Psychodrame analytique : présentation, historique et processus

Le psychodrame analytique est une méthode thérapeutique créé par Jacob Moreno. Présentation d'une technique thérapeutique encore peu connue mais efficace

Le psychodrame analytique permet au patient de mettre en scène ses fantasmes, ses pulsions et ses problèmes pour mieux en prendre conscience et s'en libérer. De quoi s'agit il ? Comment se déroule une séance de psychodrame analytique ?

Le psychodrame analytique : origines, explications et petit historique

Le psychodrame analytique individuel permet de mettre en scène à la manière d'un théâtre ses problèmes, en s'appuyant sur la psychanalyse freudienne. Il ne s'agit pas de mettre en scène ses problèmes devant un public : en termes clairs, ce n'est pas du théâtre narcissique, mais bien un jeu de rôle thérapeutique. Le jeu "comme si" permet de lever les censures et de prendre conscience de refoulements profondément enfouis, selon la terminologie analytique freudienne.

C'est au début du XXe siècle que Jacob Levy Moreno, psychosociologue roumain, a créé cette technique en permettant d'unir la catharsis (épuration des passions par le moyen de la représentation dramatique bien connue du théâtre grec antique) à l'analyse.

Par la suite, le "flambeau" du psychodrame analytique a été repris par un psychiatre et psychanalyste, Serge Lebovici, qui s'en en servi pour aider de jeunes patients enfants hospitalisés à l'Hôpital Necker de Paris dont il avait la charge.

Psychodrame analytique: comment cela se passe ?

Contrairement au psychodrame de groupe, le psychodrame analytique individuel se joue entre le patient et l'analyste (plus parfois quelques co-thérapeutes). Le patient est invité à mettre en scène spontanément la tension qui lui vient à l'esprit (problème de couple, phobie, problèmes de l'adolescence... les tensions sont aussi variées que les patients). Le patient, sous la direction du "meneur de jeu" (le thérapeute), met alors en scène avec éventuellement l'aide des co-thérapeutes une scène au sens théâtral du terme, incarnant son problème.

Ainsi, les co-thérapeutes peuvent par exemple représenter les différentes instances du moi (ça, surmoi, moi, etc.), il s'agit de verbaliser le refoulé, et bien souvent, lapsus, actes manqués, sont incarnés et donc conscientisés.

Catharsis: l'origine du concept et son application au psychodrame

Citons Aristote pour préciser le concept de Catharsis (La Politique , traduction de J. Tricot, Vrin, 1995, p584) :

"Nous voyons ces mêmes personnes, quand elles ont eu recours aux mélodies qui transportent l'âme hors d'elle-même, remises d'aplomb comme si elles avaient pris un remède et une purgation. C'est à ce même traitement dès lors que doivent être nécessairement soumis à la fois ceux qui sont enclins à la pitié et ceux qui sont enclins à la terreur, et tous les autres qui, d'une façon générale, sont sous l'empire d'une émotion quelconque pour autant qu'il y a en chacun d'eux tendance à de telles émotions, et pour tous il se produit une certaine purgation et un allégement accompagné de plaisir. "

La mise en scène des passions provoque leur épuration selon Aristote, il s'agit d'une transformation de l'émotion en pensée ou d'une objectivation. Freud reprend ce concept dans sa théorie psychanalytique en disant que la catharsis est en psychanalyse le rappel à la conscience d'une idée refoulée.

Cette méthode peut convenir tout autant aux patients enfants qu'aux adultes, quand ils ne sont pas aidés par le cadre analytique classique.

Vous pouvez consulter également cet article sur le psychodrame de groupe pour aller plus loin.

Pour aller plus loin :

Le Psychodrame psychanalytique individuel de Patrick Delaroche (Bibliothèque scientifique Payot, 1996).

Le Psychodrame et la Vie de Pierre Bour (Desclée de Brouwer, 1989).

Passage à l’acte de vie de Sarah Serievic (Souffle d’or, 1999).

Sur le même sujet