Les plantes médicinales antimitotiques

Cancer de la peau, des seins, de la prostate... le cancer est un fléau pour l'être humain et aucun remède contre le cancer n'existe pas encore à ce jour
Advertisement

Le cancer est une tumeur maligne caractérisée par la prolifération anarchique des cellules d’un organe ou d’un tissu.

Il peut atteindre n’importe quel organe et le plus souvent chez la femme, la cancérisation atteint le sein, l’intestin, l’estomac, l’utérus ; chez l’homme : le poumon, la trachée, l’estomac, la prostate, l’œsophage et enfin chez l’enfant : le sang et la moelle épinière.

Le cancer n’est pas uni causal puisque plusieurs facteurs entrent en jeu à savoir :

  • le terrain immunitaire
  • les prédispositions génétiques
  • le processus viral
  • l’environnement

Et traités à temps, les cas de cancers sont guéris puisque le traitement est d’autant plus efficace qu’il est précoce.

La phytothérapie via les plantes produisant des substances antimitotiques, n’est pas négligeable.

Les substances antimitotiques arrêtent en effet la croissance des tumeurs malignes et les plantes médicinales correspondantes exercent plutôt une action préventive qu’une action curative à l’exception de quelques plantes véritablement antimitotiques.

  • L’ail (Allium sativum)
  • La carotte ( Daucus carota )
  • Le chou ( Brassica oleracea )
  • Le gui ( Viscum album )
  • L’oignon ( Allium cepa )
  • la rudbeckie ( Echinacea angustifolia)
  • L’if ( Taxus brevifolia )
  • Le podophylle ( Podophyllum peltatum )
  • Le vicaire de Madagascar ou pervenche ( Catharanthus roseus )

Le règne végétal, à travers les plantes médicinales, permet de lutter contre diverses maladies et affections qu’il s’agisse de maladies graves (maladies virales, cancer…) ou de maladies bénignes (varicelle, rougeole…).

Médecine parallèle, la phytothérapie est dite « douce » et ne présente aucun danger lorsque les prescriptions sont correctement suivies (posologie, dosage, durée du traitement…).

Advertisement
1

Santé & Médecine