L'église Saint-Jacques de Pau, un patrimoine palois

Construite en 1868 grâce aux deniers de fidèles, l'église Saint-Jacques de Pau va être restaurée. Certains travaux font l'objet d'une souscription.

L’église Saint-Jacques, située au cœur de la ville de Pau, est considérée dès sa conception comme l’église des Palois, financée par eux, construite pour eux.

Les Cordeliers

Au XVIIe siècle, les ordres religieux se développent dans la région. En 1651, l’ordre des Cordeliers construit une chapelle à l’emplacement de l’église Saint-Jacques. Les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle sont accueillis dans cette chapelle.

Querelle de clochers

Au XIXe siècle, la ville est organisée autour de deux paroisses. L’une comme l’autre se révèle trop étroits pour accueillir un nombre croissant de fidèles. La Ville choisit de construire une nouvelle église à proximité du boulevard du Midi, aujourd’hui boulevard des Pyrénées. L'église Saint-Martin avec son fameux panorama sur les Pyrénées est considérée comme le lieu de culte des touristes.

L’abbé Bordenave ne l’entend pas de cette oreille. En 1860, il lance une souscription populaire afin que les Palois dispose de «leur» église. Une véritable rivalité s’installe entre les deux paroisses: il faut construire plus vite et bâtir plus haut.

L’abbé gagne son pari! La souscription est un succès. L’église Saint-Jacques, construite dans un style néo-gothique en seulement sept années, est consacrée en 1868 avant l’église Saint-Martin.

Toujours dans cet esprit de concurrence, l’église Saint-Jacques dispose de deux flèches de dix-sept mètres de haut; mais alors que la flèche unique de l’église Saint-Martin est en pierre, celles de l’église Saint-Jacques ont une structure en brique et seul le parement est en pierre.

Des artistes locaux

L’église Saint-Jacques est impressionnante par ses hauts volumes. Nombre de visiteurs la prennent pour une cathédrale.

Cinquante-quatre vitraux ornent les baies de l’église Saint-Jacques. La plupart sont l’œuvre du célèbre Étienne Thibaud, maître verrier de Clermont-Ferrand. Les vitraux de la chapelle ont un style bien différent inspiré de l’Art nouveau. Ils ont été conçus par la famille Mauméjean, artisans verriers locaux depuis 1860. Lors de l’Exposition internationale des Arts Décoratifs de 1925, les Mauméjan reçoivent des félicitations pour leur travail.

Trois ateliers de peintres ont décoré le chœur et le transept de l’église Saint-Jacques. Les frères Decrept, peintres décorateurs à Bayonne, ont eu la charge des peintures ornementales. Le peintre Morisset a réalisé la V ie de Saint-Jacques selon la technique de la toile marouflée. Joseph Castaing, célèbre artiste palois, a peint en 1906 l’ Adoration de la Vierge . Nombre des œuvres de ce dernier sont présentes dans les églises du Béarn.

Un patrimoine en danger

La construction hâtive de l’église Saint-Jacques provoqua des années plus tard de nombreux problèmes: infiltrations d’eau, fissures, développement de la végétations, instabilité des flèches. Si bien qu’en 2000, les flèches sont arasées pour des raisons de sécurité.

À l’intérieur aussi, des dégradations sont à constater. Le manque d’étanchéité a causé des dommages aux peintures murales notamment. Certains vitraux ont subi les affres du temps (tassement, bris…)

Aujourd’hui, «Saint-Jacques en chantier»

La Ville de Pau engage des travaux à hauteur de deux millions d’euros afin de reconstruire les flèches, de mettre aux normes d’accessibilité le monument et de veiller à l’entretien de la structure. Le chantier de restauration commence cette année pour se poursuivre jusqu’en 2012.

Parallèlement, la Ville et son partenaire, la Fondation du Patrimoine, mettent en place une souscription afin de financer la restauration des vitraux les plus abîmés.

Pour en avoir plus, l’exposition « Saint-Jacques, un chantier à la loupe » s’adresse aux petits comme aux grands place de la Libération, de janvier à l’été 2011.

Des animations culturelles sont proposées par l’ Association Histoire de Voir . Les adultes pourront se laisser guider «dans les traces des Cordeliers» tandis que les enfants découvriront l’église au travers d’ateliers du patrimoine.

Sur le même sujet