Folie et sainteté: quand deux extrêmes se touchent

Vittorino Andreoli, psychiatre italien, pense que folie et sainteté sont plus proches qu'on ne le pense. Les "normaux" établissent les règles de la folie
12

Psychiatre et écrivain italien, Vittorino Andreoli né à Vérone, la ville de Roméo et Juliette, devient médecin à l'Université de Padoue. Passionné par la recherche, il part en Lombardie, à Milan pour continuer à développer les relations entre la neurobiologie et les comportements des animaux et des humains. Sa formation se complète entre l'Université de Cambridge et le Cornell Medical College de New York. Cela lui a permit de travailler à Harvard sous la direction du professeur S. S. Kety.

Psychiatre et écrivain: Vittorino Andreoli, folie, norme et étiquettes

Andreoli est considéré comme l'un de plus importants psychiatres italiens, et il se fait remarquer par le grand public quand en 1978, il publie son premier livre "Il medico e la droga" (Le médecin et la drogue, ndr). Malheureusement aucun de ses livres n'est traduit en langue française. Son écriture est très agréable et accessible. Depuis il n'a jamais arrêté, en devenant l'"Oliver Sacks" italien.

Passionné par la folie, ce psychiatre nous aide à mieux comprendre ceux que malheureusement on étiquette sans conscience du jugement, seulement pour poser entre la peur de la folie et nous-même la juste distance qui nous rassure.

La nouvelle voie du psychiatre italien Andreoli: la maladie psychiatrique n'est pas négative

"La troisième voie de la psychiatrie" est pour Andreoli l'idée selon laquelle on a fini de considérer la maladie psychiatrique comme négative. Cette lecture négative a toujours comme un présupposé que celui qui donne cette lecture est du côté positif. De là sont nés tous les schémas des modalités de l'existence des "autres" par rapport à la norme. La "pazzia" (folie en italien, ndr) est une "vision du monde" différente de celle du médecin qui pose le diagnostic. Tout cela est assez notoire, c'est-à-dire qu'il peut y avoir un "fou" seulement quand le cadre commun de "normalité" est posé.

Le fou est celui qui ne pense pas comme nous, c'est encore celui qui a une vision dépressive du monde, ou bien d'une grande cohérence et unité comme chez l'hystérique ou encore une vision de séparation et scission chez le schizophrène. Notre psychiatre affirme haut et fort qu'il existe une relativité de la folie, ou mieux, de sa catégorisation car le spécialiste de la folie est plongé dans l'histoire et imbibé des présupposés de son temps.

L'opposition entre sainteté et folie selon la psychiatrie et l'église catholique

Il y a eu de grands débats dans la France des années '70 sur les psychopathologies des saints. Cela survint quand les psychiatres et les psychologues commencèrent à lire les journaux intimes des femmes et des hommes du "siècle mystique" (H. Bremond). Les mystiques n'étaient rien d'autres, dans leur vision, que des malades mentaux! Cette guerre a duré un certain temps. Etant donné que la sainteté concerne seulement les catholiques, ce furent eux qui contredirent et défendirent l'intégrité de la raison de leur fondateurs et de leurs saints. Il est vrai que dans cette, lutte, il y avait deux camps. Celui de la science qui affirmait par exemple que Thérèse d'Avila était une hystérique. De l'autre les théologiens qui intervenaient pour dire que cette étiquette était incompatible avec sa sainteté et ses vertus. Donc la sainteté avait ses critères de "normalité", il n'y avait plus de voie du milieu.

Les saints sont des fous normaux

L'idée d'Andreoli est que pour la sainteté, la santé mentale n'est pas nécessaire, elle qui est jugée normale par la société. Pourquoi une femme hystérique ne peut pas être une sainte? Pourquoi un dépressif devrait se voir fermée la porte du Paradis par saint Pierre? Le pas en avant réalisé par ce psychiatre est important. Il s'oppose au fait de séparer sainteté et folie car pour le faire il faudrait accepter que le saint est "normal" quand au contraire tout récit de la vie des saints nous dit qu'ils ont vécu comme des fous. Le saint déstabilise l'ordre commun, les règles de la société en suivant l'évangile, et les règles de la nature quand des miracles se produisent. Donc, "bienheureux les fous" si la sortie de la norme nous ouvre à des paysages de sainteté ordinaire.

Bibliographie

V. Andreoli, Follia e santità , BUR, 2010.

Sur le même sujet