La mosaïque, un loisir créatif à la mode

La mosaïque refait son entrée dans les magasins de loisirs créatifs. Zoom sur une pratique aussi ancienne que minutieuse.
7

La mosaïque est un art décoratif qui consistait, pendant l'Antiquité, à assembler des petits cubes de couleurs afin d'élaborer des figures humaines, animales, végétales ou géométriques. Aujourd'hui, la mosaïque se modernise.

Le principe reste le même : associer des éléments géométriques. Cependant, ces éléments ne sont plus forcément des cubes, plus forcément réguliers, et peuvent être des objets tels que des boutons, des coquillages et bien d'autres encore...

La mosaïque, un loisir très ancien…

D’où vient la mosaïque ? De l’antiquité ! Contrairement à leurs ancêtres préhistoriques, les Grecs et les Romains ne semblaient pas très attirés par le dessin. Aussi, la majorité de leurs représentations se faisaient à travers la mosaïque. Un des plus fabuleux exemples de ces représentations est sans doute le site de Piazza Armerina en Sicile.

Outre les dieux et les héros, les animaux et la végétation constituent une bonne part de ces représentations antiques. On observe parfois également des compétitions de cirque. On retrouve très souvent des mosaïques dans les pièces de la villa romaine qui servaient au bain.

De nos jours, des compositions bien moins artistiques ornent encore salles de bains ou piscines. Cependant, plus qu’une décoration, la mosaïque est redevenue un art à part entière.

Les matériaux et outils dont il faut s’équiper pour pratiquer la mosaïque

Aucun prérequis n'est vraiment nécessaire pour pratiquer la mosaïque : être habile de ses mains, être précis et être créatif.

Le matériau principal utilisé en mosaïque est la tesselle. Les textures et les couleurs de tesselles sont multiples. Les principales tesselles en vente sur le marché sont les tesselles en pâte de verre, des carreaux de grés, des tesselles en céramique émaillée, des émaux de verre, des marbres et des miroirs. Il s’agit de découper ces matériaux afin de former les éléments qui composent la mosaïque.

Le mosaïste pourra également laisser aller son imagination et travailler avec d’autres objets tels que des morceaux de macaronis, de bois, des boutons, du tissu, des pierres, des coquillages et bien d’autres encore…

Les autres matériaux se résument aux coulis, à appliquer sur la mosaïque afin de boucher les interstices entre les tesselles, et aux nettoyants, qui servent à ôter l’excédent de coulis.

On coupe les tesselles avec des pinces. Il en existe toutes sortes qui permettent de créer la forme exacte qui s’insére dans la mosaïque.

Par ailleurs, il faut se munir d’une panoplie de différentes truelles afin d’étaler les coulis. Les taloches en caoutchouc sont très utiles car leur souplesse permet de tasser les coulis entre les interstices.

Il est important de se munir d’un masque de protection afin de parer à toute projection de poudre toxique lors de la découpe des tesselles.

Techniques et idées pour commencer en mosaïque

Pourquoi ne pas commencer par la technique du picassiette ? Il suffit de casser de vieilles assiettes dont on a hérité et de « recoller les morceaux » sur un support plat, un pot de fleurs, un vase ou tout autre objet en relief. Les morceaux d’assiette sont très inégaux et on obtient ainsi des motifs très originaux.

La technique plus classique consiste à découper des carreaux d’égales dimensions dans des tesselles et de les juxtaposer les uns à côté des autres pour obtenir une mosaïque. Cette méthode peut être pratiquée de manière directe – à savoir en collant les tesselles directement sur le support – ou de manière indirecte, c’est-à-dire sur un support intermédiaire.

Pourquoi la mosaïque remporte-t-elle toujours plus de succès ? Certainement parce que c’est un art qui permet de mêler plusieurs disciplines artistiques : le dessin tout d’abord, base de la mosaïque, parfois la sculpture, toujours la géométrie et le bricolage.

Sur le même sujet