Le Mondial Pupilles de Plomelin ou le retour aux valeurs du foot

Une géographie bousculée, des barrières culturelles et linguistiques éclatées... Coup d'œil sur le Mondial Pupilles de Plomelin
21 Fév
14

"Quel fabuleux tournoi! L’avoir vécu en tant qu’éducateur est aussi excitant que de le vivre sur le terrain. Un grand merci à l’organisation, en particulier aux bénévoles et aux familles d’accueil. Merci surtout d’avoir fait rêver les gamins." Un mot parmi d’autres inscrit par un éducateur de La Rochelle sur le livre d’or du Mondial Pupilles de Plomelin.

Des chiffres

A l’origine de ce tournoi international destiné aux enfants de 13 ans, l’initiative d’une poignée de passionnés, il y a bientôt 26 ans. Leur objectif, Jean-Paul Le Dantec, président du comité d’organisation, le résume parfaitement dans le mot d’accueil du site consacré à une manifestation qui se déroule traditionnellement le long week-end de l’Ascension: "Le Mondial Pupilles, depuis sa création en 1986, milite pour que le sport et le foot en particulier retrouvent l’esprit sportif dans une ambiance de fête consacrée aux enfants venus du monde entier."

Un simple coup d’œil à la liste des équipes engagées cette année donne un aperçu de la richesse et de la variété du plateau proposé: Marrakech, Maccabi Haïfa (Israël), Anderlecht, Kiev, Belfast, Lublin (Pologne), Sao Paulo, Capital United Ottawa (Canada), Santa Rosa Californie (USA) viennent de confirmer leur inscription à côté de grands noms du foot national: Lyon, Lille, Rennes, Montpellier, Caen ou Brest.

Globalement, 72 équipes soit 22 nations ou 5 continents vont se disputer pendant 4 jours la coupe tant convoitée. Et difficile de nier que sportivement, le tournoi en question constitue un formidable tremplin pour de jeunes talents avides de démontrer leur habileté sur le terrain. Cech, Henry, Le Tallec ou Sinama-Pongolle ont ainsi fait leurs premières armes dans le Sud-Finistère.

L’esprit du tournoi

Mais la vocation sportive de la manifestation n’est pas essentielle. Pour la plupart des joueurs, des dirigeants, des spectateurs, la magie de ce tournoi atypique tient à la rencontre. Oui, la rencontre, car la réunion d’enfants issus d’horizons si différents crée toujours des liens durables et l’histoire du Mondial fourmille d’anecdotes relatives à ces affinités improbables.

Singularité du tournoi, les enfants sont logés chez l’habitant. Le mérite des 400 bénévoles mobilisés n’est d’ailleurs pas moindre de répartir les jeunes joueurs dans les foyers sud-finistériens. Une manière de favoriser l’échange. Et la barrière linguistique quand elle existe, favorise paradoxalement l’échange et renforce les liens.

Solidarité

Mieux, à Plomelin, les plus déshérités ne sont pas laissés sur la touche. Et quand au dernier moment, un car venu du fin fond de l’Europe de l’Est tombe en rade chemin faisant, on dépêche un mécanicien sur place pour dépanner toute la délégation.

Aux petits Malgaches, on donne bien volontiers les paires de chaussures à peine usagées qu’on a laissées de côté ou la veste de survêtement qui traîne dans le placard. On en profite pour soulager sa conscience et dire à ses enfants de mesurer leur bonheur matériel.

Mais les petits Sénégalais qui jouent pieds nus au foot sur le bitume, quand la journée tire à sa fin et qu’ils terminent la soirée dans l’impasse du quartier, se passent volontiers de la dernière paire de Nike! Et à entendre leurs rires contagieux, ils ne s’en portent pas plus mal…

Tragédie

L’histoire du Mondial est aussi faite de souffrances et de tragédies. La guerre qui sévit au pays qui interdit au dernier moment le voyage vers Plomelin, la demande d’asile politique formulée par quelques membres d’une délégation africaine en détresse, les difficultés de dernière minute à financer le trajet, les problèmes de passeport aux frontières hermétiques…

Une leçon

Mais quelle satisfaction aussi, quand on peut régler les problèmes et les litiges, de lire dans le regard des enfants et des adultes le bonheur de partager une expérience inoubliable. Ah si le foot moderne pouvait revenir aux sources! Combien il y gagnerait!

Sur le même sujet