Le Juge Ti réinventé par Frédéric Lenormand

A partir de 2004 Frédéric Lenormand donne une suite aux aventures du Juge Ti imaginées par Robert Van Gulik. Il renouvelle le personnage.
47

Frédéric Lenormand

Frédéric Lenormand naît en 1965. Ecrivain spécialisé dans le XVIIIe siècle français, il éprouve le besoin de sortir d'un chemin qui lui semble tracé d'avance.

Petit fils d'un collectionneur d'art japonais il se documente et commence à écrire des romans policiers. Il donne une suite aux aventures du Juge Ti en 2004 alors qu’il va bientôt avoir 40 ans.

Frédéric Lenormand est plus prolifique que Robert Van Gulik.

Robert Van Gulik a eu la volonté d'adapter les aventures du fameux juge à l'imagination des occidentaux. Il a également écrit quelques unes des aventures du Juge sous forme de nouvelles.

Frédéric Lenormand écrit des romans. Il publie entre 2004 et 2010 quatorze volumes.

Frédéric Lenormand publie exclusivement des romans

« Force est de reconnaître que le résultat est original, personnel, qu'il renouvelle le thème du juge chinois adepte de Confucius, polygame et itinérant, et offre au lecteur un aperçu des Tang qu'il ne trouvera nulle part ailleurs, que ce soit sous la plume des écrivains chinois ou de leurs confrères occidentaux. »

Dans une interview de Frédéric Lenormand mise en ligne le vendredi 20 Avril 2007 sous le titre « Le juge Ti reprend du service » il s’en explique.

« Frédéric Lenormand : Je rêvais depuis longtemps d'écrire un roman policier, mais je pensais ne pas en être capable. Je me suis donc lancé le défi de donner une suite aux aventures du juge Ti, que le cancer du cigare de Van Gulik avait brutalement interrompues en 1967. Et je me suis pris au jeu ! Finalement, la société chinoise, très policée, divisée en castes hermétiques, où les faux-semblant s comptent plus que la vérité, n'était pas si éloignée de celle de notre XVIIIe siècle européen. Et puis j'adore m'imposer des limites étroites pour mieux les dynamiter. Mme Ti, par exemple, trouve toujours un moyen détourné d'échapper aux contraintes de son état de femme et de son rang. J'aime les gens qui résistent aux dictats de la société dans laquelle ils vivent. ».

Frédéric Lenormand prête au Juge Ti un vocabulaire et des sentiments qui le rendent proche de nous . Dans ses romans sont décrits les préoccupations féministes de l'épouse principale du juge Ti, l'amour de l'argent de ses adjoints, le manque de souplesse de l'incorruptible juge Ti.

Il n'est pas besoin d'être chinois pour imaginer les enquêtes du Juge Ti. Il faut être un romancier.

En 2006 un nouveau venu apparaît. En 2010 est traduit de l’américain Les nouvelles affaires du Juge Ti écrit par Zhu Xiao Di. L'auteur présente son travail et écrit dans ses remerciements : "Compte tenu du contexte historique, il était logique et parfaitement opportun qu'un Chinois plutôt qu'un Hollandais donne une suite aux enquêtes du juge Ti".

Un article paru dans le Figaro Littéraire du 18.02.2010 ( Du rififi chez le Juge Ti par Blaise de Chabalier) rapporte la réaction de Frédéric Lenormand. "J'ai lu en anglais le livre de Zhu Xiao Di paru aux Etats Unis en 2006, et je n'ai pas été convaincu. Ce n'est pas un roman, mais seulement une suite de nouvelles. L'auteur considère que seul un chinois peut écrire sur son pays. Ce qui est absurde. Van Gulik lui-même n'était-il pas néerlandais ?". Et l'auteur poursuit :"Moi, je crois surtout que, pour écrire de nouvelles aventures du juge Ti, il faut être romancier, ... ".

Lire aussi Suite101: Découvrez la Chine avec Robert Van Gulik: La rédaction des aventures du Juge Ti s'est imposée à son auteur | Suite101.fr http://marie-h-dhifi.suite101.fr/decouvrez--la-chine-avec-robert-van-gulik-a9332#ixzz1YyU8qmGN

Sur le même sujet