Amanda Cross et IJ Parker deux écrivains de romans policiers peu connues

Les romans policiers de ces deux universitaires américaines sont peu connus en France

Contrairement à certaines de leurs consoeurs dont les romans policiers connaissent un succès constant et font l'objet de parution en livres de poche, Amanda Cross et IJ Parker, deux universitaires américaines, ont du mal à trouver un public en France malgré la qualité de leur travail, tant au niveau de l'histoire que des personnages.

AMANDA CROSS

Amanda Cross, pseudonyme d'une brillante universitaire américaine, Carole Gold Heilbrun, est née en 1926. Mariée et mère de trois enfants, elle crée en 1964, à l'âge de trente huit ans, le personnage de Kate Fansler dont les enquêtes se déroulent dans le milieu universitaire américain.

Kate Fansler a comme partenaire Reed Amhearst, un policier.

Sur douze romans écrits dix seulement ont été traduits en France. Trois édités par la maison d'édition Deuxtemps Tierce, ont été repris ensuite dans la collection 10/18. Neuf ont paru aux éditions Rivage dans la collection Rivage/Mystère.

Sophie Colpaert consacre un article à l'auteur intitulé Amanda Cross - Un regard de femme dans le numéro 5 de la revue Temps noirs.

Son article se termine sur une recommandation dont on peut souhaiter qu'elle sera suivie. "L'auteur, d'un féminisme lucide, propose à travers son oeuvre policière d'une grande qualité, des réflexions en profondeur sur la place des femmes dans la société avec le désir d'en finir avec les stéréotypes dont les femmes font l'objet y compris dans la littérature policière".

IJ PARKER 

Elle écrit des romans policiers qui se situent au Japon à la fin de l'ère Heian, l'Age d'or du Japon. Son héros, Sugawara Akitada, un jeune noble, résout des énigmes dans le cadre de ses fonctions.

Le sixième volume de la série consacrée à Sugawara Akitada par Ingrid J. Parker est connu sous son nom anglais The Convict's Sword .

Paru en juillet 2009 aux éditions Penguin , il est sorti en France le 2 novembre 2011 sous le titre Le sabre du condamné . La date de cette parution est restée incertaine jusqu'au bout car l'auteure, mal connue en France, ne bénéficie pas d'une promotion claire.

Cette sixième enquête est la conséquence d'une promesse faite par Sugawara Akitada à son ami Haseo dans L'énigme du second prince , sa quatrième enquête.

L'énigme du second prince se déroule en 1109. Depuis cinq ans le héros de I.J. Parker n'a pas de poste fixe.

Il est nommé gouverneur suppléant à Echigo et quitte Kyoto pour rejoindre son poste aux limites du pays. Marié, il a emmené avec lui son épouse qui attend leur premier enfant.

Il découvre une fois de plus une contrée dominée par le seigneur local. C'est là une des caractéristiques de la période. Loin de la Cour impériale, les seigneurs oublient leurs obligations vis à vis de l'Empereur et donnent libre cours à leurs ambitions.

Six mois ont passé depuis l'arrivée à Echigo. Le provisoire semble devenir définitif quand il est chargé par deux hauts personnages de l'administration impériale d'enquêter sur la mort de l'héritier du trône, le "second prince".

Durant son séjour sur l'ile de Sado, Sugawara fait la connaissance d'un condamné, Utsunomiya Haseo, qui lui sauve la vie. Pour payer sa dette à cet ami mourant, il lui promet de le réhabiliter.

Le sabre du condamné est l'histoire de cette réhabilitation. La fin du livre laisse le héros dans une situation difficile dont le règlement fait l'objet de livres parus aux Etats Unis qui n'ont pas été traduits en France.

CONCLUSION

De ce point de vue, la situation d'Amanda Cross dont une dizaine d'ouvrages ont été traduits est plus intéressante que celle d'IJ Parker, sa cadette.



Sur le même sujet