La naissance de la littérature populaire française

La littérature populaire française naît véritablement en 1842 avec "Les mystères de Paris" . Un ensemble de mesures politiques et économiques l'ont permis.
17

Le XIXème siècle s'ouvre sur l'Empire et les guerres napoléoniennes.Puis la chute de Napoléon ramène au pouvoir Louis XVIII et Charles X, les deux frères de Louis XVI.

Cette époque de l'histoire de la France est connue sous l'intitulé "La restauration" et va de 1814 à 1830.

Lui succède "La Monarchie de Juillet" qui dure de 1830 à 1848. C'est durant le règne de Louis-Philippe que vont naître et s'écrire les premiers ouvrages de la littérature populaire.

La loi Guizot généralise l'enseignement primaire

"Au début du siècle, sur 25 millions d'habitants, 15 millions ne savaient ni lire ni écrire" ( Itinéraires Littéraires, XIXe siècle Tome I Hachette février 1995, p. 230).

En 1833 la loi Guizot généralise l'enseignement primaire. En 1834, 2275 écoles sont ouvertes (chiffre relevé dans : Itinéraires littéraires ).

Cette loi est due à un enseignant dont le portrait est rapidement fait dans De la Révolution de 1789 à la Révolution de 1848 (Cours Malet-Isaac, Histoire 2e, Hachette, 1960, p.419).

Guizot (1787-1874) "Né à Nîmes d'une famille protestante. Son père avait été guillotiné en 1794 et Guizot garda toute sa vie l'horreur de la Terreur. Nommé professeur d'histoire à la Sorbonne en 1812, il fut un remarquable historien."

Député depuis 1830, c'est un professeur qui décide donc de généraliser l'enseignement primaire.

Le portrait que fait de lui le Cours Malet-Isaac continue ainsi :" De manières froides et même hautaines, Guizot était un esprit systématique, très conscient de sa valeur et convaincu que sa politique était la seule bonne."

La généralisation de l'enseignement primaire va permettre à un nombre plus important de français d'acquérir les bases de la lecture et d'accéder aux journaux.

Le développement de la presse

La Monarchie de Juillet a laissé se développer la presse afin de détourner le peuple des idées révolutionnaires en faisant son éducation. "Dans le public, l'éducation politique se fit par la presse" (Cours Malet-Isaac opus cité, page 429).

Les progrès techniques accomplis permettent de très gros tirages. Et dès 1840 afin d'attirer les lecteurs les journaux font appel aux écrivains. Afin de fidéliser leurs lecteurs ils publient des romans-feuilletons.

C'est ainsi qu'Eugène Sue, né avec le siècle en 1804, écrit Les mystères de Paris qui sont publiés en feuilleton de 1842 à 1843.

Suivront les ouvrages de Paul Féval, de Pierre-Alexis de Ponson du Terrail, et de Michel Zévaco.

La période du XIXème siècle se prêtait à l'émergence d'une littérature qui a mêlé histoire de France et morale.

Les enfants vont également être concernés par le phénomène. Louis Hachette publie entre 1857 et 1872 les livres écrits par la comtesse de Ségur. ( La Saga de la Bibliothèque rose . Armelle Leroy . Editions Hachette. 2006. 318 pages)

Parmi ces ouvrages il y a des recueils de contes. Les romans qui mettent en scène des enfants décrivent les effets de l'éducation sur les enfants à travers les aventures qui leur arrivent.

Lire aussi Suite101: Les fondateurs de la littérature populaire française du XIXème | Suite101.fr http://marie-h-dhifi.suite101.fr/les-fondateurs-de-la-litterature-populaire-franCaise-du-xixe-a31058#ixzz1gE8glweS

Lire aussi Suite101: La comtesse de Ségur | Suite101.fr http://marie-h-dhifi.suite101.fr/la-comtesse-de-segur-a30405#ixzz1YxcnmFTN

Sur le même sujet