Les oiseaux menacés en France

Les chiffres parlent : trop d'espèces d'oiseaux sont encore en danger d'extinction sur le territoire français, en métropole comme dans les DOM-TOM.
11

Selon les récents rapports de l'Union internationale pour la conservation de la nature ( UICN ) et de la Ligue pour la protection des oiseaux ( LPO ), la France, malgré ses efforts, se situe encore au neuvième rang mondial des pays ayant sur leur territoire des espèces d' oiseaux menacées d'extinction .

Le détail des chiffres

Si plus de 95 % des espèces menacées sont endémiques et se trouvent outre-mer - les DOM-TOM abritent à eux seuls plus de 75 % des espèces d'oiseaux recensées en France -, les chiffres n'en sont pas moins inquiétants en métropole où, depuis 20 ans, 10 % des oiseaux communs ont disparu de nos jardins. Si toutes les espèces sont encore présentes, leur nombre d'individus ainsi que leur aire de répartition sur le territoire ont fortement diminué, et la menace plane d'autant plus sur eux que les choses ne s'arrangent pas pour bon nombre d'entre elles.

Le dernier rapport de l'UICN faisait état de 71 espèces présentes sur le territoire français menacées d'extinction.

Les causes de la menace

L'homme est en tête des facteurs de raréfaction des espèces les plus touchées - principalement des espèces vivant en milieu forestier. La principale cause d'origine humaine est la destruction ou une modification trop importante de leur habitat naturel. Les oiseaux n'ont plus de quoi se nourrir, faire leur nid ou encore, leur aire de repos lors des migrations a tout simplement disparu, ce qui oblige le migrateur à continuer sa course lorsqu'il en a la force.

En second lieu vient l'introduction d'espèces d'oiseaux exotiques, qui font concurrence aux espèces endémiques incapable de se défendre pour préserver leur territoire, et de nouveaux prédateurs. Le cas est flagrant pour les oiseaux endémiques des îles comme le tuit-tuit ou le dodo (espèce d'ores et déjà complètement éteinte).

Enfin, l'utilisation massive de pesticides a également largement contribué à la mise en danger d'espèces comme le bouvreuil pivoine des Pyrénées.

Mais il existe des causes d'origine plus naturelle à la diminution du nombre de nos oiseaux communs : la réalité des changements climatiques avec, notamment, des hivers plus rudes ces dernières années sur le territoire de métropole, ou l'assèchement des points d'eau lors des étés plus chauds que d'ordinaire.

Les actions

Si de réels efforts des organisations gouvernementales et des associations de préservation de l'environnement et d'ornithologie ont été faits pour protéger les oiseaux, ils sont encore loin d'être suffisants. Des actions commencent cependant à porter leurs fruits :

  • l'installation de nids de cigognes en Alsace, sur le parcours de leur migration,
  • la ré-introduction en milieu naturel d'espèces nées en captivité (c'est le cas pour beaucoup de rapaces de métropole),
  • la création d'espaces protégés et de réserves,
  • l'interdiction de chasse pour certaines espèces
  • et une surveillance accrue de l'observation des règles de respect de l'environnement.

Le bilan

Sur la cinquantaine d'espèces d'oiseaux étudiées par la LPO, en 2010 :

  • quelques espèces comme le canard eider à duvet ou le bruant mélanocéphale s'installent à nouveau sur le territoire de façon définitive ou en halte migratoire,
  • 26 espèces voient leur population augmenter à nouveau,
  • 11 espèces sont stables : leur population n'augmente pas,
  • et 14 espèces sont toujours plus en danger et réellement menacées d'extinction.

Sur le même sujet