Que sont devenues les mini miss des concours de beauté?

Peu d'études se sont intéressées aux effets à long terme de ces compétitions pour enfants sur les ex-reines, mini miss, et participantes non titrées.
40

Certains les condamnent, d’autres les acclament. Les concours de beauté pour enfants laissent rarement indifférent. Mais après avoir parcouru durant des années ces circuits d’épreuves, de quelle façon les candidates sont-elles affectées par l'expérience? Quelles sont les conséquences psychologiques d’une exposition si précoce et intense à une rivalité basée sur des critères d’apparence et de superficialité?

Les petites filles obéissantes et désireuses de plaire qu’elles étaient jadis se sont-elles transformées en jeunes femmes égocentriques et matérialistes, obsédées par leur physique? Quelle relation entretiennent-elles avec leurs mères, qui parfois les ont embrigadées dans ces compétitions controversées avant même qu’elles ne sachent marcher?

Maquillage, coiffure, vêtements de femmes et sexualisation précoce

Le documentaire Painted Babies avait révélé en 1995 le phénomène américain des concours de beauté pour enfants, scandalisant le public étranger. Le concept s’était néanmoins répandu rapidement dans plusieurs pays.

On y voyait des fillettes d’à peine cinq ans, attifées comme des poupées Barbie, se trémoussant et interprétant des chansons grivoises devant juges attendris et parents enthousiastes, durant les épreuves de talents et de présentations vestimentaires du Southern Charm Pageant d’Atlanta, en Georgie.

Le reportage s’attardait sur le parcours de deux participantes, habituées de ces compétitions malgré leur jeune âge. L’une d’elles, Asia Mansur, expressive et dynamique, prenait de toute évidence beaucoup de plaisir à parader. L’autre, plus taciturne, était la grande gagnante du concours. Couronnée Supreme Queen, Brooke Breedwell remportait un prix de 5 000 dollars. Malgré son sourire, elle semblait fatiguée et blasée.

Vivre le rêve américain à travers son enfant

La rivalité entre parents et l'arrivisme de plusieurs mères étaient dévoilés dans le film, de même que leur total investissement dans l'entreprise. On découvrait les sommes colossales qu'elles consacraient aux vêtements de scène, accessoires et cosmétiques, soins corporels, leçons de chant ou cours de danse, pour pousser leur progéniture dans un secteur d'activités lucratif et peu réglementé, proche de l’exploitation infantile.

En 2007, la journaliste de la BBC auteure de Painted Babies , Jane Treays, s’est rendue au Tennesse et en Louisiane pour recueillir les témoignages des anciennes petites protagonistes . Elle a retrouvé deux jeunes femmes, âgées de presque 18 ans, dont les routes ont pris des directions opposées. Des événements familiaux ont perturbé leurs vies: l’arrivée d’un petit frère handicapé pour l’une, la poussant prématurément à la retraite, et le divorce des parents, source de grande anxiété pour l’autre.

Conserver un équilibre mental et émotionnel

Asia Mansur, n’a pas décroché des concours de beauté et enseigne même ses secrets aux petites voisines qui débutent dans le métier. Elle participe encore régulièrement aux compétitions dans son groupe d’âge, encouragée par sa mère et sa grand-mère toujours excitées par l’argent et les prix à gagner. Désirant poursuivre des études pour devenir technicienne en radiologie, Asia ne croit pas qu’une enfance passée à courir les concours ait pu lui nuire.

Brooke Breedwell est pour sa part devenue une fille sportive, mature et équilibrée, au style naturel. Elle est davantage critique face à son expérience passée . Elle a abandonné les concours à huit ans et se souvient qu'elle devait toujours être parfaite et battre ses rivales à tout prix. Brooke admet qu’elle a été soumise à beaucoup de pression et que le constant besoin de gagner de sa mère l’a affectée et nuit encore à leur relation. Aujourd’hui, l’étudiante appliquée prépare son entrée dans le domaine des communications.

Les deux jeunes femmes conviennent toutefois que malgré le stress et le travail énormes, les concours de beauté apportent confiance en soi, détermination, et contribuent à développer la concentration.

Insatisfaites de leur image corporelle

Une étude publiée en 2005 appariant selon l’âge et l’indice de masse corporelle d’anciennes concurrentes à des femmes n’ayant jamais pris part à des concours de beauté pour enfants, a permis d'observer des divergences entre les deux groupes concernant les comportements alimentaires et certains aspects de la santé mentale.

Les auteurs ont conclu que ces compétitions pouvaient avoir une incidence sur l'insatisfaction à l'égard de son corps, la méfiance envers autrui, le manque de maîtrise des pulsions, et, possiblement, le sentiment d’impuissance. Par contre, aucune différence significative n'était notée sur les comportements boulimiques, la perception du corps, la dépression et l’estime de soi.

Ces résultats, obtenus à partir d’un échantillonnage réduit et ne pouvant être généralisés, suggèrent cependant que des initiatives éducationnelles ciblant les jeunes participantes à ces concours, particulièrement en ce qui a trait aux désordres alimentaires, pourraient être bénéfiques. Ils plaident aussi en faveur d’études comparatives à long terme. Car même si les rares témoignages laissent croire que les ex-candidates s’en tirent assez bien sur le plan psychologique une fois devenues de jeunes adultes, des séquelles pourraient se manifester plus tard.

Populaires depuis plusieurs années notamment dans les états du sud, on estime aujourd’hui que 250 000 enfants, fillettes mais aussi garçonnets, participent annuellement à plus de 5 000 concours de beauté à travers les États-Unis. Certaines familles n’hésitent pas à s’endetter lourdement pour prendre part à ces compétitions.

Références:

Canning, Andrea and Jessica Hoffman. "Former Child Beauty Queen Speaks Out". ABC News, Aug. 13, 2009.

Treays, Jane. "The child beauty-pageant queens who grew up". The Sunday Times, May 25, 2008.

Wonderlich, Anna, Diann Ackard, Judith Henderson. “Childhood Beauty Pageant Contestants: Associations with Adult Disordered Eating and Mental Health” Eating Disorders 13 (2005) : 291-301.

À consulter:

Toddlers & Tiaras

Painted Babies Growing Up

Sur le même sujet