Entorse du genou avec rupture LCA: opération ou kinésithérapie?

Blessure courante lorsqu'on pratique le football ou le ski de piste, la rupture du ligament croisé antérieur est plus embêtante qu'on ne croit. Conseils.
37

Patatra dans la poudreuse, et le sale petit bruit se fait entendre: "Clac clac." Et vous voilà parti pour des mois de galère! La rupture du ligament croisé antérieur (LCA) à ski concerne chaque année plus de 15 000 personnes en France, mais ce type de blessure est aussi fréquent dans tous les sports dits "de pivot" (où le genou est fortement sollicité pour de brusques changements de direction) comme le football, le handball, le volley-ball ou encore le baseball.

Les ligaments croisés du genou

Couramment appelé LCA, le ligament croisé antérieur forme avec le LCP (ligament croisé postérieur), le pivot central de l'articulation du genou. C'est dire si son rôle est important dans la vie de tous les jours : marche, course, changement de direction ou rotation. Et comme notre genou est une machine complexe indispensable à la vie de tous les jours, l'entorse du genou avec rupture LCA nécessite une attention toute particulière dans son traitement.

Symptômes et conséquences de la rupture du LCA

C'est souvent lors d'un effort ou un mouvement brutal que le ligament casse. Bien souvent, le "clac" se fait entendre et le genou se met à gonfler dans la plupart des cas. Selon que l'articulation est échauffée ou pas, la douleur se fera plus ou moins sentir, mais quoi qu'il en soit sur le moment, c'est une fois l'articulation refroidie qu'on cernera facilement que "quelque chose cloche à l'intérieur": pendant la marche, le genou se dérobe et semble vouloir faire sa vie de son côté et il faudra alors immédiatement aller consulter un médecin avant que des chutes répétées endommagent aussi les ménisques, les autres ligaments, la partie inférieure du fémur et l'extrémité supérieure du tibia, tous entraînés par le vide créé par le manque d'attache du LCA.

Les traitements

Quand une articulation a subi un traumatisme, la première chose est de l'immobiliser pour la mettre au repos le temps qu'elle se remette du choc. Dans le cas de l'entorse du genou, une attelle rigide est souvent posée dans un premier temps. Le véritable diagnostic ne sera fait que dans une seconde phase, quand le genou aura dégonflé. Alors le traitement pourra commencer.

Là où la blessure peut paraître narquoise, c'est que l'on s'imagine souvent qu'une immobilisation temporaire du membre abîmé pourra laisser le temps au ligament de se réparer. Mais le ligament n'est pas un os et il ne se répare pas ! Rompu il est, rompu il restera. Dès lors, deux solutions s'offrent au blessé.

  • Apprendre à vivre sans LCA: seule une rééducation complète (avec des phases de repos articulaire, de travail musculaire de stabilisation et d'étirements), chez un kinésithérapeute d'abord, puis à prolonger chez soi, pourra compenser le manque de ligament et diminuer le risque de dérobement et de laxité excessive du genou. Mais il est fort à parier qu'un jour ou l'autre, vous retournerez voir votre chirurgien orthopédiste en le suppliant de vous opérer; et, si ce n'est pas le cas, vous viendrez tôt ou tard et à coup sûr gonfler les statistiques de personnes souffrant d'arthrose du genou.
  • La ligamentoplastie, ou greffe d'un nouveau ligament (généralement, un greffon du tendon rotulien est posé en remplacement du LCA): cette opération vous fera comprendre à quel point "patience est mère de vertu", car, si l'opération est courante, la rééducation est longue et ce n'est qu'un an après que le ligament neuf aura acquis toute l'élasticité nécessaire au bon fonctionnement du genou. Cependant, vous pourrez à nouveau pratiquer toutes les activités sportives que vous voudrez sans craindre que votre genou vous lâche à nouveau.

Faire le bon choix

Aussi, c'est vous qui déciderez de l'avenir de votre genou, selon votre activité et votre envie de récupérer ou non un genou neuf ou de faire avec votre genou d'occasion. Pour vous aider dans votre réflexion, vous pourrez vous poser les questions suivantes:

  • Votre genou est-il souvent sollicité pour vos activités professionnelles ou de loisir?
  • Pouvez-vous vous permettre d'être immobilisé pendant quelques mois (le temps de l'opération et de la rééducation)?
  • Êtes-vous prêt à faire une croix sur certaines de vos activités ou non?

Éviter la rupture

Bien entendu, personne n'est à l'abri d'un choc, mais on peut cependant 'limiter la casse" par des petits gestes simples:

  • avoir une activité sportive de fond régulière: vélo, natation ou marche;
  • bien s'échauffer avant de disputer un match en sport collectif;
  • reprendre une activité sportive de façon plus soutenue 15 jours avant d'aller skier;
  • boire de l'eau régulièrement et en quantité suffisante;
  • ne jamais se mettre à courir dans des situations de stress (en traversant la rue, en se précipitant pour rattraper un objet en train de tomber ou lorsqu'on s'aperçoit qu'on est en retard, par exemple).

Sur le même sujet