La carte européenne d'Assurance Maladie : le passeport santé !

Gratuite, cette extension de carte vitale évite de payer les frais hospitaliers lors des déplacements et voyages en Europe, pour le travail ou les vacances.
16

Exit les formulaires E111, E110, E119 et E128 nécessaires autrefois lors d'un séjour à l'étranger et place à la nouvelle carte européenne d'Assurance Maladie ! Pratique (au format carte bleue) et facile à établir (il suffit de se rendre à son centre de sécurité sociale et d'en faire la demande, elle vous sera envoyée par la poste à votre domicile sous quinze jours), cette "petite bleue" a été mise en place à l'initiative du Conseil européen pour faciliter l'accès aux soins lorsqu'on est à l'étranger.

L'Europe et bien plus !

Pour une personne de nationalité française (ou assimilée) couverte par la sécurité sociale, elle ne remplace pas la carte vitale (valable uniquement sur le territoire français), mais elle peut être utilisée dans une trentaine de pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lithuanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède et Suisse.

Le respect de la vie privée

A l"heure où tout citoyen se sent parfois fiché par les administrations du pays, la carte européenne d'Assurance Maladie ne divulgue aucune autre informations que celles inscrites dessus : les nom, prénoms, date de naissance, numéro de sécurité sociale, caisse de rattachement, numéro de la carte et date limite de validité (un an à partir de la date d'émission de la carte).

Une réglementation propre à chaque pays

Conçue pour faciliter l'accès aux soins, elle est cependant coordonnée aux lois du pays dan slequel on se trouve. Ainsi, elle peut donner accès :

  • au ticket modérateur : une partie des frais reste à la charge du titulaire de la carte et c'est à lui de contacter sa mutuelle à son retour sur le territoire ;
  • à l'ensemble des frais médicaux et hospitaliers du pays dans lequel on voyage : il faudra alors se tourner vers la caisse d'Assurance Maladie dudit pays pour obtenir sur place le remboursement des soins ;
  • au remboursement a posteriori des frais médicaux et hospitaliers : une demande devra alors être faite auprès de la caisse d'Assurance Maladie française pour obtenir le remboursement des soins.

A chacun sa carte !

A la différence de la caisse d'Assurance Maladie française, chaque personne, adulte ou enfant, possède sa propre carte, nominative, ce qui pourra faciliter les voyages ou études des enfants de moins de 16 ans à l'étranger.

Si on la perd ou si on l'oublie ?

En cas de perte, une déclaration au commissariat n'est pas utile. Il suffit de le signaler à l'organisme d'Assurance Maladie français de rattachement.

En cas d'oubli, il suffira de conserver toutes les factures des frais médicaux engagés pour se faire rembourser dès son retour sur le territoire français en se présentant à sa caisse de rattachement.

Sur le même sujet