L'obésité : comment y remédier efficacement ?

L'obésité est un trouble du métabolisme caractérisée par l'accumulation excessive de graisses dans l'organisme.
36

Trouble métabolique caractérisée par une accumulation excessive de graisses dans l’organisme et se manifestant par une prise de poids importante, l’obésité peut être traitée correctement par la phytothérapie et complétée par un régime alimentaire approprié.

Le métabolisme est l’ensemble des réactions chimiques par lesquelles passent les substances que l’organisme reçoit de l’extérieur, et aussi celles qui se forment en lui. Il comprend deux processus qui sont :

-l’anabolisme qui est la synthèse des matériaux organiques pour accumuler des réserves

-le catabolisme qui est la désintégration des matériaux stockés afin d’obtenir l’énergie nécessaire au maintien de la vie

Comme les processus métaboliques sont régulés par les hormones, il convient d’agir sur les glandes endocrines pour remédier aux troubles métaboliques en augmentant ou en diminuant leurs activités ou en intensifiant l’action des hormones.

La phytothérapie associée à un traitement diététique de l’obésité (alimentation saine) donne des résultats très probants et évite également l’effet de rebondissement (une reprise de poids qui devient plus importante que la précédente).

La phytothérapie est le traitement des affections par les plantes médicinales.

Dans le cas de l’obésité, les plantes médicinales indiquées sont :

-des plantes sédatives, qui éliminent l’anxiété fréquemment associée à l’obésité et qui provoque le désir de manger d’une manière incontrôlée (boulimie). Exemple : la verveine officinale

-des plantes réductrices de l’appétit, qui sont en majorité des mucilages, exercent cette action et contrairement aux anorexigènes synthétiques qui sont dérivés des amphétamines, elles sont dépourvues d’effets secondaires. Les mucilages sont capables d’absorber une grande quantité d’eau dans l’estomac, augmentent leur volume et procurent une sensation de satiété purement physique. Exemple : l’ananas, le psyllium, le varech vésiculeux

-des plantes stimulantes métaboliques, qui activent le métabolisme et augmentent ainsi la combustion des calories ingérées. Exemple : l’ail, la laminaire

-des plantes diurétiques, qui évitent la rétention des liquides qui se produit habituellement en cas d’obésité. L’avantage de ces plantes est qu’en plus de faire éliminer l’eau et perdre du poids, elles facilitent l’élimination des substances de déchet qui surchargent l’organisme. Exemple : le noisetier, l’oignon, le caille-lait, le baguenaudier, le pourpier, la vigne, le merisier, la verge d’or, l’asperge

Associée à un régime alimentaire équilibré, la phytothérapie donne de très bons résultats contre l’obésité. En effet, il ne suffit pas de prendre des plantes médicinales appropriées pour résoudre le problème de l’obésité, il convient de suivre un régime alimentaire sain, qui tient compte de l’équilibre entre les apports caloriques et les activités de l’individu (dépenses énergétiques). En fait, lorsque les apports sont trop importants par rapport aux dépenses ou lorsque les dépenses diminuent (baisse des activités et des exercices physiques), l’organisme emmagasine progressivement les nutriments non catabolisés et les graisses s’accumulent.

Le principal rôle de la phytothérapie dans la lutte contre l’obésité, est d’appuyer et de renforcer le programme diététique c’est-à-dire une alimentation saine, et ne remplace en aucune manière un mode et une hygiène de vie sains (alimentation équilibrée, eau, air pur, abstinence de toxines et produits à fort taux de matières grasses, pratique d’un sport ou d’activités physiques …).

Sur le même sujet