Naissance du premier bébé médicament en France

Un petit garçon vient de voir le jour le 26 janvier 2011, et il s'agit du premier bébé médicament né en France. Il permettra de sauver un de ses aînés.

L'annonce de la naissance du premier bébé médicament en France risque de relancer la polémique autour des lois de la bioéthique. Les professeurs Frydman et Munnich sont à l'origine de cet espoir immense pour tous les parents dont un enfant est atteint d'une grave maladie génétique.

Une naissance médiatisée pour cet enfant du "double espoir"

Le petit Umut-Talha est né le 26 janvier dernier à l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart dans les Hauts-de-Seine. Son prénom signifie "notre espoir" en turc et quel espoir ! Il devrait soigner sa sœur atteinte d'une maladie affectant les globules rouges et nécessitant des transfusions sanguines répétées. Cette maladie génétique est incurable et, sans la naissance du petit Umut, cette petite fille n'aurait pu être sauvée.

Explications sur cette procréation médicalement assistée

Comme la loi sur la bioéthique de 2004 et les décrets de 2006 les y autorisent, les médecins dont le célèbre professeur Frydman (à l'origine de la naissance du premier bébé-éprouvette en 1982) ont pu pratiquer le double diagnostic génétique pré-implantatoire. De quoi s'agit-il ? Seuls les embryons sains, c'est-à-dire qui ne sont pas atteints de la maladie génétique en question et qui sont parfaitement compatibles avec l'enfant malade sont réimplantés dans l'utérus de la mère. Il s'agit donc d'un double diagnostic, mais également d'un double espoir pour les familles:

  • pouvoir soigner voire guérir son enfant malade;
  • avoir un enfant non atteint par une grave maladie génétique.

Comment ce bébé médicament a-t-il soigné sa sœur?

Lors de sa naissance, les médecins ont prélevé du sang du cordon du bébé et les cellules souches présentes ont été greffées à l'enfant malade. Grâce à cette greffe, plus d'anémie et donc plus de transfusions sanguines répétées. L'enfant devrait pouvoir fabriquer ses propres plaquettes de sang... Quant à Ulmut, il a certainement commencé sa vie comme tant d'autres nouveau-nés: après avoir fait connaissance quelques minutes avec sa mère, il a été pesé, ausculté et habillé.

Le devenir de ce bébé médicament

Beaucoup d'opposants à cette loi s'inquiètent sur le devenir de ces enfants qui ont été conçus dans le but de sauver un frère ou une soeur. Certes, les questions sont nombreuses: «Et si la guérison tant attendue ne survient pas ?», «Quelle sera la réaction de l'enfant plus grand lorsqu'il apprendra les circonstances de sa naissance ?»… Mais n'en est-il pas de même pour bien d'autres enfants qui eux recherchent leurs origines (enfants nés sous X, adoptés), ou qui cherchent à percer le secret de leur naissance (enfant adultérin ou incestueux). Le bébé médicament est sans aucun doute un enfant fortement désiré. N'oublions pas que les médecins avant de pouvoir pratiquer un diagnostic pré-implantoire doivent obtenir l'aval de l'Agence de biomédecine .

CONT12

Sur le même sujet