Mon enfant multilingue, avantage ou source de désordres ?

L'enfant est doué d'un cerveau très "malléable". Il est capable de développer un langage comprenant différentes langues maternelles sans aucun problème.
4

Grâce aux mélanges ethniques au sein des couples, de plus en plus de familles sont amenées à organiser un environnement plurilingue dans l'éducation de leurs enfants.

De nos jours de nombreux couples parlant une langue maternelle différente se forment et pour ceux décidant de constituer une famille, une question survient fréquemment: quelle langue pour notre enfant ?

Dans la plupart des cas la réponse est naturelle, mais dans d'autres, elle peut se corser lorsqu'il est question de plus de deux langages différents au sein du même noyau familial.

Il s'ensuit donc des doutes de la part des parents quand aux capacités de l'enfant à mettre en place un langage normal. Un bébé élevé en présence de plusieurs langues maternelles ne présentera-t-il pas de désordres de langage en grandissant ?

Il ne faut surtout pas sous-estimer les capacités extraordinaires d'adaptation du cerveau des bébés aux différentes situations qui les entourent quotidiennement.

Les "nouveaux couples" multi-ethniques

En 2009, en France, les mariages des couples mixtes (un des époux de nationalité étrangère) représentaient environ 13 % du total des mariages (INED, Populations en chiffres). A cela s'ajoute le nombre de couples mixtes non mariés. En Allemagne par exemple, en 1960 les mariages mixtes ne représentaient que 4%; en 1995, ils atteignent 14%.

En Europe, en règle générale, la hausse du nombre de couples mixtes est due à l'augmentation de la migration, le développement du tourisme ou encore l'augmentation de la communication interculturelle. Mais cet effet de mélange des populations n'est pas récent. Déjà à l'époque romaine les civilisations nordiques se retrouvèrent romanisées.

Aujourd'hui, sous les diverses pressions sociales et par effet de la globalisation, être polyglotte est un avantage compétitif dans la course à l'emploi.

Le choix de la langue maternelle pour notre enfant

Selon de nombreux professionnels du langage, il existe une période critique (de la naissance à la puberté) durant laquelle un enfant peut facilement apprendre n'importe quel language auquel il est régulièrement exposé. Il est plus facile d'apprendre une seconde langue durant l'enfance qu'à l'âge adulte.

Les parents désireux d'inculquer à leur enfant une seconde langue, voire une troisième, doivent cependant prendre en considération certains conseils, de façon à ne pas créer de confusion de langage chez l'enfant:

  • Un parent, une langue. Il est conseillé que chacun des parents parle à l'enfant dans une seule langue et préférentiellement dans sa propre langue maternelle.
  • La langue parlée par l'un des parents, ou les deux, à la maison est différente de celle parlée à l'école, en garderie ou en communauté. L'enfant comprendra que suivant le contexte il devra communiquer dans la langue appropriée.
  • La création d'évènements familiaux (réunions, vacances) ou culturels (livres, videos, jeux) dans lesquels l'enfant sera ammené à utiliser une langue plutôt qu'une autre ne fera qu'enrichir son vocabulaire.
  • L'enfant ne doit pas être forcé à parler plus une langue qu'une autre, il utilisera plus ou moins tôt sa deuxième ou troisième langue sans aucun problème.

Quelles conséquences du multilinguisme sur le langage ?

Il n'y a pas d'effets négatifs connus chez des enfants bi- ou trilingues. Le développement du langage de ces derniers suivent le même parcours que celui des enfants n'ayant qu'une seule langue maternelle. Il n'y a aucune étude démontrant que les enfants bilingues souffrent davantage de retards ou de désordres du langage. Un enfant bilingue présentant des désordres de langage aurait probablement ces mêmes problèmes en ayant qu'une seule langue maternelle.

Cependant, chaque enfant étant différent, la qualité et la vitesse d'acquisition de plusieurs langages de façon simultanée ou séquentielle peut varier. Un enfant ayant appris plusieurs langues durant la petite enfance peut développer des problèmes de prononciation, de grammaire ou de vocabulaire de la même façon qu'un enfant qui aurait appris une seconde langue plus tard. Certains enfants réussissent plus facilement à acquérir différents langages de manière fluide par rapport à d'autres. Plusieurs facteurs peuvent rentrer en considération, comme le caractère de l'enfant, sa détermination, son âge ou l'environnement socio-éducatif.

Il est important cependant de maintenir l'équitabilité des différentes langues parlées à l'enfant afin qu'il ne perde pas l'usage d'une des langues en faveur d'une autre, qu'il jugera plus simple ou plus utile socialement (langue parlée en communauté ou à l'école). Ainsi, selon la fréquence et la qualité avec lesquelles les parents s'adressent à leur enfant dans une langue définie, les enfants seront capables d'une plus rapide assimilation du langage.

References:

Institut national d'études démographiques . Population en chiffres, 2009.

Jutta Lauth Bacas. Cross-border marriages and the formation of Transnational Families: A case study of Greek-German couples in Athens .

Beverly A. Clark. First- and Second-Language Acquisition in Early Childhood

Bialystok, E., & Hakuta, K. (1994). In other words. New York: Basic Books.

McLaughlin, B.(1984). Second language acquisition in childhood: Vol. 1. Preschool children (2nd ed.)

Tabors, P. (1997). One child, two languages. Baltimore, MD: Paul H. Brookes. (ERIC)

Wong Fillmore, L. (1991a). When learning a second language means losing the first. Early Childhood Research Quarterly, 6(3), 323-346.

Sur le même sujet