Les Français mesurent l'efficacité de leur système de santé

De tout récents résultats d'enquête montrent une certaine déception des Français face à leur système de santé. Détails.

Réputé dans le monde entier, le système de santé Français semble toutefois se heurter à quelques points faibles.C'est ce que viennent d'indiquer les résultats d'une récente enquête*.

Un système de santé performant, mais …

Selon les résultats de cette enquête, révélés de 17 janvier 2011, 73% des Français considèrent toujours leur système comme l'un des meilleurs du monde. Mais seulement 51% des personnes interrogées estiment en avoir une bonne ou assez bonne compréhension,cette proportion étant significativement plus faible chez les jeunes et les personnes déclarant avoir une couverture d'assurance maladie insuffisante.

Concernant l'innovation médicale et l'accès aux meilleures technologies, le jugement global sur la qualité des soins reste très positif, au niveau des meilleurs du monde pour 71% des personnes interrogées, mais les Français sont par contre déçus de leur expérience de “patient-consommateur”, et se montrent critiques sur plusieurs aspects du service rendu. Il s'agit en particulier des temps d'attente pour accéder à un service, et du manque d'attention portée au patient individuel.

Selon cette enquête, pour près de 4 Français sur 10, l'efficacité du système de santé français s'est détériorée au cours des 5 dernières années.

Des questions sur le coût de la santé et son évolution

La moitié des ménages français déclarent avoir vu leurs dépenses de santé augmenter en 2011 par rapport à 2010, à hauteur de plus de 10% pour 40% d'entre eux. Par ailleurs, près de deux tiers estiment que le ralentissement économique a eu des conséquences sur le budget qu'ils consacrent à leur santé, ceux ayant les plus bas revenus et la moins bonne couverture d'assurance étant les plus affectés. L'enquête montre aussi une grande inquiétude quant à la capacité future à faire face aux dépenses de santé: un quart des ménages en moyenne pense ne pas être prêt à assumer ses frais de santé à venir (un sur trois pour ceux dont les revenus sont les plus modestes), et ce indépendamment de leur couverture santé.

Cette enquête révèle aussi que le système de santé français est jugé dispendieux et peu efficace. Les résultats indiquent en effet que 2 Français sur 3 estiment que ce système gaspille plus de 30% des sommes qui y sont consacrées. Ils soulignent en particulier la bureaucratie, le “tout papier”, le manque de responsabilisation individuelle en matière de de santé et l'acharnement thérapeutique en fin de vie. De plus, la majorité (55%) des personnes interrogées considèrent que la qualité des soins pourrait être améliorée tout en réduisant les coûts.

Les Français font peu d'effort pour leur santé

Moins de 40% des Français interrogés se considèrent en très bonne santé et un sur quatre juge son état de santé comme médiocre. Pire encore: un Français sur quatre (toutes classes d'âge confondues) estime que son état de santé s'est dégradé au cours de la dernière année. Mais la prévention est encore loin d'être au coeur des préoccupations des Français, et de gros efforts sont à fournir en la matière par tous les acteurs de la chaîne de santé: 1 Français sur 10 seulement déclare avoir participé à un programme visant à l'amélioration de son hygiène de vie et de son bien-être, et le pourcentage est à peine plus élevé: 11% pour ceux souffrant d'une maladie chronique!

Le médicament reste un pilier important de “l'approche santé” des Français, qui comptent en effet toujours parmi les plus gros consommateurs de médicaments de prescription au monde (56% des Français déclarent en coinsommer de façon régulière avec une prise quotidienne moyenne de 3 médicaments), et l'actualité récente (l'affaire du Mediator notamment) ne semble pas encore avoir affecté leur niveau de confiance, puisque 7 patients français sur 10 sont convaincus de leur efficacité. Toutefois la notion de coût et de rapport qualité/prix commence à émerger dans les demlandes de prescription (1 Français sur 5 a demandé à son médecin la prescription d'un générique pour des raisons économiques au cours des 12 derniers mois).

* Enquête conduite par Deloitte auprès de 15735 personnes dans 12 pays dont la France. Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Plus d'infos sur www.deloitte.com/about

Source: Conférence de presse Deloitte du 17 janvier 2012 à Paris

Sur le même sujet