Pourquoi la journée de l'Europe est-elle célébrée le 9 mai ?

Depuis 1985, la journée de l'Europe est célébrée le 9 mai en hommage à ce que l'on appelle la "déclaration Schuman", prononcée en 1950. Que disait-elle ?
8

Le 9 mai 1950, Robert Schuman prononça dans le Salon de l'Horloge du ministère français des Affaires étrangères, au Quai d'Orsay, un discours connu sous le nom de " déclaration Schuman ".

Fondateur de l'idée européenne contemporaine, les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont décidé en 1985, lors du Conseil européen de Milan de le célébrer et de faire du 9 mai la journée de l'Europe, symbole de l'institution au même titre que son drapeau, son hymne ou sa monnaie.

L'Europe comme réponse aux problèmes de l'après-guerre

C'est dans le contexte très particulier de l'après Seconde Guerre mondiale que l'idée d'une Europe économique, mais aussi politique est née. Alors que les nations européennes bénéficient de l'aide américaine, et particulièrement du Plan Marshall , pour financer leur reconstruction, ses élites envisagent aussi les moyens de maintenir la paix. L'Europe est présentée comme l'un d'entre eux.

Les premières lignes de la déclaration co-écrite par Robert Schuman et Jean Monnet affirment que l'opposition séculaire entre la France et l'Allemagne doit cesser, et que l'action entreprise au nom de l'idée européenne doit donc toucher en premier lieu la France et l'Allemagne.

La France propose donc à l'Allemagne de s'associer de plein gré, au sein d'une nouvelle entité d'abord chargée de gérer en commun le charbon et l'acier des deux pays, mais aussi, plus largement, de poser la première pierre d'une Fédération européenne. La proposition est en effet ouverte à toutes les autres nations européennes qui en partagent les objectifs.

La "déclaration Schuman", acte de naissance de l'Europe communautaire

Cette déclaration jette les bases de ce que sera dès 1951 la Communauté européenne du charbon et de l'acier ( CECA ). Elle avance ainsi l'idée que l'Europe ne se fera pas d'un coup, mais par des réalisations concrètes et des «solidarités de fait».

Elle propose donc de faire porter l'action immédiate sur un point «limité, mais décisif» -la production franco-allemande du charbon et de l'acier- mais affirme que la fusion de ces intérêts économiques contribuera au relèvement du niveau de vie et à l'établissement d'une communauté économique.

Elle pose enfin le principe d'une autorité européenne composée de personnalités indépendantes, sur une base paritaire, dont les décisions seront exécutoires et lieront les pays qui y adhéreront.

Quel héritage dans l'Europe d'aujourd'hui ?

La "déclaration Schuman" porte des principes institutionnels forts que l'on retrouve dans l'Union européenne d'aujourd'hui.

Elle défend la supériorité des institutions, qui seules deviennent plus sages sur la base de l'expérience collective qu'elles accumulent ; elle prône l'indépendance des organes communautaires, elle donne la possibilité aux pays membres de la "Haute autorité" de faire valoir des intérêts nationaux. Elle affirme enfin le principe d'égalité entre les pays "afin d'écarter l'esprit de discrimination à l'origine des plus grands malheurs au monde".

Quoi qu'on puisse penser de ses orientations économiques et sociales et du fonctionnement de ses institutions, plus de soixante ans après la "déclaration Schuman" du 9 mai 1950, l'Union européenne d'aujourd'hui porte encore en elle ses principes à travers ses traités successifs. Ce n'est pas le moindre de ses mérites.

Sur le même sujet