L'Île Maurice, l'appel du large

Des plages de sable blanc infinies, des lagons turquoises: au-delà de sa légendaire et réelle beauté, l'Île Maurice est une destination propice à l'évasion.
25

Perle de l’océan Indien, l’Île Maurice offre le charme de ses terres intérieures, de ses plages ourlées de sable blanc, de son peuple dont le sourire est partout de mise. Maurice comble tous les rêves de farniente…

Son nom résonne comme le chant d’un ailleurs, riche de secrets et de mystères. Isolée de tout continent, l'île fait partie, avec la Réunion et Rodrigues, de l’archipel des Mascareignes. Destination privilégiée des défricheurs d’océan, Maurice, modeste en ses dimensions - 63 km de long et 47 km de large - est grande par les textes qu’elle a su inspirer à Bernardin de Saint-Pierre et à J.M Le Clézio. Colonisée par les Hollandais puis par les Français, dominée par les Anglais, elle choisit l’indépendance en 1968.

Port-Louis est la capitale de la République mauricienne ou la langue française est à l’honneur. Au pied de ses montagnes volcaniques sculptées par le temps, un océan de cannes à sucre, écrin d’un flamboyant jardin. Et, à l’ombre du Morne, mont symbolique de l’île, les paysages sauvages du Sud égayent des gorges verdoyantes zébrées de blanches cascades. Invitation au voyage.

L’Eden retrouvé

Dieu créa l’Île Maurice puis le paradis à son image. Bien d’autres, après Mark Twain, ont succombé à la vision enchanteresse de son sable blanc et tendre, au vert émeraude de la mer sous le bleu du ciel clair. Couleurs d’un bonheur balnéaire qui se vit dans une liberté sans entrave sur les plages étincelantes de la côte Nord. Autour de Grand Baie, des hôtels à fleur d’eau alignent des rangées de cocotiers. Dans une atmosphère de luxe feutré, des spas raffinés, le service attentionné et le silence définissent un art de vivre, propice au ressourcement. De cap Malheureux à la pointe Nord de l’île, la côte sauvage bordée de "filaos" se poursuit jusqu’à Paul et Virginie, point de départ de la côte Est caressée par les alizés.

C’est à Trou d’Eau Douce que les catamarans attendent les passagers pour cingler vers le large. L’équipage hisse la voile. Les paysages défilent à l’ombre des montagnes omniprésentes, l’eau transparente invite à explorer le monde mystérieux des fonds marins. Escale à l’île aux Cerfs. Les Mauriciens aiment y pique-niquer le dimanche en famille, des femmes en sari se baignent dans un lagon aux reflets aigue-marine.

Sur la route de Port-Louis

Les champs de canne à sucre s’étendent aussi loin que le regard porte. Des temples hindous multicolores et des pagodes aux tons chauds se dressent au-dessus de ce vaste océan de feuilles vertes. Un musée s’est installé dans l’ancienne usine de Beau Plan. Il retrace l’épopée du sucre où s’inscrit la mémoire de l’île.

A quelques encablures, un jardin extraordinaire déploie la féerie de ses bassins de fleurs. Prisé par les botanistes du monde entier, le Jardin de Pamplemousses révèle la richesse de ses essences indigènes dans la douce lumière du matin. Mahé de la Bourdonnais, gouverneur de l’île de France (1735-1746), présida à sa naissance ainsi qu’à celle de Port-Louis, la capitale. Autour de sa statue, hommage des Mauriciens à cette grande figure de l’île, la vieille ville s’épanouit. Les montagnes aux pentes couvertes d’eucalyptus et d’araucarias enserrent le port et le marché, cœur battant de cette ville trépidante et multicolore.

Quelques vieilles maisons créoles expriment les splendeurs d’antan que l’on peut revivre à travers les photos jaunies du Musée de la photographie comme dans la demeure coloniale d’Eurêka ornée de sa varangue (à Moka), intimement liée à la famille Le Clézio.

La péninsule du Morne, au sud-ouest de l'île

Pour céder à la magie du Morne Brabant, direction la pointe sud-ouest de l’île, incontestablement l’un des plus beaux sites de Maurice. De Port-Louis à la péninsule du Morne, la côte ouest conjugue avec un rare bonheur les plaisirs balnéaires et les attraits d’un arrière-pays authentique et sauvage. Dans ses baies superbes comme sur les plages aux rouleaux chargés d’écume se retrouvent avec plaisir les amateurs de sports nautiques et de pêche sportive. Oubliée des promoteurs, la baie de Tamarin a conservé tous son charme.

Au large, les dauphins se livrent à un joyeux ballet aquatique pendant que les surfeurs défient les vagues. Les pêcheurs de gros quant à eux se donnent rendez-vous à Rivière Noire pour ferrer le marlin. Une route serpente vers Plaine Champagne où s’abrite, au sein d’une végétation luxuriante, le passionnant écomusée Touche du Bois. Un peu plus haut au sud, une rhumerie flambant neuve accueille les visiteurs à Chamarel, célèbre pour sa cascade et sa terre de couleurs, incroyable palette de cendres volcaniques variant sous la lumière du ciel à l’ocre à l’orange. Un somptueux décor à l’image de cette île envoûtante. Le paradis est bien sur Terre…à portée de vol.

En pratique :

Quand il est midi à Paris, il est 14 heures à Maurice (été) et 16 heures (hiver)

1 euro équivaut à 26 roupies mauriciennes.

Site utile : www.ile-maurice.com

Sur le même sujet