Les dessous de l'élection de Miss France 2011

Que les téléspectateurs se rassurent ! Comme il se doit, l'élection de Miss France 2011 sera bien diffusée le 4 décembre sur TF1.

Après moult rebondissements, l’élection de Miss France commentée par Jean-Pierre Foucault et parrainée par Alain Delon aura bien lieu. Garante d’un audimat fructueux pour la chaîne privée, la soirée devrait être à l’abri cette année de la concurrence d’émissions à caractère humanitaire destinées à donner mauvaise conscience aux fidèles adeptes de l’ancestrale élection. Il s’en est fallu de peu cependant que cette manifestation culturelle soit compromise par un certain nombre d’événements.

La guerre des Miss

Une ou deux Miss France ? Non contente de s’être retirée avec fracas de la société Miss France, l’emblématique Geneviève de Fontenay a décidé de mener la fronde jusqu’au bout en organisant une élection parallèle. S’érigeant contre les dérives qui ont ces dernières années porté atteinte à l’étiquette de Miss France, la directrice des mœurs y défendra "les vraies valeurs" auxquelles elle est scrupuleusement attachée. Avec une obstination qui mérite le respect.

Mais c’est en marge de l’élection officielle que se déroulera cette manifestation, n’en déplaise à la vertueuse Geneviève de Fontenay. Car l’actuelle directrice générale de la société Miss France a pour nom Sylvie Tellier, et l’ex-miss n’est guère encline au partage :"la marque nous appartient et il n’y aura qu’une seule Miss France." Sous les feux des projecteurs de la chaîne privée, ce sont bien en tout cas les miss de Sylvie Tellier qui défileront le 4 décembre.

Quand les Féministes s'en mêlent

Déjà écornée par ces faits d’armes, la sérénité des préliminaires de l’élection a également été entamée le 22 novembre à Caen par une hostile manifestation féministe. Alors que les miss défilaient pacifiquement sous l’œil bienveillant des édiles municipaux, le collectif "Toison rouge" a bruyamment perturbé le protocole. Objet du courroux des manifestantes, le principe de l’élection de Miss France. "Luttons contre la société patriarcale et le diktat de la beauté féminine superficielle", "c’est bientôt Noël mais on n’est pas des dindes", "la vraie beauté, c’est nous !": des invectives qui ont contraint les miss à se retirer précipitamment…

Dur métier

C’est donc sous le soleil des Maldives, loin de l’ingrat terroir normand, que les miss ont peaufiné leur préparation. Une préparation intensive, ainsi que le souligne une miss :"coiffure, maquillage, défilés… on n’a pas une minute de répit." Et les rares moments de farniente sont mis à profit pour découvrir la culture locale. Car pour être miss, il ne suffit plus de répondre à d’exigeants critères de beauté, il faut également posséder un solide bagage culturel : Master de communication, d’esthétique, d’épilation… Dure vie de miss !

Sur le même sujet