La culture du corail

Le corail est un animal fleur menacé par l'activité humaine. Des chercheurs font des études sur sa reproduction : pouponnières et pépinières fleurissent.
162

Le corail est utilisé en bijouterie-joaillerie depuis des millénaires car il est considéré comme porte-bonheur et protecteur.

Au Moyen-Age, il est porté comme amulette pour se protéger du «mauvais œil». Les Génois, à cette époque, exploitent le corail qui se trouve dans la région de Tabarka, dans l'actuelle Tunisie.

Le réchauffement climatique, l'activité humaine et la sur-exploitaiton des massifs coralliens ont entraîné leur diminution progressive.

Un article paru en 2010 explique qu'il est possible de créer des pépinières de corail ( Un océanographe israélien propose l'élevage des coraux pour sauver le lagon mauricien . L'Express du 15.05.2010).

Le corail, un animal fleur

Le corail a d'abord été considéré comme une plante pétrifiée puis comme un arbuste marin. C'est au XVIIIe siècle que l'on s'aperçoit qu'il s'agit d'un animal structuré autour d'un squelette calcaire fixé sur les rochers.

Né d'une larve microscopique, c'est ensuite une petite méduse qui se fixe et s'étale sur un rocher pour donner naissance à une colonie. Il se compose de carbonate de calcium sur lequel se fixe le carotène. En fonction de la quantité de carotène, il est rouge comme le sang, mais peut aussi être blanc rose ou bleu. Le corail est un "animal fleur" dont les extrémités se rétractent ou s'ouvrent en présence d'un danger, rappelant en cela l'anémone de mer.

Le prélèvement de larves lors des périodes de ponte

Afin de permettre la sauvegarde des massifs de corail une technique consiste à recueillir sur des morceaux de céramique le résultat de la période du frai au cours de laquelle de multiples larves naissent.

Les pépinières de corail du professeur Baruch Rinkevich

Le biologiste israélien exerce au sein de l'Institut National Océanographique d'Israël et fait des recherches depuis les années 1990 pour développer la sylviculture marine. Il préconise la création de pépinières de corail et a créé une technique qui s'inspire de celles des pépinières de plantes.

"Sa technique : prélever des fragments de coraux adultes, puis les repiquer sur des filets et des cordes au dessus du fond marin" (Air France Magazine, no 184).

Les satellites veillent sur les océans

Un article paru dans le journal le Monde du 17 juillet 2013 explique que de nouveaux systèmes permettent de surveiller les océans : "Les avancées de la télédétection ont permis de localiser avec exactitude les récifs coralliens du monde entier et de déterminer leur vulnérabilité face aux évolutions climatiques récentes".

Cette nouvelle technologie devrait permettre de suivre l'évolution des nouveaux massifs de corail.

Lire aussi : Courrier international du 03.08.2006  Des pépinières sous-marines pour sauver le corail Des scientifiques cherchent à faire pousser artificiellement du corail. Ils espèrent ainsi pouvoir greffer et soigner les récifs malades. Par Paul Marks

Courrier International du 19.11.2009 Quand les coraux agonisants ressusciteront.

Le Monde du 17.07.2013 Marées noires, blanchiment des coraux.. les satellites veillent sur les océans.

Read more at Suite101: Torre del Greco, la capitale du corail: Une ville au développement économique exemplaire | Suite101.fr http://suite101.fr/article/torre-del-greco-la-capitale-du-corail-a8014#ixzz266CgIETF

Read more at Suite101: Camées et bijoux de corail: L'orfèvrerie italienne se réorganise à Torre del Greco | Suite101.fr http://suite101.fr/article/camees-et-bijoux-de-corail-a8029#ixzz266Cxg9Gx

Sur le même sujet