Quel modèle économique pour l'Afrique ?

Sortir le continent africain du sous-développement : modèle économique ou modèle de développement ?
146

Plusieurs sommets économiques consacrés aux relations entre l’Afrique et d’autres pays ou groupes de pays s’intensifient de nos jours.

En effet, nous entendons fréquemment parler de sommets Chine-Afrique, Afrique-Turquie, Inde-Afrique, ou encore Japon-Afrique et le plus connu France-Afrique en raison des relations historiques qu’entretiennent la France et le continent noir.

Troisième continent par sa superficie (30 500 000 km²), l’Afrique représente un marché potentiel pour les pays émergents et développés et constitue un partenaire idéal vu ses ressources naturelles (les bois précieux, le pétrole ou le gaz par exemple) et minières (l’argent, le cobalt, le cuivre, le fer, l’or, le platine, l’uranium ou le diamant par exemple) considérables.

Beaucoup reste en effet à faire sur le continent africain en termes d’infrastructures (les voies de communication telles les voies ferrées, routières, navigables, les bâtiments publics à l’instar des hôpitaux, marchés, centres commerciaux, les ports, les aéroports…) et autres (industrialisation…).

Disposant d’atouts non négligeables et d’un vaste territoire, l’Afrique peine cependant à se développer correctement exception de quelques pays qui arrivent à sortir du lot (Afrique du Sud, quelques pays maghrébins, l’île Maurice).

Les pays africains sont néanmoins bien pourvus en termes de ressources naturelles ou minières à l’exemple des pays tels que: l’Afrique du Sud, la plus grande puissance minière de l’Afrique, l’Algérie, le premier producteur de gaz naturel sur le continent, le Nigéria qui est le quatrième producteur de l’OPEP, le Gabon avec ses bois précieux et tropicaux mais aussi son uranium.

La question se pose alors sur les raisons de ce sous-développement et le choix d’un modèle économique plus approprié afin que le continent africain sorte de cette misère et de cette pauvreté.

Le choix d’un modèle économique approprié pourrait à première vue sortir l’Afrique du sous-développement :

-Le capitalisme occidental avec le libéralisme économique prôné par l’économiste Adam Smith ?

-Le communisme de l’ex-URSS tant vanté par Marx ?

-Le socialisme qui a hérité des principes du communisme ou le socialisme de marché de la Chine, actuelle deuxième puissance économique mondiale ?

L’économie libérale pratiquée par les États-Unis et les pays occidentaux fonctionne mais présente ses limites : la crise financière de 2007 en est la preuve.

L’économie planifiée prônée par l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) n’a montré que ses limites même si la vision d’ensemble via le communisme était bonne (égalité de chances, valoriser l’homme et non le capital…) : la preuve est qu’elle n’existe plus de nos jours.

Selon les constats faits sur quelques pays à fort potentialité minière et les raisons de leur sous-développement, plusieurs raisons pourraient être évoquées dont:

-l’inégale répartition des richesses

-la détérioration des termes de l’échange

-la mauvaise gestion des ressources : mauvaise affectation ou allocation des ressources

C’est le cas notamment du Nigéria qui est pourtant un des principaux producteurs mondiaux de pétrole (4ème de l’OPEP) et de gaz naturel.

Pourtant l’île Maurice, qui ne possède pas de ressources minières, a réussi à se développer.

C’est parce que contrairement aux autres pays africains, l’île Maurice a préféré trouver un modèle de développement qui lui sied que de chercher un modèle économique adéquat et adapté à son contexte. Il n’est pas erroné de chercher un modèle économique adapté à son contexte mais il est préférable de trouver un modèle de développement qui tient compte des ressources, des possibilités et des capacités de son pays d’origine et de sa population.

L’île Maurice s’est ainsi concentrée sur l’éducation et le tourisme, et s’en est suivi le développement des autres secteurs de production. Ce dernier n’a fait que définir ses priorités et ces priorités ont constitué la base de son développement.

L’Afrique du Sud constitue aussi un exemple de réussite économique du continent noir puisqu’elle est la première puissance économique du continent noir et que même s’il y a une inégale répartition des richesses en son sein, il est constaté une affection des ressources convenable.

Les pays africains, s’ils veulent sortir de leur sous-développement, ont ainsi le choix entre un modèle économique qui soit en adéquation avec leur contexte ou un modèle de développement qui délimite les priorités du pays et qui tient également compte des possibilités, des capacités, et des ressources de son pays et de ses habitants.

Sur le même sujet