Le quinoa est désormais cultivé en Anjou

Appréciée des nutritionnistes et des personnes allergiques au gluten, cette pseudo céréale, originaire des Andes, donne naissance à une nouvelle filière.
13

Une véritable filière internationale a été édifiée autour de la quinoa, notamment à partir de la Bolivie, dans les années 80. Commercialisée en Europe, principalement dans des magasins spécialisés bio et équitables, on en importe environ 7 000 tonnes. La France est devenu le premier consommateur européen de quinoa, avec 3 à 4 000 tonnes importées.

Le succès de cette chénopodiacée, aux valeurs nutritives indéniables, a encouragé les producteurs à multiplier les surfaces de production pour en faire quasiment une monoculture qui appauvrit les sols et désorganise toute la communauté des agriculteurs andins. L’Institut de recherche pour le développement (IRD) basé à Marseille a alors travaillé sur le projet Equeco pour une meilleure durabilité de leur système.

La production a démarré en 2009

Depuis 2009, une filière de production française a démarré grâce au dynamisme d’un Américain travaillant en France, Jason Abbott, et d’une coopérative angevine, CAPL. "J’ai commencé à m’intéresser au quinoa quand nous avons découvert que ma fille était allergique au gluten", souligne celui qui a crée la société Abbott Agra.

Ce projet est soutenu financièrement par le Conseil régional des Pays de Loire à travers Végépolys, le pôle de compétitivité spécialisé dans le végétal. Il s’agit de sélectionner différentes variétés adaptées à l’Europe, d’élaborer un itinéraire technique, de déterminer les conditions de récolte et de stockage ainsi que de trouver des débouchés porteurs.

Une plante rustique mais délicate à récolter

La quinoa est une plante qui n’aime pas les forts coups de chaleur et d’humidité. En revanche, elle tolère le gel ponctuel. Aussi, aujourd’hui, la région des Pays de Loire, réputée pour ses conditions climatiques tempérées, un été long, doux et assez sec, semble correspondre le mieux à cette production.

En 2009, 110 hectares ont été plantés dans un secteur qui s’étend du Lude dans la Sarthe au sud de la Vienne. Aujourd’hui, les surfaces ont progressé pour atteindre 300 hectares dont une centaine en bio, soit un potentiel de 300/450 tonnes. Les variétés utilisées ont été sélectionnées, il y a déjà quelques années, par l’Université de Wageningen en Hollande.

Plante rustique, la quinoa n’est guère sensible aux maladies. Elle n’en est pas moins une plante difficile à produire en raison de la récolte. Elle est sujette à ce qu’on appelle la germination sur pieds en cas de conditions humides. Les producteurs sont donc en train de l’apprivoiser en collaboration avec l’ESA (Ecole supérieure d’agriculture) d’Angers. La coopérative a investi dans un silo spécifique de stockage. La société La Générale des Farines, minotiers du Gers, vient d’annoncer qu’elle allait utiliser ce nouveau produit dans ses fabrications. La quinoa français devrait figurer aussi sur les étals de la chaîne Biocoop. Elle est déjà présente chez Leclerc. Sans aucun doute, une filière est en train de se créer.

Sur le même sujet