Thermalisme et santé publique: des résultats très encourageants

Les études scientifiques démontrent toutes les bienfaits du thermalisme, et la fréquentation des stations thermales françaises est en hausse.

Les engagements du thermalisme dans l'évaluation du service médical rendu et son positionnement face aux enjeux de santé publique semblent porter leurs fruits. En 2010, les études scientifiques ont continué de démontrer l'efficacité réelle des soins thermaux dans le traitement de plusieurs types de pathologies, et l'activité thermale française a affiché des résultats très positifs.

Des résultats intéressants

  • La dernière étude en date est MAÂTHERMES , qui a évalué la médecine thermale dans le traitement du surpoids et de l'obésité chez l'adulte. Financée par l'Association française pour la recherche thermale (AFRETh) et conduite sur cinq stations thermales (Brides-les-Bains, Capvern-les-Bains, Vals-les-Bains, Vichy et Vittel), cette étude a montré que la cure thermale permet une perte de poids comparable à celle obtenue avec un programme classique, sans effet indésirable.
  • En 2010, la médecine thermale a aussi montré son efficacité contre l'arthrose, dans le cadre de l'étude “ Thermarthrose ” conduite sur trois stations thermales françaises.
  • De leur côté, les récents résultats apportés par la station thermale d'Avène après huit ans d'études sur la dermatite atopique et le psoriasis sont vraiment favorables eux aussi au thermalisme. Avène est d'ailleurs la première station thermale dermatologique à obtenir la certification "Aquacert HACCP thermalisme®" , qui distingue la démarche de qualité engagée depuis plusieurs années dans cette station thermale.
  • Enfin, l'étude "Stop TAG" qui s'est récemment terminée a révélé que la cure thermale est plus efficace que le médicament de référence dans le traitement du trouble anxieux généralisé (TAG).
  • Et ces études ne sont pas prêtes de s'arrêter: en 2011, l'Association française pour la recherche thermale en présentera deux nouvelles: Therm&Veine, qui portera sur la prise en charge de l'insuffisance veineuse, et Rotatherm, qui évaluera le traitement de la pathologie périarticulaire de l'épaule. A suivre , donc!

Une progression de l'activité thermale

En 2010, la fréquentation des stations thermales françaises a connu une nette augmentation. Plus de 505 000 curistes assurés sociaux ont suivi une cure thermale, ce qui représente une progression de 3,65% par rapport à 2009. Le nombre de journées de soins progresse lui aussi avec plus de 9 millions de journées de soins délivrées en 2010! Au sein de cette activité, c'est la rhumatologie qui reste la première orientation thérapeutique, avec 75% des prescriptions. Viennent ensuite le traitement des voies respiratoires et la phlébologie. Le Conseil national des exploitants thermaux (CNETh) indique que les médecins portent aujourd'hui “un nouveau regard plus positif“ sur le thermalisme, notamment du fait des résultats encourageants de la recherche thermale et de la campagne de publicité “La médecine thermale, efficace pour longtemps”. Une campagne qui, en 2011, met à l'honneur trois thèmes spécifiques: le stress, le surpoids et les douleurs articulaires, et dont l'objectif prioritaire reste de mieux informer le public sur les cures thermales. A cet effet aussi, le site Internet du CNETh deviendra dès le mois de juin une véritable plateforme d'information.

Le thermalisme français en chiffres*

  • 105 stations thermales sont en activité sur le territoire français.
  • La France compte 1200 sources, soit 20% du capital thermal européen.
  • 505 000 curistes et plus séjournent en moyenne 18 jours dans les stations thermales françaises.
  • 100 000 emplois concernés directement, indirectement ou induits dépendent du thermalisme.
  • Le volume d'activité généré chaque année par les cures thermales est de 900 millions. d'euros. L'Assurance maladie n'intervient que sur 20% du montant.
  • La part du thermalisme est de seulement 0,15% des dépenses de santé.

Sur le même sujet