Lecture coup de cœur: "Mon petit bunker" de Marine Bramly

Après Festin de miettes, roman primé, l'auteur revient sur la scène littéraire avec un deuxième roman à caractère autobiographique intitulé Mon Petit Bunker

L'auteur

Marine Bramly est née à Dakar, au Sénégal, en 1969. Après avoir été journaliste, elle a reçu le Grand prix littéraire de l'héroïne Madame Figaro 2008 pour Festin de Miettes .

Le roman

Édité par Lattès en 2011, Mon Petit Bunker , roman à caractère autobiographique, nous fait voyager entre l'île de Gorée, pôle tristement célèbre du commerce triangulaire, Dakar et Paris.

Quatrième de couverture

Une enfance flamboyante peut-elle réduire les chances du bonheur à l'âge adulte ? Noah, héroïne de cet ouvrage, dont la vie semble étriquée entre son travail et son couple, a envie de faire voler en éclats ce conformisme et de quitter le bunker de vie paisible dans lequel elle se croyait à l'abri.

Résumé

La visite de son mari dans l'atelier qu'elle vient de s'aménager pour exercer son art, à Paris, déclenche l'aventure de ce roman. Même si Noah, depuis l'âge adulte et la maternité, tient à distance son enfance sénégalaise, comme un tabou, elle se souvient d'une jeunesse extraordinairement libre.

Ce soir-là, elle décide d'affronter son passé pour mieux construire sa vie d'adulte, s'autorise à remettre en cause la figure paternelle, les absences maternelles, les souvenirs de parents qui s'amusaient avec sa vie d'enfant.

Analyse personnelle

Ce roman, construit sous la forme d'allers et retours entre le Sénégal et la France, offre une lecture fluide et agréable. L'auteur nous y fait découvrir le pays dans lequel elle est née.

En effet, l'histoire débute sur la chaloupe, bateau qui transporte au quotidien les Dakarois vers Gorée et vice-versa. À la lecture de ce roman, pour peu que l'on y soit attentif, on ressent l'odeur du "tieb bou dien", on entend les sons des djembés et les appels des muezzins à la prière, on rêve de paysages exotiques, désertiques ou verdoyants.

Noah, l'héroïne, n'est pas la petite "toubab" représentée par son amie de passage Delphine - française vivant sur l'île de Gorée à la manière des "colonisateurs"-, elle maîtrise les règles de vie du pays et des habitants grâce au vécu de son père, anthropologue, et aux valeurs qu'il lui a inculquées.

Lorsque son père la confie à un ami en lui disant "je ne te réclamerai que ses os", la petite fille qu'elle est fait honneur à sa famille et se tient digne jusqu'à la fin d'une expérience douloureuse.

À Paris, la petite Noah devient maman, réalise des rêves entachés de conversations futiles dans le milieu de la petite bourgeoisie. Des soirées littéraires aux après-midis de bricolage artistique, notre héroïne se meurt de ne pas savoir où mettre pied pour retrouver sa liberté.

En vous souhaitant bonne lecture et bon voyage !

Sur le même sujet