Les Geishas à Kyoto sont des geiko

La ville de Kyoto perpétue les traditions ancestrales du Japon et les geikos et maikos en font partie.
19

Le quartier de Gion est souvent évoqué lorsque l'on parle du Japon et de Kyoto. Il est plus particulièrement connu car les geishas y vivent.

Le quartier de Gion

Mineko Iwasaki se rappelle l'histoire du quartier de Gion-Kobu où elle a longtemps résidé et travaillé en qualité de geiko. L'histoire lui a été transmise.

"A la fin du XVIè siècle, un général, le puissant Hideyoshi Toyotomi, unifia et réorganisa le pays ravagé par les luttes de clans. Un homme sévère qui tenait à ce que le peuple travaille dur. C'est ainsi qu'il déménagea le monde des saules loin du palais, dans une autre ville" . Mais un nouveau quartier de plaisir se créa aux abords du sanctuaire Yasaka. "Le sanctuaire Yasaka attire des pélerins depuis des milliers d'années [...] . Au cours du XVIIè siècle, des mizu-jaya, des tavernes où l'on servait du thé aux visiteurs, se multiplièrent aux abords du sanctuaire. Les maisons de thé de Gion descendent de ces établissements" (( Ma vie de geisha , Edition le livre de poche, avril 2006, p.67-68).

Dans l'ouvrage Kyôto itinéraires François-Xavier Robert indique que la ville de Kyoto compte quatre autres quartiers où l'on peut croiser le soir venu les geishas. Ce sont : Gion-higashi, Pontochô, Kamishichiken et Miyagawa-chô. Et il indique "On peut y ajouter Shimabara, ancien quartier de plaisirs aujourd'hui inactif" (ouvrage cité, édité par l'association Waku waku, février 2011, p.132).

Le quartier de Gion n'est donc qu'un des cinq quartiers réservés dans lesquels vivent et travaillent les geikos de Kyoto et les apprenties geiko, les maikos.

Les geikos, autre nom des geishas

A Kyoto, explique Mineko Iwasaki, on parle de geiko plutôt que de geisha.

Alors que "geisha" signifie artiste, "geiko" se traduit par les termes plus précis de "femme qui excelle dans les arts" ( Ma vie de geisha , Edition le livre de poche, avril 2006, p.8).

Les geishas se produisent dans les maisons de thés, également appelées ochayas, qui organisent des soirées. Elles y sont appelées afin de chanter, danser ou tout simplement tenir compagnie aux invités.

Aussi les touristes venus visiter le quartier ont peu de chance de les croiser.

Pour les voir il faut se rendre à Kyoto au printemps.

Au mois d'avril a lieu un gala de danse au théatre Gion Kobu Kaburenjo. C'est le Miyako Odori.

A Kamishichi-ken, autre quartier de geishas se déroule du 15 au 25 avril le Kitano Odori.

Un de ces évènements culturels est mis en scène dans le film Mémoires d'une geisha . Ils sont également évoqués dans le best-seller Geisha de Arthur Golden et par Mineko Iwasaki dans ses souvenirs relatés dans Ma vie de geisha .

Sur le même sujet