Soirée imaginaire au café Suite 101 : la communauté en émoi

Un exemple d'incipit destiné aux rédacteurs de Suite 101...et aux autres. Le fruit de la collaboration inspirée de 2 auteurs :Jean-Luc Mercier et Marc Férec

Le joli mai darde ses derniers rayons sur la terrasse que parfument lilas blanc, myosotis amarante (les effets du Saint-Joseph) et Chanel n°5

Le cadre : Le prestigieux café Hafa de Tanger. La rédaction de Suite 101, cette fois, n'a pas fait dans la demi-mesure pour accueillir ses experts. Petits fours, champagne, Clairette-de-die, saint-pourçain, Red Devil, Imo Pectore, Clos du Rouge Gorge... Il s'agit pour Gaston et Norbert (appelons-les ainsi) et leurs serial-éditeurs de frapper un grand coup et de mettre fin à la crise qui couve. Ventcouvert, il faut le dire, vient de leur remonter les bretelles. La fuite des cerveaux du site (suite à la fronde menée par Daniel Lecoeur) commençe à faire tache... d'huiles.

In medias res

Passons outre les préliminaires des retrouvailles, la soirée bat déjà son plein. Le sancerre importé sauvagement par une bande d'Angevines déjantées connaît franc succès. A vrai dire, à lui tout seul Julien Gris a déjà liquidé la moitié du stock. La sobriété n'a jamais fait bon ménage avec lui.

D'un coup d'oeil vertical, il embrasse à la fois l'horizon marin et le décolleté de son interlocutrice dont il vient d'oublier le nom :"Non, trop c'est trop! mon éditrice, comment s'appelle-t-elle déjà?, vient encore de flaguer mon dernier article "multiples utilisations du concombre" sous prétexte que...". Cette fois, si ses yeux restent rivés à l'aguicheuse atrophie mammaire de l'emmerdeuse (mon Dieu, si les féministes du site devinaient mes pensées, se surprend-il à murmurer!) son esprit s'envole au loin, très loin du soutien-gorge dont il ne reste rien.

La rédac s'est attachée les services d'un DJ excentrique au regard lubrique, qui mate toutes les auteures qui rentrent dans son champ de vision tout en se trémoussant frénétiquement sur Mick Jagger: "I can get no satisfaction" passe en boucle depuis l'ouverture des civilités. Encore une bonne lampée de ce petit vin du Roussillon, le Jaja de Jau, et il ira consoler la jolie brunette d'à côté qui rit quand on la regarde.

Mais alors que le Roussillon s'épuise, et que l'on s'apprête à entamer le saint-émilion, le célèbre cincle, le zoziau fétiche de Françoise Lagrande, inventé par Marc dit « le Fenec », vient annoncer à la communauté délirante, par un gazouillis aquatique, l'arrivée pressentie de quelques célébrités cachées de Suite: Liliane, accompagnée de Boltansky et Kandinsky, Corinne, entourée d'une nuée de hamsters, loirs, écureuils de Corée et autres chinchillas, Léa fan de foot, Chantal, cernée de bambins en bricolage de déguisement pour Carnaval, Sébastien et Carine, les gyptolgues, Jean-Luc, un bouquet de sexes végétaux à la main, le Maxime des villes et l'Émilie des champs et des zipods, et tant d'autres: Maryline, Annie, Célia, Caroline, Laurence, Sophie(s), Lise, Hélène, Colette... serrées de très près par l'anachronique Maurice bourdonnant la Madelon en sirotant une flasque d'amère absinthe.

Le DJ n'en revient pas. Mais son regard lubrique se tourne soudainement vers un certain Ludo Vic. Son sang ne fait qu'un tour. Oui, c'est lui ! l'homme des vacances gay à Monte réal, Nique onos... qui inonde régulièrement la page des articles recommandés par les lecteurs en manque.

La soirée s'annonce chaude... en retrouvailles

Et puis, et puis... il va y avoir la remise du bonus, tant attendu par tous et promis par le staff par tchatmi tchatmoi interposés. Il se murmure à vents couverts que les actionnaires feraient un geste conséquent, dans la Droite ligne des propositions du Président français Sarkozy, pour les entreprises comprenant plus de 50 travailleurs. Les chiffres les plus fous circulent déjà, 3 centimes d'euros par trimestre ! certains disent même que la prime ne serait pas trimestrielle mais mensuelle. C'est l'effervescence, et chacun d'y aller de ses pronostics et de ses paris, de palabrer sur ses PV et ses stats, d'élucubrer sur la véritable identité de l'auteur(e) secret qui gagnerait, à ce qu'on dit, une véritable petite fortune mensuelle versée sur son compte Paye Pas, lui permettant de s'acheter croissants et pains au chocolat le 02 de chaque mois.

Et tandis qu'un écran de télé se déchaîne à passer, au fond de la salle, des images en boucle de « f*** off », le nouveau tube de Shima, et le souvenir de cet impérissable et cher Nobil, la rumeur enfle sur la teneur d'un nouveau CONT13, et sur la prime de 101 sélections de la rédaction qui serait offerte au gagnant.

CONT 13 (à suivre)

Sur le même sujet