Le château de Tarascon, vestige provençal du Moyen Âge

Le château de Tarascon est l'un des plus beaux monuments historiques de la vallée du Rhône. Il reste un témoignage incroyable de la période médiévale.

En plein cœur de la ville de Tarascon, un château s'élève au bord du Rhône . Un bloc de pierres imposant et austère taillé dans le rocher. A la fois forteresse médiévale et palais de la Renaissance, ce château est le gardien des terres de Provence. Symbole du pouvoir angevin, il connut ses plus belles heures sous le règne du roi René.

La légende de sainte Marthe et de la Tarasque

Il y avait sur les rives du Rhône, dans un bois entre Arles et Avignon, un dragon moitié animal, moitié cheval, moitié poisson, plus épais qu’un bœuf, plus long qu’un cheval, avec des dents semblables à des épées et grosses comme des cornes, qui était armé de chaque côté de deux boucliers; il se cachait dans le fleuve d’où il ôtait la vie à tous les passants et submergeait les navires.

A la prière des peuples, Marthe (sœur de Marie Madeleine et de Lazare), alla dans les bois et l’y trouva mangeant un homme. Elle jeta sur lui de l’eau bénite et lui montra une croix. A l’instant le monstre dompté resta tranquille comme un agneau.

Sainte Marthe le lia avec sa ceinture et, incontinent, il fut tué par le peuple à coups de lames et de pierres. Or les habitants du pays appelaient le dragon Tarasque, et en souvenir de cet évènement ce lieu s’appelle encore "Tarascon".

Ce fut en cet endroit que sainte Marthe, avec l’autorisation de son maître Maximin et de sa sœur, se fixa désormais et se livra sans relâche à la prière et aux jeûnes.

[La légende dorée de Jacques de Voragine, milieu du XIIIe siècle]

Un peu d'histoire

Le site de Tarascon est connu et exploité depuis l’Antiquité, cependant la première construction en dure ne date de que 1040, elle est l'œuvre des Marquis de Provence. C’est au XIIe siècle que Tarascon prend toute son importance; son emplacement stratégique en fait une ville gardienne des mouvements et passages sur le Rhône. Tarascon devient une place économique majeure.

Grâce aux reliques de sainte Marthe, découvertes en 1187 et exposées aux fidèles dans une église au pied du château, elle devient aussi un lieu de pèlerinage important.

Forteresse militaire, elle joue un grand rôle dans les conflits opposants le Roi de France, les villes de Provence, les Toulousains et les légats pontificaux du Comtat-Venaissin (partie nord-ouest du marquisat de Provence.)

Entre 1368 et 1369, la forteresse est mis à mal à cause des sièges répétés de Du Guesclin. Totalement délabrée, elle est rasée en 1400 et reconstruite en 1401 sous la dynastie des ducs d’Anjou, et plus précisément Louis II. Ce dernier souhaite en faire le symbole de la puissance Angevine et le prestige d’une cour royale. Mais le château connaît l’apogée de sa gloire sous le règne de René Ier d’Anjou dit le Bon (1409-1480).

Laissant disparaître l’austérité de ses murs, la forteresse se transforme en palais avec une cour remplie d’artistes ou se mêlent amour courtois et floraison littéraire et artistique.

Au XVIe siècle le château sert surtout de prison.

Le monument suite à des siècles d’intempéries se retrouve dans un bien piètre état, cependant il sera tout de même inscrit dans le premier inventaire des monuments historiques en 1840 sous l’ordre de Prosper Mérimée.

Un style architectural peu commun: entre forteresse et palais

Le château de Tarascon a cette particularité de représenter à la fois une forteresse et un palais.

A la base, construit pour être une sentinelle de l’Empire et pour parer les attaques, il se transforme grâce aux ducs d’Anjou en un vrai lieu de vie au luxe apparent et raffiné.

L’enceinte qui protège la basse-cour équipée de mâchicoulis, le pont servant aujourd’hui d’entrée (en remplacement du pont levis originel) muni d’un système défensif avec une herse, les quatre tours protégeant les angles, la terrasse dallée qui facilitait la manœuvre d’artilleries sont autant de témoins de l’époque médiévale.

Le château de Tarascon reste un monument très bien conservé, qui l’espace d’une visite, vous transporte dans une période riche et inoubliable du passé.

Sur le même sujet