L'aigle de Haast, un oiseau géant du passé

Grand prédateur de Nouvelle-Zélande, ce rapace s'est éteint au début du XVe siècle. Pourtant, jamais un oiseau n'avait pu chasser de si grosses proies.
162

La Nouvelle-Zélande, paradis des animaux sauvages, a longtemps compté peu de prédateurs naturels hormis les reptiles, et pour s'attaquer aux espèces à terre, les plus grands prédateurs venaient souvent du ciel. C'est l'homme qui, débarquant sur ce territoire au XIe siècle, a introduit de nouvelles espèces et s'est posé lui-même comme un redoutable prédateur en chassant. L'équilibre dans la pyramide de la biodiversité en a alors été bouleversé. Auparavant, seul l'aigle géant de Haast pouvait se targuer d'attraper des proies au sol plus grandes que lui.

Un ratio de chasse hors du commun

Ce rapace était capable de s'attaquer à des proies vivantes de 50 à 200 kilos. Certes, son envergure de plus de trois mètres, son poids (de 10 à 15 kilos) et sa musculature puissante en ont fait un chasseur hors pair. Mais à l'heure actuelle, il détient toujours le record du plus grand rapport entre la taille et le poids d'un prédateur et ceux de sa proie dans le règne animal. Sa proie de prédilection : le moa, le plus gros oiseau recensé à l'heure actuelle, incapable de voler, et lui aussi disparu.

Une surprise... de taille

Une équipe internationale de chercheurs dont faisait partie Michael Bunce, biologiste de l'Université d'Oxford, a voulu en savoir plus sur cet aigle disparu et s'est mis en quête de ses ancêtres et de ses cousins. Ils ont tout d'abord crû qu'ils s'étaient trompés dans leurs analyses lorsqu'après avoir prélevé des échantillons d'ADN sur des fossiles de l'aigle géant de Haast, ils ont découvert qu'il s'apparentait plus à un groupe de petits aigles (le genre "Hieraætus", qui ne pèse qu'un kilo en moyenne pour à peine un mètre d'envergure) qu'à un grand vautour. Et pourtant, aucune erreur possible, c'est bien ce petit rapace qui, en l'absence de prédateurs plus gros que lui, s'est développé jusqu'à devenir un aigle géant. On se demande même si ce n'est pas tout simplement sa taille et son poids à la limite du possible pour voler qui ont fait s'éteindre l'espèce... Avec l'aide de l'homme, naturellement, pour qui il pouvait être à son tour une proie facile lorsqu'il était chargé lui-même d'une proie qui l'alourdissait encore.

La légende du peuple Maori

Premiers habitants de l'île, les Indiens Maori prétendaient qu'il existait sur leurs terres un oiseau noir et blanc, à la crête rouge et au bout des ailes verts et jaunes, qu'ils appelaient "Te Hokioi" ou "Pouakai". Il était capable de voler en emportant un être humain entre ses serres avant de le manger. À ce jour, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agissait bien de l'aigle de Haast, dont les premiers fossiles n'ont été découverts qu'en 1870.

Sur le même sujet