Location independent : travailler partout, sans racines fixes

L. Panzarelle est un "location independent". Une nouvelle figure de travailleur se profile dans l'avenir des occidentaux : secrets, astuces, nouveaux jobs.

Fini d'aller tous les jours au bureau. Fini le trafic et les embouteillages en allant et en rentrant. Luca Panzarella a quitté l'Italie pour devenir "location independent". Dans son blog , il raconte son parcours et ses choix qui lui donnent maintenant ce nouveau statut lui permettant de travailler sur la route, une nouvelle version d'un "SDF travailleur" qui décide d'errer, car le travail, depuis l'avènement d'internet se déracine d'un territoire spécifique.

Qu'est-ce qu'un " location independent " ? Nouveaux jobs ou comment trouver de nouveaux postes de travail

Pendant une interview pour le site " italiansinfuga ", qui rassemble les expériences des "Italiens en fuite", c'est-à-dire des Italiens qui ont quitté leur pays à la recherche du travail, Luca Panzarella a expliqué ce qu’est un"location independent".

Dans quel pays travailler ? L'Occident est saturé : après la Grèce, les observateurs attendent la chute économique sans retour de l'Italie, l'Espagne, le Portugal et l'Irlande. Pour les autres pays de l'Europe, c'est une question de temps... Certains, donc, au lieu d'attendre, décident de partir. Luca a fait le choix de devenir travailleur indépendant et de voyager. Il se définit comme "entrepreneur créatif" (imprenditore creativo, ndr). Avec une formation en "art direction" entre Palerme, Rome et Bologne il n'avait pas pu trouver un poste fixe.

Voilà comme il explique pendant une autre interview son job: il faut mettre ensemble les caprices d'un publicitaire et la capacité analytique et d'investissement d'un entrepreneur, voilà ce qu'est l'entrepreneur créatif.

Le travail ne change pas. Précariat et travail régulier avec smartphone et Internet

L'idée de poste de travail fixe et de lieu de travail immuable est en train de disparaître. Le témoignage de Luca est assez clair. Il travaille sans cesse, ce qui change, c'est le lieu où il a décidé de s'installer et de travailler. Des outils comme smartphone et internet sont indispensables pour un "local independent".

Le seul problème pour lui est la difficulté de gérer les différences d'horaires entre un pays et un autre quand il doit respecter les consignes, surtout quand en travaillant avec l'Italie de San Francisco, une mission d'urgence arrive et tu es encore tranquillement endormi, à l'autre boute de la planète !

Conseil pour devenir un "l ocation independent " ou comment travailler en voyageant, trouver des missions de job sur Internet

Notre Luca est très prudent dans les conseils, surtout parce qu'il sait que les déménagements d'une ville à l'autre et d'une nation à l'autre ne sont pas si simples. Il partage plutôt ses expériences. Par exemple quand il avait décidé de vivre à Londres (actuellement il vit à San Francisco) tout le monde lui avait suggéré de ne pas y aller à cause de la crise. Pour lui en revanche tout a été facile, c'est pourquoi il s'est convaincu depuis que la volonté personnelle et la plus forte motivation pour réaliser ses projets.

Le phénomène prend une ampleur insoupçonnée : le site italiansinfuga reçoit 75.000 visites par mois ( sources : La Stampa du Cuneo). Des rencontres entre ces expatriés du travail sont organisées dans près de 65 villes du monde entier, dans des villes comme Londres, Melbourne, Copenhague, mais aussi au Mexique ou en Thaïlande : on compte 3000 "followers" sur Twitter, et 6000 abonnés à la page Facebook d'Italiansinfuga. Chaque mois, depuis juillet 2008, des "location independants" comme Luca témoignent dans la lettre d'informations mensuelle du site : signe d'un phénomène dont les échos se font actuellement entendre également à Madrid ou à Athènes.

A consulter :

http://locationindependent.com/

http://locationindependentclub.ning.com/

et aussi leur page Facebook: http://www.facebook.com/note.php?note_id=381107970422

Sur le même sujet