La France de 1759, décor de L'énigme des blancs manteaux

Jean-François Parot choisit de commencer les enquêtes du commissaire Le Floch trente ans avant la Révolution française
15

Lorsque le jeune Nicolas Le Floch, nouveau héros de roman policier né de l'imagination de Jean-François Parot, arrive à Paris en 1759, la France de Louis XV est en guerre.

Tout au long des enquêtes de celui qui va devenir le commissaire Le Floch, il est fait allusion à des évènements politiques passés dont le souvenir n'est pas présent dans toutes les mémoires et que l'auteur ne souhaite pas rappeler car les enquêtes du commissaire Le Floch constituent avant tout un
divertissement.

Pour comprendre les allusions rapides de l'auteur il faut se rappeler les évènements qui ont marqué le règne de Louis XV.

En 1759, Louis XV, né en 1710, est roi de France depuis 1723 date de sa majorité.

Après avoir laissé gouverner le duc Philippe d'Orléans puis le duc de Bourbon
et enfin le cardinal de Fleury, Louis XV décide à la mort de ce dernier en 1743, de se passer de premier ministre.

De 1733 à 1738 s'est déroulée la Guerre de la succession de Pologne. Puis,
de 1740 à 1748, la guerre de la succession d'Autriche qui s'est terminée par la Paix d'Aix la chapelle.

La guerre de Sept ans qui  durera de 1756 à 1763, n'est pas encore arrivée à son terme lorsque le jeune Nicolas Le Floch vient chercher fortune à la capitale sur les recommandations de son parrain le Marquis de Ranreuil.

La guerre de succession de Pologne

Louis XV a épousé en 1725 Marie Leszczynska, la fille du Roi de Pologne, détrôné par les Russes en 1709 et réfugié en France.

En 1733, l'Electeur de Saxe, fils du précédent roi de Pologne est élu Roi sous le nom d'Auguste III. La France soutient alors les ambitions de Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV.

Cette guerre se termine par le Traité de Vienne négocié en 1735 et ratifié en 1738. Par ce traité Stanislas renonce au trône de Pologne et devient Duc de Lorraine et de Bar, possessions de François III de Lorraine et de Bar. Ce dernier, en contrepartie de sa renonciation à ses duchés héréditaires est autorisé à épouser l'Archiduchesse Marie-Thérèse héritière désignée de l'Empire d'Autriche et future mère de la Reine Marie-Antoinette.

La guerre de succession d'Autriche

Lorsque l'Empereur d'Autriche Léopold meurt en 1705, son frère Joseph Ier lui succède.

A sa mort en 1711 ses deux filles sont écartées du trône au profit de leur oncle qui devient empereur sous le nom de Charles VI.

En 1713 Charles VI édicte la Pragmatique Sanction qui autorise ses filles à lui succéder.

A sa mort en 1740, Frédéric II de Prusse attaque la Silésie, propriété de l'Autriche et déclenche la guerre de succession d'Autriche.

Marie-Thérèse, mariée depuis 1736 à François III alors Duc de Lorraine et de Bar, est écartée de la succession de son père Charles VI tandis que Charles Albert, Electeur de Bavière, mari d'une des deux filles de Joseph Ier, est élu Empereur sous le nom de Charles VII.

En 1745, à la mort de Charles VII, Marie-Thérèse fait élire son époux sur le trône impérial et devient impératrice consort.

La guerre oppose alors l'Autriche à la Prusse, la Bavière, la Saxe, la France, le Piémont Sardaigne et l'Espagne. La France n'a pas d'intérêt particulier dans cette guerre et intervient du fait de son alliance avec la Prusse.

Cette guerre se termine par le traité d'Aix La Chapelle signé en 1748.

En 1756 l'Autriche s'allie à la France et reprend la guerre contre la Prusse afin de récupérer la Silésie.

C'est le début de la guerre de sept ans.

La guerre de sept ans

En 1759, lorsque Nicolas le Floch arrive à Paris la guerre de sept ans a commencé en 1756.

La première enquête de Nicolas le Floch L'énigme des Blancs manteaux relate la lutte des services du roi pour récupérer des papiers compromettants pour le trône, la Marquise de Pompadour favorite du roi ayant été approchée par les services du roi de Prusse afin de lui demander d'intervenir auprès du Roi de France.

La France, alliée de la Prusse jusque là, est devenue l'alliée de l'Autriche. La Grande Bretagne qui soutenait l'Autriche fait maintenant cause commune avec la Prusse. La France s'est en effet alliée à l'Autriche pour contrer les ambitions de la Prusse et de l'Angleterre.

En fait la guerre de sept ans oppose la Prusse à l'Autriche pour la possession de la Silésie, riche province minière, et la France à la Grande Bretagne pour la possession du Canada et des comptoirs de la France en Inde.

Du fait des alliances et de l'importance des territoires en jeux cette guerre ne concerne pas seulement l'Europe mais aussi le Canada et l'Inde.

La guerre de sept ans sera perdue par la France et l'Autriche.


Sur le même sujet