Les bienfaits des fruits et légumes scientifiquement prouvés

Malgré de nombreuses études contradictoires, manger des fruits et légumes, et qui plus est en provenance de son jardin, ne peut que profiter à la santé.
25

Avec le slogan "manger cinq fruits et légumes par jour" inclus dans le programme national nutrition santé , les consommateurs ne peuvent plus ignorer les bienfaits de ces aliments sur la santé. De nombreuses recherches ont été lancées ces dernières années pour affirmer ces vertus. Dans le cadre d’un important programme européen appelé Isafruit qui a mobilisé 40 instituts publics ou privés et 21 millions d’euros, une trentaine de publications sur les bienfaits des fruits, et particulièrement les pommes, ont été divulguées fin août 2010 à Lisbonne.

Rien de révolutionnaire dans leurs découvertes, mais plutôt des confirmations. Par exemple: les pommes ont un véritable impact dans la lutte contre l’ obésité . Pour le montrer, des chercheurs danois ont effectué leur étude sur des individus de poids normaux, contrairement aux expérimentations habituelles où ce sont des personnes en surpoids qui sont choisies. Généralement, ces individus en train de changer de régime, peuvent fausser les données.

Des pommes moins allergènes

Autre résultat : l’impact allergène des pommes. 2 à 4 % de personnes y sont allergiques. Parmi les 75 variétés étudiées par une équipe néerlandaise, trois Cultivars, Elise, Santana (appelées encore Modi et Pink Lady) ont donné des résultats négatifs aux tests effectués sur 33 Hollandais, contrairement aux Golden Delicious déclarées parmi les plus allergènes. Ces expérimentations ont été complétées par une recherche génétique effectuée sur la pomme par des Néerlandais, à savoir: quels sont les gènes de la pomme impliqués dans les allergies.

La pomme entière, c’est mieux

L’impact des pommes contre les maladies cardiovasculaires a lui aussi été confirmé par les Danois avec des précisions intéressantes. La pomme entière, non pelée, a plus d’effet sur le taux de cholestérol que le jus de fruit trouble qui, lui-même, a un avantage sur le jus de fruit clair. Par ailleurs, la consommation de pommes entières et le marc de fruits sont capables d’influencer la flore intestinale humaine. Pour mieux comprendre ces changements et les bienfaits sur la santé, des expérimentations ont été menées sur des rats. Ceux qui ingurgitaient des pommes ont vu leur fonction biologique et leur régulation modifiées au niveau du colon et du foie, de façon modeste, mais elles peuvent inclure plusieurs processus métabolites.

Cet exemple illustre toute la difficulté rencontrée par les chercheurs pour établir une relation directe entre les fruits et légumes et leur impact sur la santé. Seulement deux dispositifs finalement assez controversés s’offrent aux chercheurs pour établir cette relation: les tests en laboratoire, notamment sur des animaux, et les enquêtes épidémiologiques. Dans le premier cas, la relation ne peut qu’être indirecte. Dans le second cas, un très grand nombre d’individus -on appelle cela des cohortes- sont interrogés pour dégager des tendances. Ce qui fait dire à un chercheur que nous avons interviewé que ces études permettent souvent de vérifier des évidences. Toutefois, elles apportent certaines précisions. La dernière en date: l’équipe du professeur Hercberg a déclaré que seuls 5% des hommes et 18% des femmes ont un apport en sel inférieur ou égal à 6 g/jour, seuil recommandé par de nombreux pays européens.

De nombreuses contradictions

L’ Inra résume bien la situation dans son rapport de 2007 sur "Les fruits et légumes dans l’alimentation": "Les recommandations actuelles de consommation en fruits et légumes découlent de l’analyse des expériences de laboratoire et d’enquêtes épidémiologiques qui suggéraient des effets favorables des fruits et légumes et de leur composé sur un grands nombre de pathologies chroniques….Les résultats les plus récents n’ont pas parfaitement confirmé les données antérieures. Ces contradictions apparentes entretiennent un débat scientifique intense, notamment sur le poids à accorder aux différents types d’études mais aussi sur les critères d’interprétation des enquêtes d’épidémiologiques d’observation". Malgré ces réserves, l’ Inra conclue: "Les fruits et légumes sont une source importante de fibres, de vitamines et minéraux nécessaires au bon fonctionnement des principales fonctions physiologiques de l’organisme. Les données de consommation alimentaire montrent un déficit d’apport de certains de ces composés par rapport aux conseils nutritionnels. Les fruits et légumes représentent la source alimentaire quasi exclusive de certains de ces nutriments. A ce titre, la consommation de fruits et légumes ne peut qu’être encouragée"

Les Français, qui ne sont pas réputés pour être de gros consommateurs de fruits et légumes, sont très déficients en fibres et vitamine C. Or les fruits frais, les crudités et les jus en sont justement les principaux apports. Parmi les plus instables, la vitamine C se dégrade rapidement à la chaleur mais aussi à l’air et se solubilise facilement dans l’eau. Aussi les fruits et légumes frais du jardin,consommés très rapidement, sont un atout indéniable.

Sur le même sujet