Une santé de fer

Fatigue chronique, douleurs musculaires, baisse des défenses immunitaires...et si vous manquiez de fer ?
25

Le fer, essentiel à la vie animale, est assimilé au niveau de l’intestin grêle, et stocké par une protéine du plasma, la ferritine et différents organes. La ferritine fournit le fer aux cellules, en particulier aux globules rouges. Lorsque ceux-ci meurent (au bout de 2 à 3 mois), il est récupéré, recyclé puis à nouveau stocké dans la ferritine plasmatique. Logiquement, il ne doit pas y avoir de carence en fer. Elle est pourtant de plus en plus fréquente mais rarement établie car elle est liée à la baisse de stocks de réserve. Seule l’anémie, dernier stade du processus de la chute, est diagnostiquée.

Les premiers symptômes d’une carence

Problèmes infectieux répétés, essoufflements au moindre effort, pâleur anormale, œdèmes, chute des cheveux prolongée, ongles cassants et striés, troubles digestifs dont une hypersensibilité au gluten….tels peuvent être les premiers symptômes révélateurs d’une déficience en fer. Les individus les plus menacés sont d’abord les jeunes filles et les femmes suite à une déperdition d’origine gynécologique : règles précoces et abondantes, stérilet, fibrome, grossesse, allaitement. Certains enfants peuvent manquer de fer à la naissance ou lorsque le lait maternel n’en est pas assez riche, pendant la croissance ou en cas de parasites intestinaux. Tout comme les sujets souffrant de pertes de sang chroniques (ulcères, recto-colite hémorragique, hémorroïdes….), de malnutrition, d’anorexie. Les végétaliens, les habitués des régimes minceur, les gros consommateurs de thé et café, les adeptes des sports d’endurance doivent aussi surveiller leur taux de fer.

Pour prévenir la carence

Pour pallier cette déficience en fer, une alimentation équilibrée apportera l’ensemble des minéraux, oligo-éléments, vitamines (évitez qu’une carence en zinc, manganèse, vitamines B6, B9, B12 ou C induise une anémie) et intègrera régulièrement des aliments riches en fer. Les apports journaliers recommandés sont de 9mg pour un bébé, 15mg pour les hommes, 18 mg pour les jeunes filles et les femmes, 20mg pendant la grossesse et l’allaitement. Le fer d’origine animale est de 2 à 4 fois mieux absorbé que celui d’origine végétale. Associez les deux sources et un aliment riche en vitamine C (crudités, jus de citron, persil…) au cours d’un repas. Buvez votre thé, vert ou noir, hors des repas car les tanins gênent l’absorption de l’oligo-élément.

Les aliments les plus riches en fer

Par ordre décroissant, les aliments les plus riches en fer sont les bigorneaux et moules, algues, ortie, abats bio (foie, boudin noir), viande rouge, jaune d’œuf liquide, soja et dérivés, lentilles vertes et autres légumineuses, céréales complètes, betteraves rouges crues, épinards, feuilles de blettes, persil cru. Dans le cadre de carence avérée, n’hésitez pas à augmenter les apports alimentaires et faites une cure de un à plusieurs mois de compléments riches en fer : spiruline, chlorella, mélasse, graines germées de fenugrec ou d’alfala, jus d’herbes, de betterave rouge et persil, d’ortie. Assurez les apports de tous les minéraux et oligo-éléments avec ou une deux ampoules d’eau de mer hypertonique, ceux en vitamines B6, B9 et B12 avec de la levure de bière ou de la gelée royale

Sur le même sujet