L'archet, la baguette magique des instruments à cordes frottées

Objet d'ébénisterie de haut vol, l'archet nécessite tout le savoir-faire des fabricants pour répondre aux attentes des musiciens en quête de leur moitié.
11

Violons, altos, violoncelles et contrebasses sont les instruments à cordes de l'orchestre qui sont inséparables de l'archet. Simple baguette de bois avec du crin tendu ? C'est au contraire l'outil le plus personnel du musicien à cordes, car, conçu comme un prolongement du bras du musicien, c'est lui qui "fait "véritablement le son d'un instrument en frottant sur les cordes, et donc, contrairement aux idées reçues, le choix de l'archet est bien plus personnel que le choix de l'instrument.

Des matières nobles

On comprend le prix parfois exorbitant que peut atteindre un archet lorsqu'on en apprend un peu plus sur sa fabrication. En effet, un archet est composé de matériaux rares et chers. À commencer par la baguette, taillée dans des essences de bois comme le pernambouc, ce bois-Brésil à forte densité (bois le plus couramment utilisé), l'amourette ou bois de lettre-mouchetée ou encore le bois de fer (le gaïac ou les sideroxylon). Vient ensuite la hausse de l'archet, en ébène noir, souvent ornée d'un grain de nacre ou d'ivoire. Avec un système de pas de vis à l'intérieur, elle sert à maintenir les crins et à les mettre en tension. Enfin, le bouton, qui est le système de réglage de tension et se visse dans la hausse, est lui aussi en ébène, garni de nacre, d'argent, de maillechort ou d'or. Quant à la plaque de tête, ce petit triangle d'à peine un centimètre de côté qui sert à tenir le crin à l'extrémité de l'archet, il n'est pas une simple cale en bois ou en plastique. C'est une plaque d'os, d'ivoire, d'argent ou d'or...

Les cheveux de l'archet

La mèche de l'archet est en fait la seule partie qui est en contact avec les cordes (sauf exceptionnellement, lorsqu'un compositeur demande de jouer col legno , c'est-à-dire, avec le bois de l'archet). Elle se change donc régulièrement, car il arrive souvent qu'elle casse et parte en lambeaux ! Elle est composée de crin de cheval (d'étalons et de hongres, mais pas de juments, afin de ne pas être abîmée par l'urine des animaux !) et enduite d'une résine de pin séchée appelée colophane.

Un archet qui nous ressemble

Choisir un archet, c'est entrer dans sa propre intimité ! La main du musicien et l'archet doivent au final devenir une seule et même entité qui produit le son. Aussi, le choix d'un archet est quelque chose de très personnel, en lien avec sa morphologie, mais aussi son envie de chaleur, de profondeur, de rondeur ou de volume de son, mais aussi de réactivité de la baguette, de facilité de jeu, de style de musique joué...

Les archetiers

Aussi curieux que cela puisse paraître, il n'existe pas à proprement parler d'école d'archetier en France. c'est à l'école de lutherie de Mirecourt que les étudiants se forment, et optent pour une spécialisation en archèterie. Leur véritable savoir-faire, ils l'apprendront en apprentissage chez un maître archetier qui leur décoilera (ou non !) ses secrets de fabrication.

Dans le milieu, des noms d'archetiers sont restés célèbres et certains archets fabriqués il y a des siècles, sont des objets convoités encore de nos jours par les musiciens. Pour ne citer qu'eux, il y Dominique Pecatte (1810-1874), Eugène Sartory (1871-1928), Joseph-Arthur Vigneron (1851-1905), les Bazins père et fils, mais surtout, celui qui donna sa forme à l'archet moderne : François-Xavier Tourte (1747-1835).

Les archetiers français contemporains

Si on compare souvent instruments et archets à des œuvres d'art (leur prix étant d'ailleurs souvent dicté par les cotes d'ébénisterie), l'âge d'or de l'archèterie n'est cependant pas éteint et la France peut se vanter d'avoir sur son territoire des archetiers renommés : Georges Thepho , Jean-François Raffin, Jean Grunberger , Éric Grandchamp, autant de passionnés à l'écoute des musiciens venus leur commander un archet.

Sur le même sujet