La phrase mystérieuse prononcée sur la Lune

Durant la mission lunaire d'Apollo XV, une émission d'origine inconnue perturba la communication et une phrase mystérieuse se fit entendre.

Les faits se sont déroulés durant la mission d’Apollo XV sur la Lune en 1971 et particulièrement lors de l’alunissage.

Le mardi 3 août 1971 à 8 heures du matin, sur France-Inter, le speaker René D. accueillait le journaliste scientifique Lucien B. qui, exceptionnellement, venait commenter l’alunissage d’Apollo XV.

Voici le dialogue qui s’engagea dès la prise de contact :

-Bonjour, Lucien B. ! Sans doute pourrez-vous nous traduire la phrase mystérieuse entendue par Worden alors qu’il était sur notre satellite ?

-René D. prononça alors distinctement huit ou dix mots et Lucien B., un peu interloqué, répondit :

-Hélas, je ne puis vous traduire cette fière et noble devise.

Vraisemblablement, le journaliste scientifique était sincère, et l’expression qu’il employa ne voulait nullement dire qu’il s’agissait d’une devise noble et fière.

L’incident en resta là et fait étrange, cette phrase aurait due passionner l’opinion publique et éveiller la curiosité des journalistes, il n’en fut rien : la presse d’information observa un mutisme totale qui s’apparentait à une conspiration du silence.

Les multiples démarches auprès de René D. et de Lucien B. et d’autres journalistes scientifiques de l’ORTF ne trouvèrent aucun écho puisque les investigations et les interrogations menées se heurtèrent à un mur d’ignorance et de mauvais vouloir.

Personne n’avait entendu la phrase mystérieuse, Lucien B. ne s’en souvenait plus et René D. évitait le sujet.

Le fait est là : un des confrères du journaliste en charge de l’investigation avait écouté France-Inter :Alain Ayache, éditorialiste de l’hebdomadaire Le Meilleur , dans le numéro 33 page 4 de son journal, il publiait un article dont un des titres était « Pourquoi personne n’a pas parlé du mystérieux message capté sur la Lune – 10 mots intraduisibles qui sèment vraiment la panique – C’est la preuve, peut-être, que d’autres hommes existent – Ce que la Nasa a voulu cacher. »

La page entière, l’article, agrémenté d’une photo de Worden, contait par le menu l’incident qui s’était déroulé sur la Lune.

Tout allait pour le mieux ce jour-là sur notre satellite et puis à 11 heures 15, il se produisit un phénomène de fading : le contact avec Houston était perdu.

Worden, qui était alors en charge des télécommunications, eut son attention attirée par un souffle qui se transforma dans son poste d’écoute en un long sifflement.

Son récepteur était en train de capter une émission dont l’origine était impossible à définir.

Il y eut ensuite des murmures étouffées et une sorte de modulation de mots prononcés dans une langue inconnue, puis une phrase constamment répétée sur un ton qui allait du grave à l’aigu, avec des pointes de légèrement stridentes suivies d’exclamations rauques.

L’émission quant à elle, avait été enregistrée sur le magnétophone du Lem, et Worden la retransmit à la Nasa.

Après quelques secondes de confusion, lit-on dans Le Meilleur , le dialogue entre Houston et Apollo XV fut détourné sur un haut-parleur.

La conversation et la réception du mystérieux message se poursuivirent à huis clos.

S’en suivit un black-out total de l’affaire aussi bien aux États-Unis que dans le reste du monde entier.

La phrase lunaire était devenue « la phrase interdite ».

Heureusement, grâce à des contacts et des recherches menés, les huit mots furent trouvés et la phrase rapportée est phonétiquement conforme à l’originale.

Voici, les huit mots de la phrase mystérieuse prononcée sur la Lune :

« Mara rabbi allardi dini endavour esa couns alim »

La traduction de ces huit mots revient donc aux linguistes puisqu’il y a des mots hébreux mêlés à d’autres langues inconnues.

1

Sciences & Technologies