L'ascension de Nicolas le Floch, commissaire au Châtelet

Le personnage de JF Parot , à la fois homme du tiers état et membre de la noblesse, poursuit son ascension dans la société.
244

Nicolas le Floch, l'enfant trouvé surnommé par un personnage du Fantôme de la rue Royale "l'enfant de la pierre" , fait son chemin dans l'entourage de deux rois, Louis XV et Louis XVI, qu'il sert fidèlement.

Sous le règne de Louis XV

A vingt ans, il renonce au titre de Marquis de Ranreuil et à l'héritage de son père afin de ne pas léser sa demi-soeur. Il reçoit du roi la charge acquittée de Commissaire du Châtelet.

Lorsque le roi invite à la chasse Nicolas le Floch, surnommé "le petit Ranreuil", il sauve la vie de la Princesse Louise, la fille du roi, qui le surnommera "le chevalier de Compiègne".

Plus tard Marie Antoinette lui donnera également ce surnom mais pour d'autres raisons.

La modestie et les talents du héros n'expliquent cependant pas son ascension.

La protection de M de Sartine son supérieur direct, le soutien de son plus proche collaborateur Pierre Bourdeau et les connaissances de M de Noblecourt chez qui il loge facilitent sa carrière.

Lorsque le Roi Louis XV tombe malade Nicolas reste à ses côtés au même titre que M de la Borde, le premier valet de chambre du Roi. Cette proximité est étonnante alors que Nicolas le Floch est uniquement le fils d'un marquis breton.

A la mort du roi, en 1774, s'ouvre pour le Commissaire une période de disgrâce dont il ne sort que difficilement. En même temps il est reçu par le nouveau roi à la Cour en qualité de Marquis de Ranreuil.

Sous Louis XVI

Le sang des farines est le sixième volume des enquêtes du commissaire. Nicolas devient Marquis de Ranreuil car sa demi soeur renonce à son héritage et se retire dans un couvent. Il succède à son père et il est mis fin à l'ambiguïté de sa position. On évoque pour la première fois sa mère.

Le cadavre anglais , la septième enquête du Commissaire Le Floch, ouvre une nouvelle période dans la vie du héros. Il a quarante ans et un fils qui a intégré le corps des pages de la grande écurie. Les conditions de naissance très sévères pour accéder à ce corps avaient ramené Nicolas à la question de sa propre naissance.

Ses choix lui ont permis d'assumer sa double qualité de Magistrat et de Marquis. Il s'est libéré du passé. Observateur de son époque il remplit ses fonctions sans prendre parti. L'autorité qu'il a acquis et sa fidélité au roi en font un homme seul.

M de Provence frère du roi évoque avec lui la possibilité pour son fils Louis d'obtenir une charge de lieutenant dans un de ses régiments de cavalerie ( Le noyé du grand canal p.338).

L'honneur de Sartine , lève un coin du voile qui recouvre les origines du héros. Il découvre le prénom de celle qui pourrait être sa mère dans une lettre de son père à cette dernière. En même temps son fils reçoit en cadeau un brevet de lieutenant au régiment des carabiniers de Monsieur, frère du roi, dont les frais ont été payés par une mystérieuse inconnue qui s'intéresse à Nicolas. Il n'ose cependant pas demander l'identité de sa mère à sa demi soeur. Il est certain que le roi Louis XV connaissait ce secret.

L'enquête russe et l'année du volcan , les deux derniers ouvrages parus ne permettent pas d'en savoir beaucoup plus.

Sur le même sujet