Que signifie la fête chrétienne de l'Ascension?

L'Ascension, occasion d'un pont bien connu et apprécié... Mais encore? Signification de cette importante fête liturgique, et perspectives spirituelles.

Pour la foi chrétienne, 40 jours après sa résurrection, le Christ remonte aux cieux près de Dieu son Père, où son humanité reçoit en plénitude la gloire divine, qu’en tant que Fils il possédait de toute éternité. Un peu folklorique en apparence, l'Ascension est riche de signification théologique, et les croyants d’aujourd’hui peuvent méditer sur sa portée profonde: si l’on en croit les évangiles, la plénitude de la divinité s’offre à l’humanité, nous pouvons vivre dès aujourd’hui le ciel sur la terre…

Les faits d’après les évangiles

Les évangélistes rapportent que le Christ, après sa résurrection, apparaît à ses disciples: il les prépare à la séparation définitive, au moment où le seul contact avec sa personne sera la foi.

Enfin, relate l’évangéliste Marc : «Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et il s’assit à la droite de Dieu.» De quelle manière? L’auteur du récit ne le dit pas, et cela importe peu: s’il s’agit bien d’une réalité surnaturelle, le «ciel» dont il s’agit n’est pas géographiquement localisable, et le corps de Jésus lui-même n’est plus soumis comme avant sa résurrection aux contraintes de la matière.

Détail piquant ajouté par les Actes des apôtres : alors que les disciples, attristés de voir disparaître leur Maître, restent les yeux en l’air, des anges les renvoient aux prises avec la terre: «Hommes de Galilée, pourquoi rester ainsi à regarder le ciel? Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela [sous-entendu: à la fin des temps], de la même manière dont vous l’avez vu s’en aller vers le ciel.»

Prolongements théologiques: pour que l’homme devienne Dieu!

Les grands théologiens qui ont commenté cette scène évangélique ont développé plusieurs pistes de réflexion, ouvrant des perspectives magnifiques aux croyants. Découvrons-en l’essentiel:

Le Fils remonté à la droite du Père n’y revient pas comme il en était descendu: il s’était fait vrai homme pour sauver le genre humain et, tout en restant pleinement Dieu, il est désormais pleinement homme pour l’éternité. Si l’on tire des évangiles toutes leurs conséquences, désormais, «à la droite de Dieu» (c’est-à-dire à la place d’honneur), se trouve l’humanité, appelée à partager en plénitude la gloire divine.

Le Père de l’Église saint Athanase résume cela d’une formule audacieuse: «Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu.» Saint Jean Chrysostome , théologien du IVe siècle, explique de son côté: « Nous avons été transportés aujourd’hui dans le ciel ; nous avons été élevés au royaume céleste, nous avons pris place sur le trône du souverain Roi.» Et de conclure: «Il est impossible de descendre plus bas que n’était descendu l’homme [i.e. par le péché], ni de monter plus haut que Jésus Christ l’a élevé.»

Prolongements mystiques: vivre dès maintenant le ciel sur la terre.

La conclusion de cette promotion de l’homme, le Nouveau Testament la tire par la bouche de saint Paul, dans la lettre aux Colossiens : «Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. Votre vie est désormais cachée avec le Christ en Dieu: quand le Christ sera manifesté [i.e. à la fin des temps], lui qui est votre vie, alors vous aussi vous serez manifestés avec lui en pleine gloire.»

Cela détourne-t-il le croyant de s’occuper des réalités terrestres, de son prochain en particulier? Non, si l’on en croit le message formel du Christ: «Ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait» ( évangile selon saint Matthieu ).

Il n’est pas toujours facile aux chrétiens de s’en souvenir, et de chercher le visage du Christ dans leurs frères , au lieu de simplement «rester là à regarder le ciel», comme les anges en faisaient le reproche aux disciples! Mais l’amour sera peut-être la manifestation la plus éclatante de ce ciel sur la terre qu’inaugure l’Ascension. On songe par exemple à Mère Teresa se dévouant au chevet des lépreux, des mourants: pour elle, à ce moment-là, le visage de Dieu n’était autre que leur visage…

Pour terminer, voici quelques fragments de l’hymne grégorienne de l’Ascension :

«Ô Jésus, notre rédempteur, amour qui combles tout désir, quel amour a pu te pousser à subir la mort pour nous arracher à la mort?

«Place-nous devant ta face, dans la lumière bienheureuse!

«Seigneur Jésus, sois notre joie, toi qui seras notre bonheur dans tous les siècles…»

Sources :

La Bible de Jérusalem , édition 1975

Saint Athanase, Traité sur l'Incarnation du Verbe

Saint Jean Chrysostome , Homélie pour la fête de l'Ascension

La liturgie des heures tome II, hymne Jesu nostra redemptio

Pour aller plus loin :

Tout savoir sur l'Ascension, sa signification, sa célébration, ses coutumes...

Méditation orthodoxe sur l"Ascension

voir des représentations artistiques de l'Ascension

Sur le même sujet