Le Musée du Flamenco de Séville

Comment tout savoir sur le flamenco ? Se rendre dans son musée à Séville, lieu mystérieux et enchanteur, à l'image de cet art.
9

L’élévation du flamenco au rang de patrimoine culturel de l’humanité cette année est une consécration. Il faut dire que ce joyau de la culture espagnole bénéficie ces dernières années d’une reconnaissance de plus en plus importante, non seulement de la part de ses voisins européens, mais également de la part de peuples plus éloignés comme le peuple japonais.

Pourquoi un musée du flamenco à Séville ?

Cette reconnaissance est sans aucun doute le résultat d’une campagne intensive de communication des "piliers" du flamenco. Aussi la célèbre danseuse Cristina Hoyos décide en 2007 d’ériger un musée à la gloire du flamenco. Et quelle autre ville de ce monde aurait mieux pu accueillir ce haut lieu de culture que la ville de Séville ?

En effet, Séville est la "maison" du flamenco. En se promenant dans les quartiers de Triana ou de la Macarena, il arrive, au travers des murs des maisons ou des fenêtres entrouvertes, d'entendre des chants ou de la guitare.

Les tablaos et cafés flamenco y sont par ailleurs très nombreux.

Un musée qui reflète la tradition flamenca

Le musée du flamenco de Séville s’ancre dans la plus pure tradition. Il propose ainsi régulièrement des spectacles en son antre. La constitution de cette salle de spectacle improvisée en étonnera d’ailleurs certains. En effet, des chaises entourent une petite scène logée au milieu d’un patio. En bas, les artistes. Fidèles au « cuadro » flamenco, ils sont généralement trois : danseur, chanteur, guitariste.

En revanche, lorsque le spectateur novice détachera ses yeux du spectacle pour les lever vers le ciel, il pourra être étonné. En effet, chaises et arbre sont comme suspendus à la lumière du patio, au-dessus des artistes (voir photographie).

On retrouve ici toute la symbolique du flamenco. Car le flamenco, c’est avant tout l’ancrage dans le sol, la terre, la tradition. Lorsque le danseur exécute les pas, il connaît avant tout un profond rapport avec le sol et c’est ce que veut faire ressortir le musée.

On retrouve également le mystère qui entoure le flamenco, et à commencer par la situation géographique du musée. Il se cache tout près de la cathédrale (thème de la religion), niché dans les petites ruelles (thème du mystère), tout prêt des bains arabes (thème des origines).

Une organisation pédagogique du musée

Outre le patio, le rez-de-chaussée se compose d’un espace de connaissances sur le flamenco. On y trouve des documents, aussi bien visuels qu’auditifs, des liens et des contacts.

Le musée du flamenco ne faillit pas à la tradition – c’est bien le cas de le dire – à la tradition de la boutique de souvenirs. Seulement, à la différence des très (voire trop) nombreuses boutiques de souvenirs de Séville, il ne propose que des articles ayant trait au flamenco : livres, CD, DVD, éventails, affiches,…

Le premier étage constitue véritablement le cœur du musée ou plutôt le cœur de la connaissance du flamenco. En effet, le visiteur novice pourra y trouver l’ensemble de l’histoire et des origines du flamenco. Mais plus qu’un livre d’histoire, cet étage se compose également de témoignages, d’anecdotes qui permettent au visiteur de cerner véritablement l’âme du flamenco.

Les données techniques sur la danse y sont même particulièrement détaillées et qui veut prendre le temps de s’y intéresser ressortira de cet étage en amateur averti.

Enfin, le deuxième étage accueille régulièrement des expositions temporaires sur le flamenco afin de promouvoir l’art sous toutes ses formes.

Le musée est donc un lieu d'histoire, un lieu de mémoire et un lieu d'art... Indispensable pour comprendre la tradition flamenca.

http://www.museoflamenco.com/

Sur le même sujet