La chirurgie du pied balaie les idées reçues

Complexe et mal connue, la chirurgie du pied souffre encore de nombreuses idées reçues, alors que des techniques permettent de bons résultats. Détails.
9

Des suites opératoires réputées longues et douloureuses, une majorité de patients qui craignent une perte d'autonomie, la chirurgie du pied est encore loin d'être bien perçue en France! Or, ce que l'on peut constater en pratique, c'est que, de la simple gêne due à des maux bénins, à la vraie douleur handicapante, 10 millions de Français déclarent souffrir de leurs pieds!* Heureusement pour eux, il existe des techniques chirurgicales efficaces, qui permettent des suites opératoires optimales.

Intérêt de la chirurgie percutanée et mini-invasive du pied

À Paris, une petite équipe de chirurgiens spécialisés dans la chirurgie du pied et de la cheville, utilisent les techniques de chirurgie percutanée et mini-invasive du pied à la clinique Geoffroy-Saint-Hilaire. Introduites il y a une quinzaine d'années en France, ces techniques permettent aujourd'hui une prise en charge rapide et efficace, ne nécessitant souvent qu'une anesthésie loco-régionale qui permet au patient de sortir le jour même de l'intervention, ou dans les 48 heures. Avec, de surcroît, des suites opératoires de qualité: récupération rapide, douleur minime, appuis plantaires complet immédiat, œdèmes limités, et reprise plus rapide des activités professionnelles.

Zoom sur les techniques utilisées

  • La chirurgie percutanée consiste à réaliser des gestes chirurgicaux sur les parties molles, ainsi que des corrections osseuses (ostéotomies). La grande différence avec la chirurgie classique réside dans le fait que les gestes sont réalisés à travers la peau, donc avec très peu de cicatrices. Les chirurgiens utilisent des bistouris très fins et des fraises motorisées rotatives, et tous les gestes sont contrôlés par radiographie télévisée.
  • La chirurgie mini-invasive mixte, variante de la technique précédente, associe le geste percutané à une petite ouverture, de l'ordre de 2 ou 3 cm, parfois nécessaire pour régler certains problèmes de déformation, en particulier des grandes déviations de l'os situé avant le gros orteil, tout en préservant la minimisation des suites opératoires.

Quelles sont les pathologies concernées?

Ces techniques chirurgicales permettent de traiter différentes pathologies, comme les déformations du pied d'une manière générale, et en particulier l'hallus valgus, ou “oignon”, qui représente la demande la plus importante, particulièrement pour les femmes. Elles concernent aussi les pathologies de l'ensemble de l'avant-pied et les déformations des orteils (orteils en griffe ou en marteaux). La photo “avant/après” donne un bon exemple d'amélioration apportée par ces techniques. La vue “avant” montre une déformation importante de l'avant pied de type hallux valgus, qui s'accompagne d'un "coup de vent" des petits orteils et de douleurs plantaires appelées métatarsalgies: c'est un "oignon" compliqué. La vue “après” montre le résultat que l'on peut obtenir grâce à ce type de chirurgie, pour améliorer le chaussage et faire disparaître les douleurs.

Pour plus d'informations sur ces techniques et sur les pathologies concernées, vous pouvez contacter:

  • la clinique Geoffroy-Saint-Hilaire au (33) 01 44 08 40 00;
  • l'Hôtel-Dieu de Paris au (33) 01 42 34 82 34;
  • la clinique Bachaumont au (33) 01 44 82 60 00;
www.chirurgie-du-pied.fr

* Source: Épidémiologie de la Santé

Sur le même sujet