Oiseaux : lieux de nidification insolites

Pour nicher, les oiseaux utilisent parfois des endroits que l'activité humaine met à leur disposition. Une habitude qui met souvent la portée en péril.
59

Avec la belle saison s'amorce le cycle de la reproduction chez les oiseaux. L'instinct de survie les pousse souvent à construire leur nid loin des regards indiscrets, à l'abri des prédateurs. Certaines espèces pourtant aiment à exploiter les ressources que l'activité humaine met à leur disposition. Petit tour d'horizon d'emplacements insolites qui exposent parfois la couvée à des déconvenues fatales.

Le rougequeue noir suicidaire

La palme de l'inconscience ou de l'irresponsabilité revient sans conteste à un petit passereau relativement commun, le rougequeue noir ( Phoenicurus ochruros ). En témoigne ce récit d'un internaute pourtant soucieux de préserver la nichée de son hôte :"Fin mai, je préparais le premier barbecue de l'année. Le feu commençait à ronfler. En me baissant pour regarder si ma brosse à grille était toujours au même endroit, je remarque dans un coin du foyer un amas de mousse. Je reconnais alors le nid caractéristique des rougequeues. Vite, j'arrose les braises et je regarde de plus près : il y a des oeufs dans le nid! Que faire? Je décide de continuer mes grillades ailleurs et d'attendre la suite des événements. Les jours suivants, aucune agitation autour du barbecue et pas de rougequeue dans les environs... ou plutôt si mais un peu plus loin. Ils sont en train de vouloir, à tout prix, reconstruire un autre nid sur... mon programmateur électrique.

Une autre année, ils voulaient absolument s'installer sur le rail de ma porte de garage! Comme ils insistaient, je les ai laissés terminer le nid et, délicatement, je l'ai déposé sur une planchette dans un endroit abrité et proche du premier. Ils y ont pondu et ont élevé leur nichée."

L'atypique mésange charbonnière

Dans le même registre, celui des parents irresponsables, un lecteur de la revue L'oiseau Magazine signale le curieux emplacement où élit domicile une mésange charbonnière ( Parus major) d'ordinaire cavernicole : un regard d'écoulement des eaux. Lorsque cet oiseau habite un nichoir, il a pour habitude de combler le parterre, quelle que soit sa superficie, d'un épais tapis de mousse. Ici, le nid occupait tout le regard, soit 50 cm sur 50 cm. Une saison exceptionnellement sèche permit à la mésange d'éviter une catastrophe annoncée!

Les adeptes du pot de fleur

Un arrosage plus tempéré, c'est ce qui menaçait également un gobemouche gris (Musciapa striata ) amateur de géranium qui s'était installé dans un pot destiné à accueillir la plante. Au moment où la particulière s'apprêtait à humecter le géranium en question, elle dut essuyer une vive réaction de l'oiseau déterminé à défendre son territoire.

Une habitude qui semble assez répandue puisque l'occupation d'un pot de fleurs par une tourterelle turque ( Streptopelia decaocto) est également signalée par une lectrice de L'oiseau magazine. Il faut dire que l'élaboration du nid chez les colombidés ne fait pas partie des priorités. Et que dans ce dernier cas, l'oiseau s'était contenté de garnir grossièrement l'intérieur du pot. Une solution de facilité.

Dans le même ordre d'idées, un troglodyte ( Troglodytidae) peu farouche avait élaboré son nid dans un bouquet d'hortensias qu'un voisin avait oublié à l'intérieur même d'une remise qui ménageait un accès vers l'extérieur.

Cavernicoles éclectiques

Désireux de protéger leur couvée d'arrosages intempestifs, les cavernicoles utilisent généralement des abris secs. Ils affectionnent en premier lieu les cavités naturelles qu'offrent les vieux troncs. A défaut, les nichoirs artificiels ou d'autres planques plus étonnantes. Parmi les plus prisées, la boîte aux lettres.

Grande amoureuse du courrier, la mésange. Pour peu qu'une ouverture lui permette l'accès à l'intérieur de la boîte, elle se plaira à y installer sa nichée. Et le courrier qui lui dégringole quotidiennement sur la tête ne la détournera pas de sa mission. En revanche, elle risque d'être effrayée par l'ouverture de la boîte. Aussi vous faudra-t-il prévenir le facteur de déposer temporairement vos missives ailleurs si vous tenez à voir la couvée aller à son terme.

Autre exemple extraordinaire, celui d'une mésange bleue ( Parus caeruleus ) qui habitait à l'intérieur du corps du Christ sur un calvaire breton de Plogonnec. L'oiseau passait par l'avant-bras du crucifié rongé par l'usure du temps. Et c'est sous la protection de cette puissance tutélaire que le couple éleva une douzaine d'oisillons.

Sur le même sujet