence d’un mouvement similaire est aussi signalé dans certains pays d’Amérique et d’Asie. Se considérant comme des “patriotes”, leur moyen de pression politique demeure jusqu’à ce jour la violence physique et symbolique. C’est d’ailleurs à cause de ce moyen de pression que la plupart de ceux qui pactisent avec le gouvernement de Joseph Kabila ne voyagent plus dans les pays où sont organisés des groupes des combattants. C'est le cas des hommes politiques, des artistes, etc.

Les indices de culpabilité de Jacob Zuma

Selon Gabriel Kalonji - un des leaders des combattants d’Afrique du Sud surnommé “Lumumba” - un des neveux de Jacob Zuma aurait une entreprise pétrolière qui représenterait les intérêts du président Sudafricain au Nord-Kivu en Rdc. Et cette entreprise nommée “Divine Inspiration Group”, bénéficierait de l’appui de Joseph Kabila et serait de ce point de vue exemptée de certaines obligations exigées aux entreprises pétrolières qui choisissent de s’installer en Rdc.

Ainsi donc, de l’avis de Gabriel Kalonji, “Jacob Zuma a monté toute une cabale organisant la réélection frauduleuse de Joseph Kabila en RDC en vue de protéger ses intérêts”. Au nombre des indices que ce combattant évoque pour culpabiliser le président Sudafricain, il y a notamment l’affaire de 14 palettes contenant 5 millions de bulletins de vote pré-cochés avec le nom du candidat Kabila. Ces palettes avaient été confisquées par la Mission des nations unies pour la stabilisation au Congo, Monusco, à l’aéroport de Ndjili dans un avion en provenance d’Afrique du Sud. Et aujourd’hui, ces palettes auraient disparu.

En fait, “l’affaire des 14 palettes” corroborent une thèse faisant état d’une cargaison des bulletins de vote pré-cochés avec le nom du candidat Kabila que quelques Congolais travaillant à l’Aéroport Oliver Tambo de Johannesbourg auraient découvert. Cette rumeur qui a défrayé la chronique dans le Quartier Yeoville de Johannesbourg, avait poussé certains “combattants” à demander au gouvernement Sudafricain d’ouvrir une enquête à ce propos. De l’avis, de Gabriel Kalonji dit Lumumba, “Mme Sisulu, actuelle ministre de la défense d’Afrique du Sud, a catégoriquement refusé”.

Les moyens de pression pour contrer Jacob Zuma

Pour contrer ce qu’ils appellent “le plan Zuma”, les combattants d’Afrique du Sud comptent faire un sit-in cet avant midi à Luthuli House, le siège de l’African national congress, Anc à Johannesbourg.

Déjà, la semaine dernière les combattants avaient fait un premier sit-in devant l’ambassade des États-Unis à Pretoria. Dans le memorandum qu’ils ont adressé au président américain Barack Obama, ils ont mis en garde le gouvernement américain au cas où celui-ci soutiendrait la “réélection frauduleuse” de Joseph Kabila. “Ils rendraient le pays ingouvernable” ont-ils conclu. Aussi, pour réaffirmer leur soutien à l’élection d’Étienne Tshisekedi, ce mardi 6 décembre, ils comptent aller fêter devant l’ambassade de la Rdc à Pretoria.

Visiblement, ces congolais ont hâte de rentrer chez eux. Ils patientent depuis des années, en attendant que la situation économique et sociale de la Rdc s'améliore. Mais chaque jour qui passe, dit Bob Bofoka, "le rêve de rentrer au Congo se brise et l'exile économico-social auquel nous sommes soumis se prolonge. Les informations sur l'extrême pauvrété et les entraves de la démocratie venant du pays ne nous rejouissent point. Au contraire, elles reconfortent notre peur de rentrer. Or, nous ne voulons manger trois fois alors que nos frères n'ont qu'un repas par semaine. Nous voulons investir chez nous plutôt que d'investir sur une terre d'exile. Et pour rentrer chez nous, nous voulons d'abord voir à la tête de la RDC un chef de l'Etat qui représenterait nos intérêts et non ceux des étrangers".

Sources :

http://vigilancerdc.afrikblog.com/archives/2008/06/25/9698565.html

http://www.lesafriques.com/congo-rdc-/congo-rdc-le-contrat-d-exploration-petroliere-attribue-a-tullow-oil-con.html?Itemid=3

http://bamanisajean.unblog.fr/a-propos/documentations/

http://bamanisajean.unblog.fr/a-propos/mes-interventions-a-lan/

http://www.platformlondon.org/carbonweb/documents/drc/Petrole_au_Lac_Albert_fr_DRC_Tullow_PLATFORM_May_2010.pdf

http://beevens.skyrock.com/2999760201-Ba-combattants-ya-afrique-du-sud-batomboki-botala.html

http://www.yebelavision.com/products/les-combattants-contre-vital-kamerhe-en-afrique-du-sud/

Sur le même sujet